( 31 mars, 2014 )

Euthanasie

Dans une période ou tous les médias nous préparent mentalement à accepter une loi sur la « fin de vie », Monsieur l’Abbé Belmont à écrit un article très bien fait qui nous rappel certaine vérités, vous pouvez le trouver sur la page : http://www.quicumque.com/article-les-trois-mensonges-de-l-euthanasie-122250390.html, mais je tiens à vous le faire partager :

Les trois mensonges de l’euthanasie

Dans notre monde pris de folie et de rage autodestructrice, les pays les uns après les autres votent des lois    autorisant, promouvant et bientôt rendant obligatoire l’euthanasie. C’est ainsi qu’en Belgique, l’euthanasie des enfants est en passe d’être acceptée    par un gouvernement en folie.

Ce qui est étonnant, c’est que souvent les opposants à ces lois homicides ne savent comment argumenter pour    faire barrage à ce courant proprement diabolique, ou s’en tiennent au registre sentimental ou subjectif. Il faut leur montrer que la propagande pour l’euthanasie n’est qu’un enchaînement de    mensonges, et les en convaincre par des raisons vraies et permanentes.

1.  Mensonge sur le nom et la chose.     Euthanasie signifie, selon son étymologie, bonne    mort. En langage chrétien, la bonne mort, c’est la coïncidence entre l’état de grâce et la séparation de l’âme et du âme. Car de cette coïncidence dépendent l’éternité tout entière et donc    la « réussite » de la vie terrestre. La loi du salut éternel est la même pour tous, depuis Abel jusqu’au dernier homme qui mourra dans la conflagration finale du monde : pour aller    au Ciel, il faut mourir en possédant la vertu surnaturelle de charité (et donc nécessairement la foi théologale qui fait appartenir à l’Église catholique, et l’espérance qui en est la première     œuvre).

L’euthanasie qu’on nous propose consiste à mourir par suicide    (moyen le plus sûr pour aller en enfer, puisqu’il est non seulement un grave péché mais aussi la privation de la possibilité de faire un acte de contrition) ou par assassinat si l’on n’est pas consentant. Ce n’est même pas un assassinat en haine de la foi catholique (qui pourrait constituer un glorieux et salutaire    martyre), ce n’est qu’un acte crapuleux perpétré pour des motifs de fausse compassion ou d’intérêts inavouables.

Pis encore, l’euthanasie est le vol de la mort, de cet instant    précieux qui est le point d’orgue de la vie, son accomplissement. Soit qu’on vous tue sans votre consentement, soit qu’on vous persuade de vous laisser tuer, soit qu’on vous fasse sombrer dans    une inconscience… inconsciente, c’est toujours la dépossession de la mort qu’on induit… elle est pourtant l’événement le plus certain et le plus décisif de la vie, celui par lequel elle prend son    sens plénier.

L’honnête homme, celui qui, bien que privé de la lumière de la Révélation divine, veut vivre et mourir selon la    droiture naturelle (le peut-on sans la grâce de Dieu ?), l’honnête homme sait que par la seule lumière de la raison il ignore beaucoup de choses de la mort. Mais il sait avec certitude que    la mort n’est pas une fin, puisque son âme est spirituelle ; il sait qu’elle est l’accomplissement de la justice puisque sur cette terre la justice des hommes est infirme et partielle, voire    partiale. Tout en lui refuse cet homicide programmé qu’on lui vante sous le nom d’euthanasie : il ne peut voir dans les médecins qui la pratiquent que de tueurs à gage, puisque ce sont des    gens payés pour assassiner des innocents (et en cela l’euthanasie est comparable à l’avortement).

2.  Mensonge par confusion volontaire.     Les partisans de l’euthanasie confondent (font semblant de confondre) laisser mourir selon la    nature et provoquer la mort.

Pour conserver la santé et la vie, la (divine) loi naturelle nous oblige à employer les moyens ordinaires. Il y a dans cette notion de moyens ordinaires des éléments qui varient avec les époques et    avec les pays ; elle comporte aussi une nécessaire proportion avec les résultats escomptés. C’est un jugement qui relève de la vertu de    prudence, et qui requiert donc à son origine une ferme intention droite. Il peut y avoir dans cette notion de moyens ordinaires une zone de flou devant laquelle on reste indécis.

Il ne faut pas non plus négliger le fait que la vie humaine n’est pas un bien absolu : elle est ordonnée à    la gloire de Dieu et au bien commun de la société : elle peut être consacrée, elle peut être sacrifiée, elle peut être « réquisitionnée ».

Mais le principe n’en demeure pas moins clair. Qui n’emploie pas les moyens ordinaires pour maintenir sa vie et    sa santé se suicide ; qui prive autrui des moyens ordinaires de rester en vie n’est rien d’autre qu’un meurtrier.

Au contraire, personne n’est tenu, ni pour lui-même ni pour son prochain, d’utiliser des moyens    extraordinaires : ceux qui sont trop coûteux, trop éloignés, dangereux, laissant des séquelles graves. Là aussi, il faut modifier le jugement selon les époques, les pays, les possibilités.    C’est encore la vertu de prudence (et donc l’intention droite qu’elle requiert) qui en décidera.

Quand les moyens médicaux employés pour maintenir quelqu’un en vie deviennent très lourds ; qu’ils    empêchent d’autres personnes de bénéficier des soins qu’ils monopolisent ; qu’ils sont une charge excessive et paralysante pour une famille ; qu’ils comportent des risques graves :    il n’y a plus d’obligation de persévérer. On peut décider de « laisser faire la nature » sans la moindre faute morale. Et si la poursuite de la maintenance en vie devient vraiment    déraisonnable, il peut y avoir nécessité morale de cesser.

La charité chrétienne réclame cependant qu’on laisse au mourant l’occasion de recevoir les derniers sacrements    avant de laisser la nature faire son œuvre : c’est une réquisition de l’ordre divin des plus impérieuses.

Mais provoquer directement la mort, soit par un moyen « positif » comme une injection létale, soit    par la cessation des moyens ordinaires de maintenir en vie, est un homicide volontaire, un crime qui crie vengeance devant Dieu. Et c’est ce crime que les « euthanasiens » camouflent    derrière le refus de l’acharnement thérapeutique : ils le font en semant la confusion, en profitant de quelques cas limites qui se peuvent présenter et dans lesquels il est permis    d’hésiter.

C’est une forme de mensonge particulièrement exécrable parce qu’elle séduit les ignorants, trouble les esprits    faibles et même les autres (c’est le propre du sophisme), et annihile les clairs principes de la morale naturelle.

3.  Mensonge par insinuation    calomnieuse. L’euthanasie est réclamée comme le moyen nécessaire d’exercer le « droit à mourir dans la dignité ».     Mourir par suicide, mourir assassiné, mourir contre la loi de Dieu, contre la tendance la plus foncière de la nature humaine, mourir en méprisant le Jugement de Dieu… il y a une infamie de    prétendre que c’est « mourir dans la dignité ». L’euthanasie est une mort indigne, criminelle, abjecte.

Cette réclamation est en outre l’insinuation que tous ceux qui se consacrent au soin et au soulagement des    malades sans s’arroger le droit de vie et de mort sur eux, n’ont pas le souci de la dignité de ceux dont ils ont la charge ou n’y pourvoient pas. C’est renvoyer dans le néant le courage des    malades, le dévouement du personnel médical, la sollicitude des familles. Il y a ainsi quelque chose de particulièrement répugnant dans la réclamation de légaliser l’eutha­nasie, une ingratitude    fondamentale, le piétinement de toute vertu.

Une accusation contre la sainte Église catholique est souvent en filigrane dans les revendications du     « droit à l’euthanasie ». Aurait-on oublié que l’Église a inventé les hôpitaux ; que l’Église a fourni des millions d’âmes consacrées qui se sont dévouées aux malades, aux    mourants, aux infirmes, à tous les cas tragiques de la misère humaine (qui par ailleurs sont le fruit des péchés que l’Église est seule à combattre et à absoudre) ; aurait-on oublié que    l’Église, en rappelant et en urgeant la loi divine qui interdit de tuer, a été le plus puissant stimulant aux progrès de la médecine. C’est un oubli volontaire, et la raison est que l’Église est    la gardienne du droit naturel et le ministre de la charité divine, qui deux réalités que le monde a en horreur.

Pour connaître l’enseignement et la charité de l’Église – aussi incessante qu’ordonnée et délicate – il suffit    de lire le discours de Pie XII qui va suivre. Mais en attendant il faut conclure.

*

Le mensonge et l’homicide sont la marque distincte du diable : « Vous avez le diable pour père, et    vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été homicide dès le commencement, et il n’est pas demeuré dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le    mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur, et père du mensonge » (Jo. VIII, 44).

L’industrie de la perte des âmes est l’œuvre propre du diable, dans sa haine de Dieu et des    hommes.

La réduction en esclavage est la marque propre du démon et de ses œuvres. Or, chaque fois que les hommes    usurpent un domaine qui n’appartient qu’à Dieu, c’est un esclavage plus sournois et plus fatal qu’ils nous préparent.

La propagande pour l’euthanasie trouve sa source dans des puissances    qui ne sont pas de ce monde. Le combat à mener contre elle est, et doit être, un combat essentiellement surnaturel : prière, pénitence, confiance en Dieu, témoignage de la foi    catholique. Sans déserter les moyens naturels légitimes, sans mépriser les arguments de raison, sans chasser Dieu de l’ordre naturel (c’est la terrible tentation de nombreux opposants : si    on y cède, c’est un anéantissement des fondements de ladite loi et un blasphème), recourons à l’intercession de la sainte Vierge Marie, « forte comme une armée rangée en ordre de    bataille ». C’est elle qui vaincra, tant pour la splendeur de l’Église catholique que pour la régénération de la chrétienté.


Pie XII

Problèmes religieux et moraux de l’analgésie  

En 1956, des anesthésistes avaient posé au Pape trois questions sur le    bien-fondé de l’analgésie, l’atténuation ou la suppression de la conscience lors d’anesthésies générales ou du fait de l’emploi d’analgésiques centraux, et le traitement de la douleur chez les    mourants, fût-ce aux dépens de la lucidité du patient et de la durée de sa vie. Le 24 février 1957, devant une assemblée internationale de 500 médecins et chirurgiens réunis à Rome par le    professeur Gedda, président de l’Institut G. Mendel, Pie XII rappelait les techniques et pratiques utilisées de son temps, puis menait, à la lumière de la Révélation chrétienne, une    réflexion morale approfondie sur les attitudes que l’homme est appelé à avoir, selon les circonstances, face à la douleur et aux moyens de l’atténuer. Il analysait quand l’homme est tenu de    rester vigilant et quand il peut accepter de perdre la conscience et la maîtrise de lui-même.

Voici la transcription de la réponse que le Pape donnait à la    troisième question, relative à l’analgésie chez les grands malades et les mourants. Très précise, mais complexe, la fin de ce discours mérite d’être lue avec beaucoup de soin. Depuis 1957, les    techniques médicales ont évolué, mais les principes directeurs énoncés par Pie XII demeurent l’enseignement intangible du magistère de l’Église catholique.

[Troisième question : L’emploi des narcotiques est-il licite    pour des mourants ou des malades en péril de mort, à supposer qu’il existe pour cela une indication clinique ? Peut-on les utiliser même si l’atténuation de la douleur s’accompagne    probablement d’un abrégement de la vie ?]

L’emploi d’analgésiques chez les mourants…

Pour juger de cette licéité, il faut aussi se demander si la narcose sera relativement brève (pour la nuit ou    pour quelques heures) ou prolongée (avec ou sans interruption) et considérer si l’usage des facultés supérieures reviendra à certains moments, pour quelques minutes au moins ou pour quelques    heures, et rendra au mourant la possibilité de faire ce que son devoir lui impose (par exemple de se réconcilier avec Dieu). Par ailleurs, un médecin consciencieux, même s’il n’est pas chrétien,    ne cédera jamais aux pressions de qui voudrait, contre le gré du mourant, lui faire perdre sa lucidité afin de l’empêcher de prendre certaines décisions.

Lorsque, en dépit des obligations qui lui incombent, le mourant demande la narcose pour laquelle il existe des    motifs sérieux, un médecin consciencieux ne s’y prêtera pas, surtout s’il est chrétien, sans l’avoir invité par lui-même ou mieux encore par l’intermédiaire d’autrui, à remplir auparavant ses    devoirs. Si le malade s’y refuse obstinément et persiste à demander la narcose, le médecin peut y consentir sans se rendre coupable de collaboration formelle à la faute commise. Celle-ci, en    effet, ne dépend pas de la narcose, mais de la volonté immorale du patient ; qu’on lui procure ou non l’analgésie, son comportement sera identique : il n’accomplira pas son devoir. Si    la possibilité d’un repentir n’est pas exclue, on n’en possède toutefois aucune probabilité sérieuse ; et même qui sait s’il ne s’endurcira pas dans le mal ?

Mais si le mourant a rempli tous ses devoirs et reçu les derniers sacrements, si des indications médicales    nettes suggèrent l’anesthésie, si l’on ne dépasse pas dans la fixation des doses la quantité permise, si l’on a mesuré soigneusement l’intensité et la durée de celle-ci et que le patient y    consente, rien alors ne s’y oppose : l’anesthésie est moralement permise.

… et chez les malades inopérables ou    inguérissables

Faudrait-il y renoncer, si l’action même du narcotique abrégeait la durée de la vie ? D’abord, toute forme    d’euthanasie directe, c’est-à-dire l’administration de narcotique afin de provoquer ou de hâter la mort, est illicite, parce qu’on prétend alors disposer directement de la vie. C’est un des    principes fondamentaux de la morale naturelle et chrétienne que l’homme n’est pas maître et possesseur, mais seulement usufruitier de son corps et de son existence. On prétend à un droit de    disposition directe, toutes les fois que l’on veut l’abrégement de la vie comme fin ou comme moyen.

Dans l’hypothèse que vous envisagez, il s’agit uniquement d’éviter au patient des douleurs insupportables, par    exemple, en cas de cancers inopérables ou de maladies inguérissables. Si entre la narcose et l’abrégement de la vie n’existe aucun lien causal direct posé par la volonté des intéressés ou par la    nature des choses (ce qui serait le cas si la suppression de la douleur ne pouvait être obtenue que par l’abrégement de la vie), et si, au contraire, l’administration de narcotiques entraîne par    elle-même deux effets distincts, d’une part le soulagement des douleurs, et d’autre part l’abrégement de la vie, elle est licite ; encore faut-il voir s’il y a entre ces deux effets une    proportion raisonnable, et si les avantages de l’un compensent les inconvénients de l’autre. Il importe aussi d’abord de se demander si l’état actuel de la science ne permet pas d’obtenir le même    résultat en employant d’autres moyens, puis de ne pas dépasser, dans l’utilisation du narcotique, les limites de ce qui est pratiquement nécessaire.

Conclusion et réponse à la troisième    question

En résumé, vous Nous demandez : « La suppression de la douleur et de la conscience par le moyen des    narcotiques (lorsqu’elle est réclamée par une indication médicale) est-elle permise par la religion et la morale au médecin et au patient (même à l’approche de la mort et si l’on prévoit que    l’emploi des narcotiques abrégera la vie) ? » Il faudra répondre : « S’il n’existe pas d’autres moyens et si, dans les circonstances données, cela n’empêche pas    l’accomplissement d’autres devoirs religieux et moraux : oui. »

Comme Nous l’avons déjà expliqué, l’idéal de l’héroïsme chrétien n’impose pas, au moins d’une manière générale,    le refus d’une narcose justifiée par ailleurs, pas même à l’approche de la mort ; tout dépend des circonstances concrètes. La résolution plus parfaite et plus héroïque peut se trouver aussi    bien dans l’acceptation que dans le refus.


L’enseignement de Pie XII est tout entier sous-tendu par trois vérités indubitables :

–  la vraie vie n’est pas celle que nous connaissons ici-bas ; la vie véritable est la vie du    Ciel, la vie de béatitude dans la gloire de Dieu, vie commencée ici-bas dans la grâce sanctifiante. Et donc la première chose dont on se doit préoccuper, c’est l’âme du malade du défunt qui doit    se préparer au jugement de Dieu, en rentrant en grâce si cela est nécessaire, en se purifiant et en grandissant dans la charité ;

–  ni la souffrance ni la mort ne sont le mal absolu ; le mal absolu, celui qu’il faut fuir sans    condition, c’est le péché. La souffrance et la mort peuvent (et doivent) être l’occasion d’un grand amour de Dieu, d’une efficace expiation des péchés, d’un total abandon à la sainte volonté de    Dieu, et d’une particulière union à Jésus-Christ souffrant et mourant ;

–  La loi naturelle est une loi divine directrice et intangible, qui laisse une place notable à la    compassion, à la prudence, à la conviction que tout le monde n’est pas capable d’héroïsme, ou que celui-ci prendra çà ou là des formes différentes.

( 18 mars, 2014 )

MAGDALENA de la CROIX, ses révélations sur les saints Anges

Texte tiré de la page : http://voiemystique.free.fr/ancilla_domini.htm

Esquisse biographique Quelques extraits

rvdw_heiligemariamagdalena_tcm40-32638_175x0_0x0_0x0_0x0_true_true

Ce petit livre a été tiré des expériences mystiques de Mechtilde Sch. Cette âme privilégiée appartenait à la pieuse Association de Saint Grignon de Montfort, et lors de son admission elle reçut ce nom de Magdalena de la Croix.

        C’est ainsi qu’elle se nomme elle-même dans ses écrits mais le plus souvent encore elle signe simplement : “Ancilla”. Cette dernière dénomination lui fut donnée par son directeur spirituel Mr le curé Fischer, il voulait ainsi lui indiquer que toujours, en toutes circonstances elle devait se considérer comme la servante du Seigneur.

        Petite enfance et adolescence à Munich. Dès son éveil à la vie cette âme avait reçu

        Bien que continuellement dans le monde, très peu de personnes connurent sa vie religieuse et mystique.

        Favorisée des stigmates du Christ, mais par ordre de Dieu ils n’étaient visibles que pour son confesseur.

        Dès ses jeunes années Dieu commença sa formation au sacrifice, ce tendre cœur d’enfant se vit repoussé par sa mère à qui, à sa naissance, elle avait failli coûter la vie. Toute l’affection maternelle était réservée aux sept frères et sœurs de Mechtilde.

        Par contre, son père, homme de haute culture et de profonde piété aimait la petite fille à l’égal de ses autres enfants. Les mauvais procédés de sa mère n’endurcirent pourtant pas le cœur de l’enfant.

        A quatre ans, M. éprouvait une compassion pour N.D. des Douleurs. Certain jour elle monta sur une chaise et d’un petit mouchoir de dentelle elle essuya les larmes Le la Divine Mère. Et voici que les larmes disparurent.

        Mais les pleurs reparaissaient et la petite M. éprouvait une vive douleur, alors avec persévérance elle les essuyait de nouveau. Ayant fait la rencontre d’un pauvre enfant frappé de cécité elle supplia le Seigneur de le guérir par les larmes de sa Mère et, lorsque de son petit mouchoir de dentelle elle eût touché les yeux de l’aveugle, ils s’ouvrirent à là lumière.

        A cinq ans elle fit le don total d’elle-même. Dès lors, elle vit son “Archange” qui lui fut donné comme guide Spécial, en plus de son ange gardien.

         M. reçut une éducation solide et soignée. Elle avait une magnifique voix d’alto.

         Le choix d’un confesseur fut de la plus grande importance pour sa vie spirituelle ; ce fut le Père Sch. Rédemptoriste qui le devint. Il semble avoir été exceptionnellement éclairé et inspiré par Dieu. Très sévère, lorsqu’il constata que sa pénitente marchait dans une voie de grâces extraordinaires, où elle était visiblement conduite par son ange gardien, il sut extirper de cette âme tout germe de vanité ou d’amour-propre pour la maintenir dans une profonde humilité. Plus les grâces que Dieu répandait sur cette âme étaient grandes, plus elle était persuadée de son indignité.

        M. se sentait fortement attirée vers la vie religieuse, une de ses sœurs Portait l’habit des “Servantes de Marie” (Servites). Le Père Sch. lui affirma qu’elle était appelée au mariage, ce fut ainsi qu’e1le épousa le 7 Mai 1895 un homme à qui elle donna toute son affection, mais qui bientôt changea d’attitude envers elle et montra un caractère difficile et lui fût un tyran dans le plus mauvais sens du mot trouvant un malin plaisir à la, martyriser jour et nuit, physiquement et moralement.

        Et cependant elle lui garda tout son amour.

        En 1898 son mari ayant accepté un poste important dans le Wurtemberg le ménage dut habiter O. Là ses rapports de direction furent très difficiles. Le mariage fut pour elle le chemin du Golgotha. En compensation, le Père Sch. lui annonça qu’elle rencontrerait un bon confesseur. Mr Fischer fut présenté à Magdalena. Par son ange gardien comme le don de Dieu “Deus dedit”. Plus tard ce prêtre s’adjoignit un confrère pour conduire d’une main sûre cette âme victime et pour réaliser lui-même dés progrès en sainteté. Nous appellerons ce dernier prêtre sous le nom que lui donna l’Archange “Servus Dei” Serviteur de Dieu.

        Le journal de Magdalena, une centaine de pages, contient avec tous les détails les relations de ses croix, de ses souffrances, comme aussi de ses grâces extraordinaires. Une croix particulièrement lourde pour elle fut de ne pas avoir d’enfants. Mais en revanche Dieu lui donna une très grande famille d’enfants spirituels : hommes et femmes, prêtres et laïcs personnes consacrées à Dieu, qui se placèrent sous sa direction et, par elle furent conduites de manière Supérieure dans les voies de la vie chrétienne.

        Elle fut favorisée du don de bilocation. Pendant que son corps reposait sur sa couche, son ange gardien l’enveloppant d’une sorte de manteau gris, l’emmenait au loin. Elle allait consoler les blessés de guerre et ils la reconnurent à leur retour au pays natal. Un de ses enfants spirituels est en danger de commettre un péché mortel, Magdalena vient à lui et lui fait des remontrances, il repousse alors la tentation.

        Elle avait reçu de son Archange l’ordre strict de cacher les faits extraordinaires de sa vie, de sa stigmatisation, aussi longtemps qu’elle serait de ce monde.

        Avec le temps sa faculté de souffrir pour le prochain et pour certaines âmes du purgatoire augmente. Jamais elle n’obtint l’allègement de ses souffrances personnelles, mais elle l’obtint pour autrui.

        Son mari ne cessa de trouver de nouvelles occasions de la tourmenter, elle ne cessa de prier pour sa conversion ; ce n’est qu’après sa mort qu’elle lui obtint de mourir repentant, ainsi que la femme qui empoisonna sa vie conjugale.

        Le Père Sch. mourut le 24 Mars 1906, mais ses relations avec Ancilla ne furent pas interrompues.

        Le 15 Novembre 1919 elle écrit à une fille spirituelle:  « Aujourd’hui après midi, je sommeillais. J’ai rêvé que le Père Sch. était devant moi avec une expression de grande bonté, il me dit : “Bientôt ma chère fille, bientôt”. Que dois-je entendre par-là, lui demandais-je ? Alors il mit un doigt sur sa bouche et répéta. “Bientôt ma chère fille bientôt”. Et il disparut ».

        Le 21 Novembre Magdalena reçut encore une fois l’Extrême Onction. Quand Mr le curé Fischer lui dit de s’abandonner à la volonté de Dieu et de recevoir la mort de Sa main, elle se contenta de sourire, car depuis longtemps elle se réjouissait à la pensée de cette heure.

        Le 30 Novembre elle envoya la religieuse qui la soignait à une Messe matinale, c’était un dimanche, pendant l’absence de sa garde-malade, elle expira. Son mari était près d’elle et elle put encore lui dire : “Je dois mourir”. Quelques souffles et son âme s’envola. Saint André, qu’elle avait aimé et honoré comme Apôtre de la Croix était venu la chercher.

        Le visage de la morte exprimait le bonheur et la paix. Une majestueuse grandeur entourait le cadavre. Comme doucement plongée dans l’oraison, elle était là, telle qu’on l’avait vue agenouillée à la table de communion.

        Aujourd’hui du haut du Ciel, Ancilla fait toujours du bien parmi nous. Avec le temps, peu à peu elle se fera connaître.

Gauting, 7 Novembre 1935 Friedrich Ritter von Lama.

Elle est l’auteur du petit livre ci-dessous dont le contenu a été puisé dans sa propre vie. Ce n’est que le choix de quelques extraits et leur coordination qui est mon œuvre.

67659161

POURQUOI NOUS HONORONS SI PEU LES ANGES.

        Le motif principal est très simple : nous ne les connaissons pas ou tout au moins très peu.

        La connaissance précède toujours l’amour et la vénération. De la connaissance de leur supériorité, de leur perfection, de leurs rapports intimes avec Dieu, de leur puissance et de leurs privilèges, jaillit spontanément notre vénération des Anges. Si nous savions comme ils nous aiment en Dieu et entourent nos âmes de cette affection parce qu’ils furent témoins du plus grand acte d’amour: la mort volontaire du Fils de Dieu, et par-là savent le prix dont Il rachète toute âme humaine nous leur rendrions cette affection et nous serions humblement heureux de pouvoir les saluer comme des amis et des frères en Dieu. Mais nous ne les connaissons pas. Nous ne connaissons même pas notre propre ange gardien, bien qu’il soit notre fidèle compagnon et notre ami durant tout le cours de notre vie. Nous pourrions peut-être le connaître davantage si nous en prenions un tant soit peu la peine. Il le mérite vraiment.

        Nous savons que les anges sont des esprits bienheureux dans l’éternelle vision et la connaissance de 1′éternel Amour : Dieu.

LA BEATITUDE DES ANGES.

        Pour la multitude du monde angélique la céleste béatitude est parfaite. La connaissance de Dieu n’est pas la même à tous les degrés. Ces degrés consistent simplement en ce que les plus hautes hiérarchies possèdent une plus grande connaissance de Dieu que celles qui sont au-dessous d’elles (entre tous les Anges, St Gabriel et St Michel ont la plus parfaite connaissance de Dieu).

        Les Séraphins sont plongés d’un tel degré dans cette connaissance qu’ils sont embrasés d’un ardent amour.

        Puisqu’elle est parfaite, la béatitude des Anges ne peut s’accroître, mais ils peuvent, me semble-t-il éprouver des joies accidentelles.

        Aussi souvent qu’un ange gardien conduit une âme du purgatoire au Ciel, il éprouve une grande joie parce qu’il est heureux de ce qu’une âme de plus est digne de Dieu et Le louera éternellement. C’est un bonheur indescriptible pour un ange lorsqu’il a la certitude que les fruits de la Passion et le Précieux Sang de Jésus-Christ ne sont pas perdus pour l’âme dont il eût la garde.

LES ANGES GARDIENS.

        Ils ont un soin continuel des humains qui leur sont confiés. Leur nombre est si grand qu’aucun ange ayant conduit son protégé à l’éternité ne revient rendre le même service à une génération suivante.

        L’Ange qui accompagna l’homme sur la terre reste avec lui dans le Ciel.

        Les Anges Gardiens des malheureux qui ne verront jamais la Splendeur Divine ne sont pas placés à un moindre rang. Dieu Juste leur donne autant de bonheur qu’aux autres, et ils sont spécialement affectés au service de la Reine des Anges; c’est avec une indescriptible joie qu’ils louent la justice du Seigneur.

        Il est différents degrés parmi les Anges Gardiens ; les uns sont ardents, d’autres silencieux, je dirais presque réservés. Les Anges de ceux qui souffrent compatissent aux douleurs de leur protégé. D’autres anges ont le visage souriant ; ils servent leurs protégés plus qu’ils ne les soutiennent. Ce sont les Anges des âmes pures.

        Les enfants ont des anges plus aimables qu’on ne saurait le dire. Il m’a semblé les voir, ayant leurs mains jointes pour la prière et leurs regards élevés vers le Ciel.

        Les pauvres pécheurs ont aussi des Anges d’une grande majesté. Des yeux de mon âme, je les ai vus ; leurs mains sont croisées sur la poitrine, et leurs yeux suppliants regardent le Ciel avec douleur. Ah ! comme un péché mortel doit terriblement offenser Dieu pour que les Anges en éprouvent une telle tristesse.

        Les âmes pieuses obligées de vivre dans un milieu non chrétien ont un Ange tout spécial; de même que les personnes à qui Dieu donne une mission particulière à remplir.

        Il n’est rien de plus aimable qu’un Ange Gardien. Rien n’égale la Bonté de Dieu qui aime tant nos âmes, qu’elles sont gardées, guidées et même servies par un Ange.

        O toi ! mon plus fidèle ami, mon frère bien aimé, mon saint ange gardien, je te salue mille fois au nom de Jésus et je remercie Dieu de ce qu’il t’a créé si beau, si bon, si puissant.

dyn01010

ASSISTANCE DES ANGES GARDIENS PAR DES ANGES D’UN ORDRE PLUS ELEVE.

        Lorsqu’une âme s’engage dans le chemin de la perfection, elle reçoit à part son ange gardien, d’autres anges d’un ordre plus élevé principalement de ceux du troisième et du quatrième chœur, des Vertus et des Puissances.

SERVICES RENDUS PAR LES ANGES

        Je vois mon ange et réclame son secours. L’Archange m’accompagne dans mes voyages mystiques ; il me mène et me ramène. Si je voulais écrire une chose que je ne devrais pas dire, il serait là aussitôt pour m’avertir et arrêter ma main. il arriva qu’un jour, recevant une très longue lettre, je fus sur le point de répondre brièvement, mais l’Archange me dit : “Oublies-tu ton vœu de souffrir ?” Je regardais mon Crucifix et pensais : “Comme le Seigneur a supporté pour toi des peines infinies ! Je veux être patiente”.

        D’après ce qu’elle me racontait (communique un de ses enfants spirituels) son ange lui apparaissait vêtu de manières différentes.

        Vêtement vert et clair signifiait des petites souffrances et des contrariétés. Vert sombre, c’était l’annonce de grandes douleurs et de lourdes croix. S’il portait des vêtements sacerdotaux, comme l’aube et l’étole il venait annoncer de grandes grâces ; alors il avait l’air joyeux et solennel.

        Vers le soir, il apparaissait souvent vêtu de bure sombre et tenant un bâton, comme les pèlerins; cela signifiait qu’il venait la chercher. Comme je lui exprimais mon étonnement de ce qu’un ange put l’emporter avec le poids de son corps, elle me répondit : “comment vous expliquer cela ? Imaginez-vous que mon ange m’enveloppe d’un voile gris ou qu’il m’entoure d’un épais nuage, et qu’ainsi nous partons”. Où ?

        Elle me raconte ceci : “La semaine dernière je suis allée chaque nuit en Belgique ; j’avais là trois pécheurs à convertir et à préparer pour la réception des sacrements ; ce fut une tâcha difficile. Ils résistaient et ne voulaient pas ; enfin j’eus la victoire et tous trois moururent réconciliés avec Dieu.

        Au mois dernier (1919), j’ai passé trois nuits à Haunstetten près d’Augsbourg ; là, un grave sacrilège avait été commis envers le Saint Sacrement : le Tabernacle fracturé, les Hosties dispersées et piétinées. Avec mon Archange, je pus recueillir les parcelles des Saintes Hosties sur le plancher et celles attachées aux chaussures du criminel ; puis faire un acte de réparation devant le tabernacle.

J’ESSUIE LES LARMES.

        Aujourd’hui je cherchais refuge près de Mon Ange et le suppliais de se souvenir de mes souffrances dans sa gloire. Alors il m’apparut dans sa merveilleuse splendeur. Il se pencha sur mon lit en disant. “Tu n’es jamais seule. Vois, jour et nuit, je suis près de toi, je sèche tes larmes et je présente tes prières au Seigneur. Mon frère le compagnon de Gabriel, lui aussi, est près de toi et t’apporte la force dont tu as besoin pour supporter les amertumes dont tu dois être accablée”. Je vis le compagnon de Gabriel près de moi. Il avait une étole verte ; à son diadème des pierres vertes étincelaient. En le voyant j’éprouvais une grande tristesse. Mon ange me consola et dit : “Tu souhaites aimer Jésus, ce n’est que par la souffrance que tu parviendras à aimer Dieu de tout ton cœur. Allons, prends courage”.

        J’envoyais mon bon Ange à mes amis spirituels pour qu’il les Salua au nom de Jésus. Je ne vois pas mon Archange mais toujours mon ange gardien est près de moi ; il est si aimable, et si bon. Aujourd’hui, vers le soir, quand je souffrais beaucoup, il me prit dans ses bras et appuya sur sa poitrine ma tête endolorie. Aussitôt je me sentis mieux et la fièvre me quitta.

LES ANGES GARDIENS.

        Le culte des Anges Gardiens apporte beaucoup de consolations et de courage. Ils sont partagés en divers ordres et leurs couleurs qu’ils revêtent dans mes visions sont différentes. C’est parmi eux qu’ont été choisis les sept esprits bienheureux qui se tiennent devant le trône de Dieu toujours prêts à exécuter ses Ordres.

SAINT MICHEL

        Est toujours le plus près de Dieu le Père. Je le vois semblable à un guerrier. Sa beauté est d’une sublime élévation. Les anges de son ordre ont le même aspect que lui.

        Ces archanges assistent les martyrs pendant leurs tourments, comme aussi tous les hommes qui souffrent persécution pour Dieu. A de semblables heures, Dieu, par St Michel, envoie un Archange qui, avec l’Ange Gardien, vient au secours de celui qui est persécuté ou martyrisé.

        Que d’actes de renoncement et de mortifications héroïques, que de force de volonté chez des âmes qui ne pensent pas qu’elles sont redevables aux Anges du secours qu’elles ont reçu. Les anges sont si fidèles au service des hommes, et les hommes sont si ingrats envers les anges !

41c00b8a

SAINT GABRIEL

        Il est tout particulièrement le messager du Saint Esprit. Ses privilèges le mettent au même rang que Saint Michel. Il est l’ange des fils du Saint Esprit, des prêtres, des âmes qui honorent le Saint Esprit et souhaitent le servir dignement. Les prêtres ne devraient pas passer un seul jour sans l’invoquer, surtout lorsqu’ils doivent prêcher. Ceux qui sont aux prises avec de grandes peines physiques et morales doivent 1′invoquer. Il nous obtient un grand amour pour la Vierge Marie. A l’heure de leur mort il viendra saluer et conduire à sa Reine les âmes qui l’auront invoqué souvent.

        La beauté de Saint Gabriel est séduisante, irrésistible, elle gagne les cœurs ; elle n’est pas aussi imposante que celle de Saint Michel.

        Une fois j’étais agenouillée devant mon Crucifix auquel je ne voyais pas le Christ suspendu, et je méditais sur l’abandon et les effroyables douleurs de Marie.

        Je pleurais amèrement sur les souffrances de la Vierge Marie lorsque je sentis un suave parfum. Ma chambre s’i1lumina, je vis St Gabriel qui me dit avec grande joie : “Je te salue toi et tes larmes bénies”. J’étais éblouie par l’irradiante clarté qui émanait de “l’ange du Seigneur” et je fermais les yeux. Quand je les rouvris, la Vierge Immaculée était devant moi, pleine de bonté. Une fois encore, St Gabriel se tourna vers moi et dit, Tu as souffert avec Marie, réjouis-toi avec elle ! Tu n’as jamais récité le chapelet des Sept joies; fais-le donc! Le chapelet apporte de grandes joies à ceux qui le récitent et beaucoup de joie à la Reine du Ciel. Fais en part à tes amis spirituels. Salue les au nom de Jésus et dis leur que ma Reine les aime et veille en tout temps sur chacun d’eux, car ils travaillent à rependre mon culte et celui de tous les Anges ; ceci est une inexprimable joie pour la Reine des Anges.

l_annonciation_de_1644_philippe_de_champaigne

L’ANGE GARDIEN DE HUMMANITE  DE JESUS.

        A l’Angélus saluons St Gabriel. Avec quelles délices il a d’entendre les mots “Ecce Ancilla domini”. Voici, je suis la Servante du Seigneur, et comme il s’est profondément incliné lorsque le Verbe s’est fait chair.

        Saint Gabriel est aussi l’Ange Gardien de l’humanité de Jésus. C’est lui qui, le premier, annonça la naissance du Christ aux bergers, et il accompagna la Sainte Famille pendant sa fuite en Égypte. Au Jardin des Oliviers, il soutint Jésus dans son Agonie ; à la quatrième station du Chemin de la Croix, il se tenait près de Marie et quand Jésus mourut sur la Croix, il était près de lui. Il fut l’Ange de la Résurrection et celui de l’Ascension.

        Parce que cet Ange assista le Seigneur mourant, ceux qui vénèrent Saint Gabriel seront consolés et fortifiés par lui à leurs derniers moments. La fête de Saint Gabriel est proche de celle de Saint Joseph. Quand Saint Joseph était de ce monde, Saint Gabriel était en actives relations avec lui ; il lui communiquait les conseils et les commandements de Dieu. C’est pourquoi il est dans l’ordre divin que les têtes de l’Annonciation, de St Joseph et de St Gabriel se trouvent dans le même mois, la même octave.

LES PREMIERS SERVITEURS DE LA VIRGINALE REINE.

        La Divine Providence ayant désigné St Gabriel pour être le premier serviteur de Marie, Reine des Vierges, il demeura toujours près d’elle. Ce privilège élève Gabriel au-dessus des autres anges et on ne peut lui faire plus grand plaisir que de remercier la Sainte Trinité de l’avoir choisi pour annoncer à Marie le Mystère de l’Incarnation. Oh ! toi bienheureux esprit céleste, élu de Dieu  pour transmettre ses ordres, je te salue avec une humble tendresse et je me réjouis au-delà de toute expression en pensant au moment où dans le Ciel je pourrai comprendre tes privilèges et ta beauté. “Toi, rempli de grâces entre tous les Anges, toi, élu par le Seigneur, toi, le Serviteur béni de la Vierge Immaculée, je te salue mille fois au nom de Jésus et de ta céleste Reine. Je t’en supplie à l’heure de ma mort, annonce moi que j’ai trouvé grâce devant Dieu”.

SAINT RAPHAEL

        Saint Raphaël est le patron, le Protecteur des confesseurs et de leurs pénitents. Celui qui l’honore aura toujours un bon directeur de conscience. Il est l’Ange de la consolation dans les difficultés de notre temps ; il est notre secours dans la détresse. Il s’intéresse d’une façon Particulière au Sacrement de Pénitence. Les gens engagés dans le sacrement du mariage ne doivent pas l’oublier.

        On représente ordinairement Saint Raphaël tenant un bâton semblable à un sceptre ; Saint Gabriel un lys ; Saint Michel un glaive et un bouclier.

        L’Archange de 1a patience à son visage tourné vers le Ciel, Ses mains sont jointes, pour Une fervente prière, sa beauté a quelque Chose d’émouvant, je dirais presque mélancolique. Où Dieu l’envoie, 1a résignation et la patience pénètrent les âmes. Il est des personnes auprès desquelles il séjourne presque continuellement. Ces natures privilégiées peuvent tout supporter, même l’incroyable. Partout où ses regards s’arrêtent, il y a une croix, et il aide celui qui souffre avec courage à la porter patiemment (Ancilla était de ceux-là). Archange secourable, j’ai besoin de toi, moi aussi. Je ne suis pas digne de demander ta visite, mais viens, pour l’amour de Dieu, afin que je ne l’offense pas par mes pensées de lâcheté et d’impatience. Maintenant je considère davantage le privilège de cet ange. Oh ! que le Ciel doit être beau.

tobie_10

LES SOUFFRANCES SONT DE TRES GRANDS BIENFAITS DES GRACES DE DIEU

        Ce matin vers trois heures, j’ai vu l’Archange Raphaël. Il avait l’apparence d’un pèlerin, mais son visage a une grande majesté, à laquelle se joignait une grande bonté. Je souffrais d’une grande oppression ; il mit sa main sur mon cœur qui s’apaisa et mes souffrances diminuèrent. De, tout mon cœur, je remerciais St Raphaël lui recommandant aussitôt “Deus dedit”, “B.” Je demandais la guérison de “Servus Dei”, Il sourit et me dit : “Les désirs de Deus Dedit dont tu sollicites la réalisation seront allégés, mais il aura toujours ce souci, car le Seigneur ne le lui enlèvera pas complètement. Il y a des désirs et des soucis dont Dieu ne délivre jamais parce qu’il veut toujours être prié. Il aime par-dessus tout les prières pleines d’abandon à sa volonté.

        Dieu est infiniment bon et miséricordieux envers les hommes et Il ne laisse rien sans récompense : à ceux qui le prient et qu’Il semble ne pas écouter Il donne de grandes grâces qu’un cœur humain ne pourrait se les représenter. La compréhension des prévenances de la bonté divine est une des plus grandes joies réservées aux âmes humaines dans la bienheureuse éternité.

        Qu’elle est grande la valeur de la souffrance ! Les souffrances sont les plus grands bienfaits et les plus grandes grâces de Dieu.

        Les hommes ne comprennent pas plus la valeur de la souffrance qu’ils ne comprennent l’extraordinaire grandeur et la puissance du prêtre. Le sacerdoce est chose si élevée, si prodigieuse, que même les hommes les plus avancés dans la voie de la sainteté mourraient de terreur et d’humiliation s’ils arrivaient à la moindre connaissance des pouvoirs du prêtre. Cette connaissance appartient à la béatitude éternelle. Il demeura muet dans une sublime contemplation.

GARDIEN ET PROTECTEUR DU PRETRE.

        Après un court instant je lui pris la main et dis : “Qu’en est-il avec le Père B.” Il me regarda amicalement et répondit : “Que doit-il en être ? Fidèle ouvrier dans la vigne du Seigneur il est en souci pour son séminaire, mais il doit rejeter ses soucis sur le Seigneur qui l’aidera en tout temps…”

        Je te dis encore que l’ange du diocèse se tient devant l’évêque comme un protecteur. Il a changé son sceptre contre une épée et un chérubin l’accompagne. Malheur à ceux contre qui il lèvera l’épée des anges ! Trois fois Malheur à ceux qu’elle blessera ! La porte du Ciel restera fermée pour eux. Comme le Seigneur a dit à ses apôtres : “Veillez et priez” ainsi je vous répète : “veillez et priez ! Veillez sur les faux prophètes afin qu’ils n’entraînent pas tant d’âmes au Royaume des Ténèbres ; priez sans cesse, afin que le Seigneur relève et fortifie les faibles, qu’Il soutienne les forts pour qu’ils ne chancellent pas … Car pour l’Église le temps de la grande tribulations est commencé.

LES VERTUS.

        Comme leur nom l’indique, ces Anges personnifient les Vertus. Dieu les envoie à tout homme qui, de toute l’énergie de sa volonté travaille avec persévérance à son amélioration ; qui ne s’arrête pas lorsqu’il a extirpé un défaut, mais au contraire, continue à employer tous les moyens de mortification spirituelle et corporelle pour sauver son âme. Il est des prêtres qui ont continuellement un de ces anges près d’eux. Généralement, ils ont peu de soin pour eux-mêmes, ne se Ménagent point et se Mortifient sans cesse. Ils sont les préférés des Vertus.

        Maint pécheur converti est accompagné d’un de ces anges. L’ange encourage jour et nuit et le pénitent ne cesse de lui obéir, car l’ange l’oblige à persévérer par la force de vertus qu’il possède.

        Toutes les âmes attirées à la vie intérieure doivent invoquer spécialement les anges de ce chœur, car les bonnes pensées ne suffisent pas à nous rendre parfaits, il faut aussi la force de la vertu pour les mettre à exécution.

LES PUISSANCES.

        Les anges du chœur des Puissances sont grands. Ils m’apparaissent portant une aube et une dalmatique. A peu d’exception près, ils ne servent que les prêtres. Leur force est plus intense que celle du chœur précédent. Devant eux le démon s’enfuit… Leurs Mains sont croisées Sur la poitrine, leur regard a quelque chose d’impérieux, d’irrésistible. Leur visage resplendit magnifiquement. Ce chœur mérite bien sa dénomination par la haute Majesté de ses anges.

        Ils protègent les prêtres, spécialement dans l’exercice de leur ministère ; ces anges doivent être invoqués avant la récitation du bréviaire, car ils chassent les distractions dans la prière. Pourtant, on ne pense jamais à eux: Anges, Archanges, Chérubins, Séraphins, sont invoqués alors que sont négligés les autres chœurs. Du troisième et du quatrième chœur les prêtres reçoivent une assistance spéciale dont ils ont besoin au confessionnal pour diriger les âmes consacrées à Dieu.

        Les confesseurs ont aussi besoin de ces anges lorsque des âmes spécialement aimées de Dieu sont sous leur direction.

        Les prêtres qui, jour et nuit, ont un de ces anges sont les privilégiés de Dieu, car cet Ange conduit à la connaissance de soi-même et donne un vif désir de perfection.

        Quand un prêtre est gardé par un Ange des Puissances il est à peu près certain que plus tard, il recevra un ange du chœur des Dominations. Il est arrivé qu’un prêtre dès son ordination, ait reçu un Ange des Puissances parce qu’il était appelé à une grande activité comme confesseur. Un prêtre assisté d’un Ange des Puissances exerce une particulière autorité sur les âmes et son ministère est béni. Chaque fois que leur zèle s’attiédit, l’Ange le ranime. On invoque l’assistance des Anges de ce chœur dans les sécheresses spirituelles, dans toute les mauvaises dispositions intérieures et dans les tentations de colère et d’impatience.

LES PRINCIPAUTES

        Chaque paroisse a un ange spécial qui appartient au chœur des Principautés. Cet Ange est grand et d’un magnifique aspect ; il est entouré d’un chœur d’autres anges

        Prosternés devant le Saint Sacrement, ils prient , jour et nuit pour les membres de la paroisse; ils veillent à ce que les mourants reçoivent les derniers sacrements et à ce que les enfants soient baptisés. Ils connaissent chaque paroissien de leur église. Ils implorent le pardon de Dieu pour chaque offense grave. Ils sont habituellement des intercesseurs.

        Ils honorent le Dieu caché dans l’hostie, si oublié des hommes et les attendant en vain. Pour réparer l’indifférence des âmes, ces Anges chantent le Sanctus d’une manière mystérieuse et sans interruption. On ne les invoque presque jamais. Le culte de ce chœur d’anges apporte la joie et l’assiduité dans la prière. Leurs traits sont gracieux et pleins d’amabilité, mais ils expriment une profonde douleur si quelqu’un reçoit la Communion indignement. En tel cas, ils se prosternent et disent des prières réparatrices.

        Aucun prêtre ne devrait négliger de Saluer les Anges de la paroisse dont il a la charge; par cette pratique il recevrait des grâces abondantes, grâces qui sont rarement méritées.

        La Fête de la Dédicace est jour de joie pour les Principautés. L’Ange de chaque église présente à Dieu les prières, les actes de piété, les mortifications, les mérites accumulés depuis la dernière fête. C’est aussi le jour où le Prince Céleste bénit 1′édifice. Cet ange n’abandonne jamais les enfants de la paroisse et prie sans :cesse Dieu pour eux ; il leur obtient courage et force. Une mère ne peut prier avec plus de ferveur que lui… et personne ne le remercie.

LES DOMINATIONS.

        Le Sixième chœur est celui des Dominations. Ce sont les anges à qui Dieu confie ceux qui doivent enseigner, que ce soit dans la chaire d’une grande école, celle d’une église ou au confessionnal lorsqu’il s’agit de direction spirituelle. Les missionnaires sont gardés par les Dominations. Ces anges sont avec tous ceux qui s’efforcent d’étendre le Royaume de Dieu sur la terre.

        Les Supérieurs de communautés et de séminaires ont aussi un de ces Anges, à condition qu’ils soient humbles. Ces âmes doivent glorifier Dieu, c’est pourquoi un tel Ange se tient à leur côté. Dans mes visions ils ont un bouclier portant le nom de Dieu. Leur visage luit comme le soleil, leur couronne éblouit par sa magnificence. Il, faut les invoquer pour obtenir l’extension du Royaume de Dieu en ce monde par la conversion des hérétiques, des incroyants, des catholiques tièdes et de ceux qui n’en ont que le nom. Dans le découragement, ayons rebours à eux ; ils nous aideront. Mais on ne pense pas souvent à ces anges. Dans  la Préface, on dit bien : “Adorant Dominationes”, mais on n’y pense pas après la Messe, et cependant ils travaillent tant pour agrandir le Royaume de Dieu.

        Quand j’avais neuf ans, il m’arrivait fréquemment de plaindre les Anges parce qu’ils étaient honorés dans la Préface, en paroles, mais presque jamais avec le cœur. En compensation je récitais chaque jour neuf Ave en l’honneur des neuf chœurs et trois Gloria pour tous les prêtres afin qu’ils aient une connaissance plus grande des Anges et de leurs privilèges. Je suis restée fidèle à cet exercice, il apporte beaucoup de consolation, et en retour Dieu nous donne le don d’oraison.

LES TRONES

        Le Septième Chœur, les Trônes, est le Chœur Royal. Chaque diocèse, chaque royaume, chaque communauté, a un ange spécial choisi dans les Trônes.

        Ces anges m’apparaissent semblables à des rois. Leur visage est empreint de noblesse et de majesté surnaturelle. Malgré leur aspect majestueux, leur regard fixe le Ciel avec humilité et ardente ferveur.

        Ils présentent sans cesse au Tout-Puissant les prières de leur royaume. Ils offrent à 1a Sainte Trinité tous les renoncements, les sacrifices, les mortifications qu’exerce chaque cœur humain et les ennoblissent, les sanctifient par leurs propres prières. Leur souveraineté consiste en ce perpétuel dévouement ; leur règne dans la plus profonde humilité ; leur couronne dans un brûlant amour.

        Par le vouloir de Dieu il est fait mention d’eux dans la Préface, sinon ils seraient jamais nommés. Il y a quelque chose de silencieusement tragique dans le service des anges : Ils font tout ce qui est en leur pouvoir pour l’humanité coupable et les malheureux hommes, pauvres de foi, sont de glace ; ils les oublient en prétendant que leur existence est un conte gracieux. Les Anges nous servent sans relâche ; ils n’attendent aucun remerciement et en reçoivent rarement. Pourtant, la dévotion aux Saints Anges nous aiderait à atteindre la perfection, la sainteté.

LES CHERUBINS

        Sont les glaives du Seigneur.  Leur vêtement est de resplendissante et pure lumière. Leur face est sévère et comme expression ressemble à St Michel. Il sont ceinturés de feu et leur main droite tient une épée à lame de feu. Leur couronne est faite de rayons de soleil.  Ils personnifient le zèle de la gloire de Dieu et l’arme toujours prête à la défendre. Quand Dieu eût chassé Adam et Eve du Paradis Terrestre, des Chérubins en gardèrent l’entrée dit l’Ecriture Sainte.

        Je Crois que des Chérubins doivent veiller sur le Souverain Pontife.

        Dans les tentations de doute, d’impureté, de scrupules, Il est bon de les invoquer. J’ai vu que cette dévotion avait des résultats surprenants.

LES SERAPHINS

        Et voici le chœur bienheureux des Séraphins. Que dois je en dire ? Ils sont amour et servent l’Amour. Ils honorent, ils louent, ils aiment la Sainte Trinité sans interruption. Ils ne peuvent faire autre chose, et c’est leur béatitude. Leur amour s’enflamme de jour en jour et d’heure en heure, un plus grand amour qui les a choisis pour son service et sa louange. Quel cœur ne désirerait pas être rempli d’amour en méditant les sublimes fonctions des Séraphins ? Qui n’envierait ces Anges bienheureux entre tous, qui, de toute éternité ont été créés pour aimer l’éternel Amour, source de tout Amour ? Quel magnifique holocauste d’amour sont ces anges qui sans cesse brûlent sans se consumer et qui peuvent se plonger toujours, éternellement dans l’Amour. Quand on contemple la splendeur des Anges on voit mieux combien la terre est petite et l’humanité misérable ; alors, celui qui médite, pressent la perfection du Créateur et de son Amour sans limite qui livra son Fils pour nous sauver. Par la dévotion aux Anges, nous nous rapprochons de Dieu. Pourquoi les Anges sont-ils si peu honorés et aimés ?

L’ANGE GARDIEN MAITRE ET AVERTISSEUR.

        …L’Ange sourit… dis à “Servus Dei” qu’il y a beaucoup d’âmes qui n’ont d’autres désirs que de trouver Dieu et le servir. Dis lui qu’il est dans ce, monde beaucoup plus d’innocence et de sainteté qu’il le croit. La vie de sacrifice de telles âmes monte comme un encens vers le Ciel et réjouit le Cœur de Dieu.

        Ce matin, de bonne heure, avant l’Angélus, mon Archange me dit : “Tu ne dois désirer rien d’autre que d’appartenir à Dieu. En même temps il ne conseilla d’éviter les examens de conscience inutiles et d’être attentive à commencer et à terminer mes actions et mes paroles en Dieu. Lorsque j’ai répliqué que je trouvais cela très difficile, car il faut exercer une particulière attention, il dit : “Pour Dieu et Sa volonté, rien ne doit être trop difficile pour toi. Plus la lutte sera vive, plus le repos conquis sera profond et heureux. Délivre ton cœur de ce qui est terrestre et Dieu viendra y demeurer. Donne tout ton cœur à ton Créateur et Maître et Il te donnera tout son Amour”.

        Mon Archange me disait hier : “Il ne faut pas renouveler une confession générale quand elle a été déjà faite avec une bonne préparation et une ferme volonté de bien se confesser”. Non seulement c’est tout à fait inutile, mais c’est perdre un temps précieux. L’âme ne doit pas toujours penser à la sévère justice de Dieu, mais aussi à son immense miséricorde. Si : “O Dieu, que de cette visite, de cette conversation il me vienne joie ou peine, j ‘accepte tout et ne veux pas autre chose que t’honorer et te servir”.

PRIE POUR L’ACCROISSEMENT DE TES PEINES.

        Aujourd’hui, après le repas,  je m’assis dans ma chambre et voulus réciter mes habituels neuf Pater et Ave en l’honneur des neuf Chœurs des Anges. Je pensais à mon Archange. Soudain je le vis devant moi ayant une expression sévère que je ne lui connaissais pas. “Tu t’assieds pour prier, dit-il, et tu as pensé auparavant : “comme je suis fatiguée, je me réjouis de l’idée que d’ici le mois de Mai je pourrai me reposer dans l’Éternité”. Comment est-il possible que toi, favorisée par Dieu de tant de souffrances, tu penses si facilement à quitter cette vie. Nous, les Anges ne pouvons jamais souffrir pour Dieu et par Sa Volonté. Si nous étions capables d’éprouver de l’envie, nous aurions ce sentiment envers les humains parce qu’ils peuvent souffrir.

    Va tout de suite demander pardon au Saint Sacrement de mésestimer cette précieuse vie de souffrances dont Dieu te gratifie… En te confessant, n’omets pas de t’accuser de ton peu d’estime des grâces de Dieu ».

    Ayant rassemblé mes forces, je me rendis à l’église où, de tout mon cœur et en pleurant, je priais Dieu de me pardonner. Je demandais aussi à mon ange de ne plus être fâché. Il ne se montra, pas. Puis devant mon Crucifix je priais le Seigneur de dire à l’ange que je m’étais repentie autant que possible et qu’il ait compassion de ma faiblesse. Alors le Crucifix sourit et s’inclina profondément vers moi. J’éprouvais un vif désir de m’appuyer sur Jésus, et je le fis. Je reconnus mon coupable découragement, et comme j’avais tort de demander la délivrance de mes peines. pour nous pauvres pécheurs, et comme une âme s’élève dans la grâce et dans l’Amour Divin lorsqu’elle souffre, patiemment soumise à la Volonté Divine. Je fus par un ardent désir de souffrir et de vivre longtemps si telle était la volonté de mon Amour crucifié. Je pris courage et dis : “Seigneur, laisse-moi vivre et souffrir encore longtemps”. Le Seigneur me regarda avec une indicible tendresse. Je ne le voyais plus crucifié mais ressuscité, et je dus fermer les yeux. Le Seigneur éleva la main droite, et je vis, devant moi, un grand et bel Ange tenant une lumière dont la flamme était si infime qu’elle semblait sur le Point de s’éteindre. Je dis : “Ah ! Seigneur comment ce Séraphin ose-t-il, paraître devant toi avec une si faible lumière ?” Le Sauveur me répondit avec une grande bonté “N’as-tu pas aujourd’hui, caressé l’espoir de mourir bientôt ? Cette lumière symbolise ta vie. Veux-tu qu’elle s’éteigne Vite ?” Je répondis avec vivacité : “Seigneur qu’elle s’éteigne aujourd’hui ou dans de nombreuses années, pourvu que Ta Sainte Volonté s’accomplisse”. Le Seigneur jeta un regard plein de force créatrice sur la pauvre lumière qui grandit aussitôt. Je dis alors “Que ta Volonté soit faite, O cher Seigneur, sur la terre comme au Ciel”.

OFFRE TES MAUX A L’ENFANT

        … Les trois Rois furent les premiers hommes qui honorèrent Marie en tant que Reine. En contemplant ce tableau, j’éprouvais une grande douleur à la pensée de nos graves et nombreux péchés, volontiers j’aurais apporté une offrande comme je le voyais faire aux trois rois, mais je n’avais rien. Alors je vis mes deux Anges, le compagnon de Gabriel tenait en main une large coupe d’or, et mon ange gardien y déposa un frêle rameau de myrrhe. Et l’Ange me dit : “offres tes maux à l’Enfant. Je saisis la coupe et je priais l’Enfant de daigner y déposer la myrrhe de ses souffrances afin que je puisse la lui offrir car ce que j’avais était trop peu do chose L’Enfant sourit et bénit mon minuscule rameau qui grandit prodigieusement et se couvrit de roses rouge sombre. Leur céleste parfum me remplit de délices et j’oubliais toutes mes douleurs…”

C’EST A LUI QUE TU ES SOUMISE ET NON A MOI.

        … La fonction d’un directeur spirituel est si haute que nous, les Anges, en sommes étonnés. Par ton obéissance, tu honoreras et serviras Dieu.

        … Aujourd1hui. comme je quittais ma chambre pour me mettre route, un Ange merveilleusement beau parut devant moi. Il ressemblait à un lévite, les bras croisés sur la Poitrine, les regards levés au Ciel dans une attitude suppliante…

        … Pour lui être agréable, je récitai : Ave Maria Gratia Plena, Dominus tecum… Il étendit les mains et me regarda avec une céleste bonté. Puis il dit : “Je suis l’ange que Dieu envoie à ceux qui souffrent ; maintenant je viens à toi ; ensuite j’irai vers le P.B. puis à Deus Dedit. Ne te décourage pas et d’avance rends grâce à Dieu pour les douleurs à venir ! Il disparut.

LES AMES PURES PLUS BELLES QUE LES ANGES

        Mon deuxième ange, celui que j’ai reçu hier matin, appartient aux Archanges. Il me fortifiera selon la volonté de Dieu, son visage est sérieux, il m’accompagnera jusqu’à la mort.

        Dans les chagrins de mon cœur j’implorais mon ange. Je le vis avec le compagnon de Gabriel, dans leur céleste et noble beauté. Oh ! leur dis-je comme vous êtes merveilleusement beaux. Et vous devez être encore plus beaux que je ne vous vois, certainement, si je vous voyais dans tout l’éclat de votre splendeur, je devrais mourir. Le frère de Gabriel répondit : “Oui, c’est vrai, mais la beauté des élus est plus grande que celle des anges parce qu’ils ont pu souffrir pour Dieu. Je repris : “Comme les âmes do mon directeur et de son ami doivent être belles …” Tu n’as qu’une faible idée de la magnifique beauté de ces âmes. Si Dieu te la dévoilait toute tu ne saurais pas si c’est lui-même que tu voie. Il en est ainsi pour toute âme pure. Les âmes sacerdotales ont une splendeur toute particulière, merveilleuse en son rayonnement ; ce n’est qu’au Ciel qu’elles se verront. Et ce sera une grande part de leur bonheur et de leur éternelle jubilation”.

PLUS DE VALEUR Q’UN SAC REMPLI DE PIECES D’OR

        Pourquoi Deus Dedit s’attriste-t-il inutilement de  ne pouvoir être Plus charitable (me dit l’Archange) Dieu ne regarde pas la grandeur du don, mais la bonne volonté. Un seul mot de bonté sincère dit à un affligé à plus de valeur qu’un sac de pièces d’or.

LES ANGES DANS LA VIE DES SAINTS.

        Ce matin pendant mon oraison, je vis Saint Jean Népomucène. Dion Archange me dit que l’on n’invoque pas assez ce glorieux martyr. Il est non seulement le patron des confesseurs, mais celui des âmes calomniées. Les prêtres doivent l’invoquer tout spécialement pour leurs calomniateurs. Mon Archange me recommanda cet exercice pour moi-même…

LES ANGES ET LES AMES DU PURGATOIRE.

        Ce soir mon ange me fit parcourir une partie du Purgatoire. C’est épouvantable ! Que sont toutes les souffrances de la terre en comparaison ! Qu’est ce que le feu le plus ardent en comparaison de ce brasier consumant et sans flammes! Je parvins à la dernière place et j’y vis une parente que l’on croyait, à tort, bienheureuse depuis long temps… Elle est au nombre de ceux qui doivent souffrir le plus longtemps et pour qui les messes ne sont guère plus qu’une goutte d’eau car la Justice de Dieu ne permet pas que les mérites de nos prières leur soient appliqués. Elles mêmes n’accepteraient pas ce soulagement car elles savent que la Justice Divine exige qu’elles expient par ces tourments. C’est une partie du Purgatoire où les anges eux-mêmes ne peuvent pénétrer qu’à certains moments de l’année liturgique, pour consoler leurs protégés d’autrefois; un lieu rempli d’inexprimables soupirs et de larmes ardentes ; un lieu qui serait l’enfer s’il n’y avait l’espérance, et la certitude de ne pouvoir, en aucun cas, y rester plus longtemps que jusqu’au Jugement Dernier. Oh ! les pauvres âmes. Je voulus tendre la main à l’une d’elles pour l’attirer à moi et la consoler, mais mon ange me retint en disant : “Ne la touche pas! Tu brûlerais et tomberais en poussière; malgré toute ta force, ton corps ne pourrait supporter ce feu”.

        … De plus ce lieu est rempli d’épaisses ténèbres; je n’y aurais rien aperçu si la gloire de mon ange ne m’avait éclairée. Les pauvres âmes qui sont dans ces horribles ténèbres doivent cependant, être estimées heureuses, car la plupart de ceux qui ont commis des péchés semblables aux leurs sont damnés ; leurs péchés ressemblent à celui de Lucifer. Au dernier moment, un mourant peut encore, par une grâce spéciale de Dieu, faire acte d’amour parfait, et traverser seulement le Purgatoire.

        Je vis une âme qui, à mon avis, devait expier longuement car, pendant sa vie elle avait gravement offensé Dieu par ses imprécations, ses colères et ses vices. Quand j’ai demandé à mon ange quelle serait la durée de l’expiation pour cette âme, il dit en souriant : “Dans cette heure même cette âme entrera dans la joie éternelle”. Et comme je m’étonnais car elle était entrée seulement la veille dans son éternité, il m’expliqua que cet homme, à ses derniers moments, sur le point d’être jugé, ressentit un si ardent amour et une si vive contrition, lui qui avait tant aimé la vie et en avait tant joui, se réjouit de mourir parce qu’il ne pourrait plus offenser le Sauveur.

        Je demandais s’il aurait un moindre degré de béatitude et l’ange me répondit : “Non, son trône sera dans le chœur des Séraphins”. Durant sa vie il n’avait jamais refusé l’aumône à un pauvre. Bienheureux les miséricordieux, il leur sera fait miséricorde !

        La veille de la fête du Saint Nom de Jésus, un nombre incalculable d’âmes entrèrent au Ciel…

        Il me vint soudain la pensée d’offrir toutes les sueurs d’angoisse à la Justice Divine en faveur des Pauvres âmes du Purgatoire.

        Je suivis cette inspiration et demandais aux neuf chœurs des Anges de m’aider dans cette prière. Ma prière fut fervente et pressante comme elle ne l’avait jamais été… je voulus m’interrompre, mais mon ange me dit : “Prie encore, prie jusqu’à ce que soit délivrée l’âme à  laquelle Dieu applique tes prières”. Mon âme fut si profondément émue que je ne trouvais plus d’autre prière que : “O Jésus ! Miséricorde, Tu dois être miséricordieux, car Tu as voulu mourir pour nous, pauvres créatures”. Et je renouvelais cette invocation de manière toujours plus pressante avec d’abondantes larmes, car la plainte de cette pauvre âme parvenait à mon oreille. Enfin une grande Paix m’envahit et de lassitude, mes yeux se fermèrent. Alors mon ange me dit : “Ouvre les yeux et loue la miséricorde de Dieu”. Je vis un jeune garçon plein d’une grâce céleste qui se tenait debout devant moi.

        Il me dit : “Ta compassion, ta prière et tes larmes m’ont ouvert les portes du Ciel. Maintenant je vais devant le Trône de Dieu. Auparavant je veux te remercier et te dire que je te rendrai ta prière au centuple. Depuis vingt et un an j’étais dans le Purgatoire, oublié de mes parents et de mes amis. A l’heure de ta mort, je viendrai t’assister”.

RELATIONS AVEC LES ANGES DU PURGATOIRE.

        … Ce soir, vers cinq heures, j’étais assise à ma place habituelle près de la fenêtre, devant une image du Sacré-Cœur et je priais pour les pauvres âmes; soudain mon ange se trouva devant moi et me dit d’une manière pressante : “Fais attention et ne t’effraie pas”.

        On frappe doucement à la porte. Pleine d’anxiété, je dis “Entrez” et le défunt K parut Il Paraissait terriblement misérable et vint jusqu’à moi près de la fenêtre. Il était très faible et très las et me dit d’une voix éteinte : “Enfin je peux venir jusqu’à vous ! mon cœur s’en réjouit. Tous m’oublient, excepté vous. Dites donc au curé F. de ne pas m’oublier tout à fait. Chaque jour j’attends le secours de sa prière. J’ai tant prié pour lui et il commence à m’oublier. Mais maintenant, cela ira mieux puisque j’ai pu venir moi-même à vous”.

        Je lui demandais s’il devait souffrir encore longtemps, car tant de messe ont été célébrées pour lui. Il me répondit en pleurant abondamment que, de toutes ces messes, une seule lui fut appliquée, Car il avait à B. célébré la messe à des heures trop irrégulières, de sorte que beaucoup de gens ne pouvaient y assister parce qu’ils ne savaient jamais à quelle heure elle serait dite. La Justice Divine, dit-il a voulu que ces messes me soient reprises jusqu’à ce qu’il y ait une suffisante compensation pour les omissions et les retards involontaires de ces gens.

        Je lui demandais comment je pourrais lui venir en aide. “Par la patience et la prière”. Je lui promis que la nuit prochaine je souffrirai et prierai pour lui avec instance jusqu’à ce qu’il soit délivré. Je lui demandais si les larmes qu’il venait de répandre ne l’avaient pas soulagé ? Il répondit : “Toutes les souffrances de ce monde rassemblées, depuis sa création jusqu’à sa fin, ne sont rien auprès d’une seconde du plus léger Purgatoire”. Je me séparais de la pauvre âme plaintive.

        C’était si beau et si impressionnant de voir le respect avec lequel mon ange accompagna jusqu’à la porte cette âme sacerdotale; tout à coup, cette âme disparut et mon ange et moi priâmes avec ferveur.

        Lorsque cette âme entra au Ciel, je vis qu’elle était accueillie par la Miséricorde Divine. Une voix me dit : “Je suis la Miséricorde et celui-ci fut un de ceux qui suivirent toujours mes traces. C’est pourquoi je l’ai oint de l’huile de la joie et le conduis au bonheur éternel. Il fut miséricordieux pendant son terrestre pèlerinage ; vois, moi la Divine Miséricorde je viens au-devant de lui à l’entrée du Ciel”.

        L’ange de la patience parut ensuite. Je le connaissais déjà. Son expression grave, je dirais même parfois douloureuse, s’était transformée en joie et il tendit au bienheureux la palme de la victoire.

        Puis encore une fois, j’entendis le splendide Alléluia du chœur des anges et je vis l’élu avancer dans l’éternelle lumière. Remplie de bonheur je restais en arrière.

LE FAUX ANGE

        … Aujourd’hui je me Sentais terriblement abandonnée et lasse à mourir. Toutes les peines de ma vie pesaient lourdement sur mon cœur, comme aussi l’abandon des meilleurs. Subitement, je vis devant moi une étrange apparition. Elle était enveloppée d’un vêtement bleu brodé d’or. Toute sa personne était belle, mais il y avait quelque chose d’indéfinissable qui me repoussait. A voix basse cette apparition commença à énumérer toutes les fautes de ma vie et me plaignit amèrement de l’impossibilité où j’étais de réparer pour le bien omis. Mon âme fut comme transpercée d’un glaive. Mais je m’apaisais quelque peu en pensant : “Si j’écoute ces discours plus longtemps je vais désespérer ! Il est impossible qu’un bon esprit parle de cette façon. Je considérais attentivement celui qui me parlait, et comme au début, je me sentis mal à l’aise ; ses yeux étaient toujours baissés.

        Je l’interrompis brusquement dans son énumération de mes négligences – il en était à ma quinzième – année et je lui dis : “Au nom de Jésus Crucifié, je t’ordonne de lever les yeux et de me regarder”. Son beau visage se crispa dans une horrible grimace, et deux yeux terribles, pleins de haine, les yeux du démon, me dévisagèrent.

        Je savais qui j’avais devant moi. Je commandais au démon de rester encore et lui dis : “Tous les péchés dont tu m’as fait le compte je les ai commis et encore mille fois plus. Mais si mes péchés sont sans bornes en nombre et en gravité, ma confiance dans les mérites de Jésus Crucifié est aussi illimitée”.

        Je prononçais sans y réfléchir la formule de bénédiction que j’emploie habituellement avec les âmes du Purgatoire : “Que la Miséricorde de Dieu te console et te donne la paix”. Le démon disparut en poussant un hurlement formidable. Mais je vis mon très aimé Père Jean se tenir devant moi, fâché et il me dit. “Comment peux-tu adresser ce vœu de paix au démon, à lui qui ravit si volontiers la paix aux hommes et travaille toujours à troubler la paix ? Comme tu es irréfléchie pour souhaiter la paix à celui qui par un jugement de la Justice de Dieu, l’a perdue pour l’éternité !” Cela me fit de la peine et j’ai récité le Te Deum en l’honneur de la Divine Justice.

NOUS AVONS TOUJOURS EPROUVE LA MERVEILLEUSE ASSISTANCE DE NOTRE ANGE GARDIEN.

        Nous ne voulons pas prendre congé d’Ancilla et des bons anges à travers le royaume desquels elle nous a conduits, en les quittant à la porte de l’Enfer.

        Nous voulons faire un retour en arrière jusqu’au trône de S.S.Pie XII et l’entendre nous dire lui-même comme il connaît son ange gardien et ce qu’il en pense. Le jour de la fête des Saints Anges, le 2/10/34, il parlait à une grande assemblée d’enfants venus de toute l’Italie. Et de quoi ? de l’Ange Gardien.

        Il rappela d’abord les paroles du Grand Serviteur de Marie, St Bernard, le chantre et panégyriste des anges gardiens.

        “N’oubliez jamais ce compagnon de votre vie et honorez le pour sa présence, pour son dévouement, pour sa bienveillance: Ayez confiance en sa protection”.

        En effet, l’ange de Dieu nous accompagne de sa présence ; il nous honore et nous aime par sa bienveillance et nous aide par sa protection.

        En conséquence, pour nous aussi, il a la même bonté que celle indiquée par St Bernard. Nous ne devons jamais oublier la présence de notre ange gardien ; ce Prince de la Cour Céleste ne doit jamais avoir à rougir de nous.

        Enfants ou adultes, nous ne voudrons jamais faire quelque chose qui puisse offenser celui qui a soin de nous, avec sollicitude. Jamais nous ne voudrons faire ce que nous n’oserions accomplir devant notre père, notre mère, ou le moindre de nos camarades, car partout, à chaque instant, notre ange est présent. Mais ce n’est pas tout. Sa présence est pleine de délicatesse et de bonté ; nous devons, en retour, l’honorer par notre délicate tendresse, notre soumission, notre dévotion, en y ajoutant notre reconnaissance envers Dieu.

        Nous prouverons notre pieuse confiance par une prière quotidienne, au commencement et à la fin de chaque journée, comme aussi pendant son cours.

        En cela nous ferons comme le Pape qui, de l’aurore la nuit, chaque jour de sa vie invoque son ange gardien et répète souvent cette invocation dans la journée, surtout quand des embarras et des difficultés se présentent, ce qui, naturellement, n’est pas rare.

        Nous attachons une grande importance, dit encore le Saint Père à vous déclarer hautement ce devoir de reconnaissance, car Nous avons toujours éprouvé le merveilleux secours de notre ange gardien.

        Très souvent, Nous avons vu et senti que notre ange est à nos côtés, toujours prêt à Nous soutenir et à nous secourir. Ceci, tous vos anges gardiens le font aussi pour vous chers enfants. Ils sont toujours là, toujours pleins d’amour, toujours vigilants.

        La certitude que nous sommes gardés par un Prince de la Cour Céleste, par un de ces esprits dont le Sauveur a dit en parlant de ceux des petits enfants : “qu’ils contemplent sans cesse la majesté de Dieu”, cette certitude, dis-je, ne doit pas nous inspirer seulement du respect et de la dévotion, mais aussi une pleine confiance.

        Cette confiance est nécessaire et doit s’affermir lorsque l’accomplissement d’un devoir pénible nous attend et que tenir de bonnes résolutions nous est difficile.

        Alors nous devons compter tout spécialement sur le secours, la défense et la Protection de notre ange gardien.

        La prière est la plus vraie et la meilleure expression de cette confiance.

        Chacune des salutaires paroles de St Bernard – conclut le Souverain Pontife — furent, dès nos premiers pas, gravés dans notre cœur par notre mère, aussitôt que nous fûmes capables de les comprendre.

        Avec la grâce de Dieu, elles nous ont toujours soutenu dans les travaux de notre existence, et Seront encore notre force et notre secours tant que le Seigneur nous accordera de vivre ici bas.

AMEN

( 8 mars, 2013 )

Vatican II: la putain de Babylone… – Alain Soral

Image de prévisualisation YouTube
( 13 février, 2013 )

Prophétie de Saint Nylus

Saint Nilus

Saint Nylus

Saint Nylus était un ermite qui vécu au au 5ème siècle, en voyant le monde dans lequel il vivait il était convaincu que la fin des temps était arrivée. Dieu dans sa bonté pour le détromper lui fit les révélations que voici :

Résumé de la vie de Saint Nylus tiré de la page : http://gestadei.bb-fr.com/t1281-propheties-de-st-nilus-sur-le-xxieme-siecle :

Saint Nilus fut l’un des nombreux disciples et fervents défenseurs de saint Jean Chrysostome. Il était huissier au tribunal de Constantinople, marié et père de deux fils. Alors que saint Jean Chrysostome était patriarche, avant son exil (398-403), il dirigea Nilus dans l’étude de l’Écriture sainte et dans des œuvres de piété. Saint Nilus quitta sa femme et emmena l’un de ses fils, Théodule, au mont Sinaï pour s’y faire moine avec lui. L’Évêque d’Eleusis les ordonna tous deux prêtres. Son épouse et son autre fils entrèrent en religion à leur tour en Egypte. Perdu dans son monastère du Sinaï, Nilus n’en était pas moins connu dans toute l’Église d’Orient. Par ses écrits et sa correspondance, il joua un rôle important dans l’histoire de son temps. Comme il était réputé en tant que théologien, bibliste et écrivain ascétique, des gens de toutes conditions – de l’Empereur au dernier de ses sujets – lui écrivaient pour le consulter sur telle ou telle question. Ses nombreux ouvrages, y compris une multitude de lettres, consistent en une dénonciation de l’hérésie, du paganisme, des abus de la discipline, du crime, ainsi qu’en des règles et principes d’ascétisme, notamment des maximes au sujet de la vie religieuse. Il ne craignait pas d’avertir et de menacer les gens haut placés : abbés et évêques, gouverneurs et princes, et jusqu’à l’Empereur lui-même. Il entretint une correspondance avec Gaina, chef des Goths, qu’il s’efforçait d’extirper de l’arianisme. Il dénonça avec vigueur la persécution de saint Jean Chrysostome tant auprès de l’Empereur Arcadius qu’auprès de ses courtisans. Saint Nilus est à classer parmi les grands écrivains ascétiques du cinquième siècle. Sa fête est célébrée le 12 novembre dans le calendrier byzantin, et il est commémoré à la même date dans le martyrologe romain. Saint Nilus est probablement mort en 430, car on n’a aucune preuve qu’il eût vécu après cette date. [Extrait de « L’Encyclopédie Catholique », édition de 1911).

Saint Nilus

Saint Nylus

Prophétie :

« Après l’année 1900 et le milieu du XXème siècle, les gens de ce temps-là deviendront méconnaissable.  Quand le temps de la venue de l’Antichrist approchera, l’intelligence des hommes sera obscurcie par les passions charnelles : l’avilissement et la licence s’accentueront. Le monde deviendra alors méconnaissable : les gens changeront d’apparence tellement qu’il sera impossible de distinguer les hommes des femmes à cause de l’effronterie dans leur manière de s’habiller et dans la mode de leurs cheveux. Ces gens-là seront cruels et comme des animaux sauvages à cause des tentations de l’Antichrist. On ne respectera pas les parents et les aînés, l’amour disparaîtra, et bien des pasteurs chrétiens deviendront des hommes vains complètement incapables de distinguer le chemin à droite du chemin à gauche : en ce temps-là en effet les lois morales et les traditions des chrétiens et de l’Eglise changeront, les gens ne pratiqueront plus la modestie, et la dissipation règnera ! Le mensonge et la cupidité atteindront de grandes proportions, et malheur à ceux qui empileront des trésors. La luxure, l’adultère, l’homosexualité, les actions secrètes et le meurtre seront la règle de la société. En ce temps futur, à cause du pouvoir de si grands crimes et d’une telle débauche, les gens seront privés de la grâce du Saint-Esprit reçue à leur Baptême, et, de même, ils n’auront pas de remords. Les Eglises seront privées de pasteurs pieux et craignant Dieu, et malheur aux chrétiens qui resteront sur la terre à ce moment-là : ils perdront complètement leur Foi, car il n’y aura plus personne pour leur montrer la Lumière de la Vérité. Ils s’éloigneront du monde en allant dans de saints refuges dans le but d’alléger leurs souffrances spirituelles ; mais partout, ils ne rencontreront qu’obstacles et contraintes. Tout cela résultera du fait que l’Antichrist voudra être le Seigneur de toutes choses et devenir le maître de tout l’univers. Il accomplira des miracles et des signes invraisemblables. Il donnera aussi au pauvre homme une sagesse dépravée pour découvrir une manière par laquelle un homme puisse mener une conversation avec un autre d’un bout à l’autre de la terre. En ce temps-là aussi, les hommes voleront dans les airs comme des oiseaux, et descendront au sein de l’océan comme des poissons. Et lorsqu’ils en seront là, ces gens malheureux passeront leur vie dans le confort sans savoir, pauvres âmes, que c’est une supercherie de Satan. Et lui, l’impie, remplira à tel point la science de vanité qu’elle s’écartera de la voie droite et conduira les gens jusqu’à la perte de la Foi dans l’existence de Dieu, d’un Dieu en trois Personnes. Alors, le Dieu infiniment bon verra la déchéance de la race humaine et Il raccourcira les jours pour l’amour du petit nombre de ceux qui doivent être sauvés, car l’Ennemi voudrait amener même les élus dans la tentation si c’était possible. Alors, l’épée du châtiment apparaîtra soudain et elle abattra le corrupteur et ses serviteurs. »

Saint Nilus

Saint Nylus

( 30 janvier, 2013 )

La contraception est un péché, Encyclique CASTI CONNUBII

La contraception est un péché

Image de prévisualisation YouTube

CASTI CONNUBII

LETTRE ENCYCLIQUE  DU SOUVERAIN PONTIFE PIE XI SUR LE MARIAGE CHRÉTIEN  CONSIDÉRÉ AU POINT DE VUE DE LA CONDITION
PRÉSENTE, DES NÉCESSITÉS, DES ERREURS ET DES VICES DE LAFAMILLE ET DE LA SOCIÉTÉ

Aux Vénérables Frères, Patriarches, Primats, Archevêques, Evêques et autres ordinaires en paix et communion avec le Siège Apostolique.

Vénérables frères, Salut et bénédiction apostolique.

INTRODUCTION

Raison et plan de cette Encyclique.

Combien grande est la dignité de la chaste union conjugale, on le peut surtout reconnaître à ceci, Vénérables Frères, que le Christ, Notre-Seigneur, Fils du Père éternel, ayant pris la chair de l’homme déchu, ne s’est pas contenté d’inclure d’une façon particulière le mariage — principe et fondement de la société domestique et de la société humaine tout entière — dans le dessein d’amour qui lui a fait entreprendre l’universelle restauration du genre humain : après l’avoir ramené à la pureté première de sa divine institution, il l’a élevé à la dignité d’un vrai et « grand » (1) sacrement de la Loi nouvelle, et, en conséquence, il en a confié la discipline et toute la sollicitude à l’Eglise son Epouse. Pour que, toutefois, cette rénovation du mariage produise dans toutes les nations du monde et dans celles de tous les temps ses fruits désirés, il faut d’abord que les intelligences humaines soient éclairées sur la vraie doctrine du Christ concernant le mariage ; il faut ensuite que les époux chrétiens, fortifiés dans leur faiblesse par le secours intérieur de la grâce divine, fassent concorder toute leur façon de penser et d’agir avec cette très pure loi du Christ, par où ils s’assureront à eux-mêmes et à leur famille le vrai bonheur et la paix. Mais lorsque, de ce Siège Apostolique, comme d’un observatoire, Nos regards paternels embrassent l’univers entier, Nous constatons chez beaucoup d’hommes, avec l’oubli de cette restauration divine, l’ignorance totale d’une si haute sainteté du mariage. Vous le constatez aussi bien que Nous, Vénérables Frères, et Vous le déplorez avec Nous. On la méconnaît, cette sainteté, on la nie impudemment, ou bien encore, s’appuyant sur les principes faux d’une morale nouvelle et absolument perverse, on foule cette sainteté aux pieds. Ces erreurs extrêmement pernicieuses et ces mœurs dépravées ont commencé à se répandre parmi les fidèles eux-mêmes, et peu à peu, de jour en jour, elles tendent à pénétrer plus avant chez eux : aussi, à raison de notre office de Vicaire du Christ sur terre, de Notre Pastorat suprême et de Notre Magistère, Nous avons jugé qu’il appartenait à Notre mission apostolique d’élever la voix, afin de détourner des pâturages empoisonnés les brebis qui Nous ont été confiées, et, autant qu’il est en Nous, de les en préserver. Nous avons donc décidé de vous entretenir, Vénérables Frères, et, par vous, d’entretenir toute l’Église du Christ, et même le genre humain tout entier, de la nature du mariage chrétien, de sa dignité, des avantages et des bienfaits qui s’en répandent sur la famille et sur la société humaine elle-même, des très graves erreurs contraires à cette partie de la doctrine évangélique ; des vices contraires à la vie conjugale, enfin des principaux remèdes auxquels il faut recourir. Nous Nous attacherons, ce faisant, aux pas de Léon XIII, Notre prédécesseur d’heureuse mémoire, dont Nous faisons Nôtre et dont Nous confirmons par la présente Encyclique, l’Encyclique Arcanum (2) sur le mariage chrétien, publiée par lui il y a cinquante ans : que si Nous Nous attachons davantage ici au point de vue des nécessités particulières de notre époque, Nous déclarons cependant que bien loin d’être tombés en désuétude, les enseignements de Léon XIII gardent leur pleine vigueur.

Principe et fondement : La doctrine catholique du mariage.

Et pour prendre Notre point de départ dans cette Encyclique même, qui est presque tout entièrement consacrée à prouver la divine institution du mariage, sa dignité de sacrement et son inébranlable perpétuité, rappelons d’abord ce fondement qui doit rester intact et inviolable : le mariage n’a pas été institué ni restauré par les hommes, mais par Dieu ; ce n’est point par les hommes, mais par l’auteur même de la nature et par le restaurateur de la nature, le Christ Notre-Seigneur, que le mariage a été muni de ses lois, confirmé, élevé ; par suite, ces lois ne sauraient dépendre en rien des volontés humaines, ni d’aucune convention contraire des époux eux-mêmes (3). Telle est la doctrine des Saintes Lettres, telle est la tradition constante de l’Eglise universelle, telle est la définition solennelle du Concile de Trente, qui, en empruntant les termes mêmes de la Sainte Ecriture, enseigne et confirme que la perpétuelle indissolubilité du mariage, son unité et son immutabilité proviennent de Dieu son auteur (4). Mais, bien que le mariage, à raison de sa nature même, soit d’institution divine, la volonté humaine y a cependant sa part, qui est très noble : car chaque mariage particulier, en tant qu’il constitue l’union conjugale entre un homme et une femme déterminés, n’a d’autre origine que le libre consentement de chacun des deux époux ; cet acte libre de volonté, par lequel chacune des deux parties livre et reçoit le droit propre du mariage (5), est si nécessaire pour réaliser un mariage véritable que « nulle puissance humaine n’y pourrait suppléer » (6). Cette liberté, toutefois, porte seulement sur un point, savoir : si les contractants veulent effectivement entrer dans l’état de mariage, et s’ils le veulent avec telle personne ; mais la nature du mariage est absolument soustraite à la liberté de l’homme, en sorte que quiconque l’a une fois contracté se trouve du même coup soumis à ses lois divines et à ses exigences essentielles. Car le Docteur Angélique, dans ses considérations sur la fidélité conjugale et sur la procréation des enfants, remarque que, « dans le mariage, ces choses sont impliquées par la consentement conjugal même, et, en conséquence, si, dans le consentement qui fait le mariage, on formulait une condition qui leur fût contraire, il n’y aurait pas de mariage véritable » (7). L’union conjugale rapproche donc tout dans un accord intime, les âmes plus étroitement que les corps ; ce n’est point un attrait sensible ni une inclination passagère des cœurs qui la détermine, mais une décision, délibérée et ferme des volontés : et cette conjonction des esprits, en vertu du décret divin, produit un lien sacré et inviolable. Cette nature propre et toute spéciale du contrat le rend irréductiblement différent des rapports qu’ont entre eux les animaux sous la seule impulsion d’un aveugle instinct naturel, où il n’y a ni raison ni volonté délibérée ; elle le rend totalement différent aussi de ces unions humaines instables, réalisées en dehors de tout lien véritable et honnête des volontés et qui n’engendrent aucun droit à vivre en commun. Il est donc manifeste que l’autorité légitime a le droit et qu’elle a même le devoir rigoureux d’interdire, d’empêcher, de punir les unions honteuses qui répugnent à la raison et à la nature ; mais comme il s’agit d’une chose qui résulte de la nature humaine elle-même, l’avertissement donné par Léon XIII (8), d’heureuse mémoire, n’est pas d’une vérité moins évidente : « Dans le choix du genre de vie, il n’est pas douteux que chacun a la liberté pleine et entière ou de suivre le conseil de Jésus-Christ touchant la virginité, ou de s’engager dans les liens du mariage. Aucune loi humaine ne saurait ôter à l’homme le droit naturel et primordial du mariage, ou limiter d’une façon quelconque ce qui est la fin principale de l’union conjugal établie dés le commencement par l’autorité de Dieu : Crescite et multiplicamini » (9). Ainsi l’union sainte du mariage véritable est constituée tout ensemble par la volonté divine et par la volonté humaine : c’est de Dieu que viennent l’institution même du mariage, ses fins, ses lois, ses biens ; ce sont les hommes — moyennant le don généreux qu’une créature humaine fait à une autre de sa propre personne pour toute la durée de sa vie, avec l’aide et la coopération de Dieu — qui sont les auteurs des mariages particuliers, auxquels sont liés les devoirs et les biens établis par Dieu.

I. Les biens du mariage véritable d’après saint Augustin.

Au moment où Nous Nous préparons à exposer quels sont ces biens du mariage véritable, biens donnés par Dieu, Nous Nous rappelons les paroles du glorieux Docteur de l’Eglise que Nous célébrions récemment dans Notre Encyclique Ad salutem, publiée à l’occasion du XVe centenaire de sa mort (10) : « Voilà tous les biens — dit saint Augustin — qui font que le mariage est bon : les enfants, la foi conjugale, le sacrement » (11). Et l’on peut dire que la somme de toute la doctrine catholique sur le mariage chrétien est surabondamment contenue sous ces trois chefs : le saint Docteur le montre lui-même quand il dit : « Par la foi conjugale, on a en vue cette obligation qu’ont les époux de s’abstenir de tout rapport sexuel en dehors du lien conjugal ; dans les enfants, on a en vue le devoir, pour les époux, de les accueillir avec amour, de les nourrir avec sollicitude, de les élever religieusement dans le sacrement, enfin, on a en vue le devoir, qui s’impose aux époux, de ne pas rompre la vie commune, et l’interdiction, pour celui ou celle qui se sépare, de s’engager dans une autre union, fût-ce à raison des enfants. Telle est la loi du mariage où la fécondité de la nature trouve sa gloire, et le dévergondage de l’incontinence, son frein.» (12)

1. – Les enfants

Dignité des parents

Parmi les biens du mariage, les enfants tiennent donc la première place. Et sans aucun doute, le Créateur même du genre humain, qui, dans sa bonté, a voulu se servir du ministère des hommes pour la propagation de la vie, nous a donné cet enseignement lorsque, en instituant le mariage dans le paradis terrestre, il a dit à nos premiers parents et, en même  temps, à tous les, époux à venir : «Croissez et multipliez-vous et remplissez la terre. » (13) C’est ce que saint Augustin a très bien fait ressortir des paroles de l’apôtre saint Paul à Timothée (14), en disant : « Que la procréation des enfants soit la raison du mariage, l’Apôtre en témoigne en ces termes : Je veux, déclare-t-il, que les jeunes filles se marient. Et comme pour répondre à cette question : Mais pourquoi ? il poursuit aussitôt : qu’elles procréent des enfants, qu’elles soient mères de famille. » (15) Pour apprécier la grandeur de ce bienfait de Dieu et l’excellence du mariage, il suffit de considérer la dignité de l’homme et la sublimité de sa fin. L’homme, en effet, dépasse toutes les autres créatures visibles, par la prééminence de sa nature raisonnable. Ajoutez-y que si Dieu a voulu les générations des hommes, ce n’est pas seulement pour qu’ils existent et pour qu’ils remplissent la terre, mais bien plus pour qu’ils l’honorent, lui, pour qu’ils le connaissent, qu’ils l’aiment et qu’ils jouissent de lui éternellement dans les cieux ; par suite de l’admirable élévation de l’homme par Dieu à l’ordre surnaturel, cette fin dépasse tout ce que l’œil a vu, ce que l’oreille a entendu et ce que le cœur de l’homme a pu concevoir (16). Par où l’on voit facilement que les enfants, nés par l’action toute-puissante de Dieu, avec la coopération des époux, sont tout ensemble un don de la divine bonté et un précieux fruit du mariage. Les parents chrétiens doivent comprendre en outre qu’ils ne sont pas seulement appelés à propager et à conserver le genre humain sur la terre, qu’ils ne sont même pas destinés à former des adorateurs quelconques du vrai Dieu, mais à donner des fils à l’Église, à procréer des concitoyens des saints et des familiers de Dieu (17), afin que le peuple attaché au culte de Dieu et de notre Sauveur grandisse de jour en jour. Sans doute les époux chrétiens, même s’ils sont sanctifiés eux-mêmes, ne sauraient transmettre leur sanctification à leurs enfants : la génération naturelle de la vie est devenue au contraire la voie de la mort, par laquelle le péché originel se communique aux enfants : ils gardent cependant quelque chose de la condition qui était celle du premier couple conjugal au paradis terrestre : il leur appartient, en effet, d’offrir leurs fils à l’Eglise afin que cette mère très féconde des enfants de Dieu les régénère par l’eau purificatrice du baptême à la justice surnaturelle, qu’elle en fasse des membres vivants du Christ, participants de la vie éternelle, des héritiers enfin de la gloire éternelle, à laquelle nous aspirons tous du fond du cœur. Si une mère vraiment chrétienne considère ces, choses, elle comprendra certainement que, dans un sens très élevé et plein de consolations, ces paroles de notre Rédempteur s’adressent à elle : « Lorsque la femme a engendré son enfant, elle cesse aussitôt de se rappeler ses souffrances, à cause de la joie qu’elle ressent, parce qu’un homme est né dans le monde » (18), devenue supérieure à toutes les douleurs, à toutes les sollicitudes, à toutes les charges inséparables de son rôle maternel, ce sera bien plus justement et plus saintement que la matrone romaine, mère des Grecques, qu’elle se glorifiera dans le Seigneur d’une florissante couronne d’enfants. D’ailleurs, ces enfants, reçus de la main de Dieu avec empressement et reconnaissance, les deux époux les regarderont comme un talent qui leur a été confié par Dieu, et qui ne doit pas être utilisé dans leur propre intérêt ni dans le seul intérêt terrestre de la société, mais qui devra au jour du jugement être restitué à Dieu avec le fruit qu’il aura dû produire.

Leur mission éducatrice

Le bien de l’enfant ne se termine pas, à coup sûr, au bienfait de la procréation ; il faut qu’il s’y en adjoigne un autre, contenu dans la bonne éducation de l’enfant. Dieu, malgré toute sa sagesse, aurait certes médiocrement pourvu au sort des enfants et du genre humain tout entier, si ceux qui ont reçu de lui le pouvoir et le droit d’engendrer n’en avaient pas reçu aussi le droit et la charge de l’éducation. Personne ne méconnaît, en effet, que l’enfant ne peut se suffire à lui-même dans les choses qui se rapportent à la vie naturelle : à plus forte raison ne le peut-il pas dans les choses qui se rapportent à la vie surnaturelle : durant de nombreuses années, il aura besoin de l’aide d’autrui, d’instruction, d’éducation. Il est  d’ailleurs évident que, conformément aux exigences de la nature et à l’ordre divin, ce droit et cette tâche reviennent tout d’abord à ceux qui ont commencé par la génération l’œuvre de la nature et auxquels il est absolument interdit de laisser inachevée l’œuvre entreprise et d’exposer ainsi l’enfant à une perte certaine. 0r, il a été pourvu, de la meilleure manière possible, à cette si nécessaire éducation des enfants, par le mariage où, unis par un lien indissoluble, les parents sont toujours en état de s’y appliquer ensemble et de se prêter un mutuel appui. Nous avons déjà traité ailleurs abondamment de l’éducation chrétienne de la jeunesse (19) ; les paroles de saint Augustin citées plus haut résumeront ce que Nous y avons dit : « Pour ce qui regarde les enfants, ils doivent être accueillis avec amour, élevés religieusement » (20) ; ainsi parle aussi le Droit canon avec son habituelle précision : «La fin première du mariage, c’est la procréation des enfants et leur éducation. » (21) Il ne faut enfin point passer sous silence que si cette double mission, si honorable et si importante, a été confiée aux parents pour le bien de l’enfant, tout usage honnête de la faculté, donnée par Dieu, de procréer de nouvelles vies, est exclusivement le droit et la prérogative du mariage, conformément à l’ordre du Créateur lui-même et de la loi naturelle : cet usage doit absolument être contenu dans les limites saintes du mariage.

2. – La foi conjugale.

Un autre bien du mariage que nous avons relevé à la suite d’Augustin est celui de la foi conjugale, c’est-à-dire la fidélité mutuelle des époux à observer le contrat de mariage, en vertu de laquelle ce qui, à raison du contrat sanctionné par la loi divine, revient uniquement au conjoint ne lui sera point refusé ni ne sera accordé à une tierce personne ; et au conjoint lui-même il ne sera pas concédé ce qui, étant contraire aux lois et aux droits divins et absolument inconciliable avec la fidélité matrimoniale, ne peut jamais être concédé.

L’absolue unité conjugale.

C’est pourquoi cette fidélité requiert tout d’abord l’absolue unité conjugale, dont le Créateur lui-même a formé le premier exemplaire dans le mariage de nos premiers parents, quand il a voulu que ce mariage ne fût qu’entre un seul homme et une seule femme. Et bien que, ensuite, le suprême Législateur divin ait, pour un temps, relativement relâché la rigueur de cette loi primitive, il est absolument certain que la loi évangélique a restauré en son intégrité cette parfaite unité primitive et qu’elle a aboli toute dispense : les paroles du Christ et l’enseignement constant de l’Eglise comme sa constante façon d’agir le montrent à l’évidence. C’est donc à bon droit que le saint Concile de Trente a formulé cette solennelle déclaration : « Le Christ Notre-Seigneur a enseigné clairement que par ce lien deux personnes seulement sont unies et conjointes, quand il a dit : C’est pourquoi ils ne sont plus deux, mais une seule chair : » (22) Notre-Seigneur n’a d’ailleurs pas seulement voulu condamner, toute forme de polygamie et de polyandrie, successive ou simultanée, ou encore tout acte déshonnête extérieur ; mais, pour assurer complètement l’inviolabilité des frontières sacrées de l’union conjugale, il a prohibé aussi les pensées et les désirs volontaires concernant toutes ces choses : «Et moi je vous dis que quiconque arrête sur une femme des regards de concupiscence a déjà commis l’adultère dans son cœur. » (23) Ces paroles de Notre-Seigneur ne peuvent être infirmées même par le consentement de l’autre conjoint ; elles promulguent, en effet, une loi divine et naturelle qu’aucune volonté humaine ne saurait enfreindre ou fléchir (24). Bien plus, afin que le bien de la fidélité conjugale resplendisse de tout son éclat, les rapports intimes entre. les époux eux-mêmes doivent porter l’empreinte de la chasteté, en sorte que les époux se comportent en tout suivant la règle de la loi divine et naturelle, et qu’ils s’appliquent toujours à suivre la volonté très sage et très sainte de leur Créateur avec un sentiment profond de respect pour l’œuvre de Dieu.

La charité conjugale.

Cette foi de la chasteté, comme saint Augustin l’appelle très justement, s’épanouira plus aisément et avec plus d’attrait et de beauté morale, dans le rayonnement d’une autre  influence des plus excellentes : celle de l’amour conjugal qui pénètre tous les devoirs de la vie conjugale et qui tient dans le mariage chrétien une sorte de primauté de noblesse : «Car la fidélité conjugale requiert que l’homme et la femme soient unis par un amour particulier, par un saint et pur amour ; ils ne doivent pas s’aimer à la façon des adultères, mais comme le Christ a aimé l’Eglise : c’est cette règle que l’apôtre a prescrite quand il a dit : «Epoux, aimez vos épouses comme le Christ a aimé son Eglise » (25) ; et le Christ a assurément enveloppé son Eglise d’une immense charité, non pour son avantage personnel, mais en se proposant uniquement l’utilité de son épouse. » (26) Nous disons donc : «la, charité », non pas fondée sur une inclination purement charnelle, et bien vite dissipée, ni bornée à des paroles affectueuses, mais résidant dans les sentiments intimes du cœur, et aussi — car l’amour se prouve par les œuvres (27) — manifestée par l’action extérieure. Cette action, dans la société domestique, ne comprend pas seulement l’appui mutuel : elle doit viser plus haut — et ceci doit même être son objectif principal, — elle doit viser à ce que les époux s’aident réciproquement à former et à perfectionner chaque jour davantage en eux l’homme intérieur : leurs rapports quotidiens les aideront ainsi à progresser jour après jour dans la pratique des vertus, à grandir surtout dans la vraie charité envers Dieu et envers le prochain, cette charité ou se résume en définitive « toute la Loi et les Prophètes » (28). Car enfin, dans n’importe quelle condition et n’importe quel état de vie honnête, tous peuvent et tous doivent imiter l’exemplaire parfait de toute sainteté que Dieu a présenté aux hommes dans la personne de Notre-Seigneur, et, avec l’aide de Dieu, parvenir au faîte de la perfection chrétienne, comme le prouve l’exemple de tant de Saints. Dans cette mutuelle formation intérieure des époux, et dans cette application assidue à travailler à leur perfection réciproque, on peut voir aussi, en toute vérité, comme l’enseigne le Catéchisme Romain (29), la cause et la raison première du mariage si l’on ne considère pas strictement dans le mariage l’institution destinée à la procréation et à l’éducation des enfants, mais, dans un sens plus large, une mise en commun de toute la vie, une intimité habituelle, une société. Cette même charité doit harmoniser tort le reste des droits et des devoirs des époux : et ainsi, ce n’est pas seulement la loi de justice, c’est la règle de la charité qu’il faut reconnaître dans ce mot de l’Apôtre : « Que le mari rende à la femme son dû ; et pareillement, la femme à son mari. » (30)

L’« ordre de l’amour ».

Enfin, la société domestique ayant été bien affermie par le lien de cette charité, il est nécessaire d’y faire fleurir ce que saint Augustin appelle l’ordre de l’amour. Cet ordre implique et la primauté du mari sur sa femme et ses enfants, et la soumission empressée de la femme ainsi que son obéissance spontanée, ce que l’Apôtre recommande en ces termes : « que les femmes soient soumises à leurs maris comme au Seigneur ; parce que l’homme est le chef de la femme comme le Christ est le Chef de l’Eglise. » (31) Cette soumission, d’ailleurs, ne nie pas, elle n’abolit pas la liberté qui revient de plein droit à la femme, tant à raison de ses prérogatives comme personne humaine, qu’à raison de ses fonctions si nobles d’épouse, de mère et de compagne ; elle ne lui commande pas de se plier à tous les désirs de son mari, quels qu’ils soient, même à ceux qui pourraient être peu conformes à la raison ou bien à la dignité de l’épouse ; elle n’enseigne pas que la femme doive être assimilée aux personnes que dans le langage du droit on appelle des « mineurs », et auxquelles, à cause de leur jugement insuffisamment formé, ou de leur impéritie dans les choses humaines, on refuse d’ordinaire le libre exercice de leurs droits, mais elle interdit cette licence exagérée qui néglige le bien de la famille ; elle ne veut pas que, dans le corps moral qu’est la famille, le cœur soit séparé de la tête, au très grand détriment du corps entier et au péril — péril très proche — de la ruine. Si, en effet, le mari est la tête, la femme est le cœur, et, comme la premier possède la primauté du gouvernement, celle-ci peut et doit revendiquer comme sienne cette primauté de l’amour. Au surplus, la soumission de la femme à son mari peut varier de degré, elle peut varier dans ses modalités, suivant les conditions diverses des personnes, des lieux et des temps ; bien plus, si le mari manque à son devoir, il appartient à la femme de le suppléer dans la direction de la famille. Mais, pour ce qui regarde la structure même de la famille et sa loi fondamentale, établie et fixée par Dieu, il n’est jamais ni nulle part permis de les bouleverser ou d’y porter atteinte. Sur cet ordre qui doit être observé entre la femme et son mari, Notre prédécesseur d’heureuse Mémoire, Léon XIII, donne, dans l’Encyclique sur le mariage chrétien, que Nous avons rappelée, ces très sages enseignements : « L’homme est le prince de la famille et le chef de la femme ; celle-ci, toutefois, parce qu’elle est, par rapport à lui, la chair de sa chair et l’os de ses os, sera soumise, elle obéira à son mari, non point à la façon d’une servante, mais comme une associée ; et ainsi, son obéissance ne manquera ni de beauté ni de dignité. Dans celui qui, commande et dans celle qui obéit — parce que le premier reproduit du Christ, et la seconde l’image de l’Eglise, — la charité ne devra jamais cesser d’être la régulatrice de leur devoir respectif. » (32) Le bien de la fidélité conjugale comprend donc : l’unité, la chasteté, une digne et noble obéissance ; autant de vocables qui formulent les bienfaits de l’union conjugale, qui ont pour effet de garantir et de promouvoir la paix, la dignité et le bonheur du mariage. Aussi n’est-il pas étonnant que cette fidélité ait toujours été rangée parmi les biens excellents et propres du mariage.

3.— Le sacrement.

Le mariage est indissoluble.

Cependant, l’ensemble de tant de bienfaits se complète et se couronne par ce bien du mariage chrétien, que, citant saint Augustin, Nous avons appelé sacrement, par où sont indiquées et l’indissolubilité du lien conjugal et l’élévation que le Christ a faite du contrat — en le consacrant ainsi — au rang de signe efficace de la grâce. Et tout d’abord, pour ce qui regarde l’indissolubilité du contrat nuptial, le Christ lui-même y insiste quant il dit : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point » (33), et : « Tout homme qui renvoie sa femme et en prend une autre commet l’adultère : et celui qui prend la femme répudiée par un autre commet un adultère, lui aussi. » (34) Dans cette indissolubilité, saint Augustin place en termes très clairs ce qu’il appelle le bien du sacrement : «Dans le sacrement, on a en vue ceci : que l’union conjugale ne peut être rompue, et que le renvoi ne permet à aucun des deux époux une nouvelle union même pour avoir des enfants. » (35) Cette inviolable fermeté, dans une mesure d’ailleurs inégalé, et qui n’atteint pas toujours une aussi complète perfection, convient cependant à tous les vrais époux, car la parole du Seigneur : Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point, a été dite du mariage de nos premiers parents, c’est-à-dire du prototype de tout mariage à venir, et elle s’applique en conséquence à tous les vrais mariages. Sans doute, avant le Christ, cette sublimité et cette sévérité de la loi primitive fut tempérée à ce point que Moïse permit aux membres de son peuple, à cause de la dureté de leur cœur, de faire, pour certaines causes déterminées, l’acte de répudiation ; mais le Christ, en vertu de sa suprême puissance de législateur, a révoqué cette permission d’une plus grande licence, et il a restauré en son intégrité la loi primitive, par ces paroles qui ne devront jamais être oubliées : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point. » C’est pourquoi Pie VI, d’heureuse mémoire, écrivait avec une grande sagesse à l’évêque d’Eger : « Par où il est évident que même dans l’état de nature, et, en tout cas, bien avant d’être élevé à la dignité d’un sacrement proprement dit, le mariage a été divinement institué de manière à impliquer un lien perpétuel et indissoluble, qu’aucune loi civile ne peut plus dénouer ensuite. C’est pourquoi, bien que le mariage puisse exister sans le sacrement — c’est le cas du mariage entre infidèles, — il doit, même alors, puisqu’il est un mariage véritable, garder — et il garde, en effet — ce caractère de lien perpétuel qui, depuis l’origine, est de droit divin, tellement inhérent au mariage qu’aucune puissance politique n’a de prise sur lui. Aussi bien, quel que soit le mariage que l’on dit contracté, ou bien ce mariage est contracté en effet de façon à être effectivement un mariage véritable, et alors il comportera ce lien perpétuel inhérent, de droit divin, à tout vrai mariage ; ou bien on le suppose contracté sans ce lien perpétuel, et alors ce n’est pas un mariage, mais une union illicite incompatible comme telle avec la loi divine : union dans laquelle, en conséquence, on ne peut ni s’engager ni demeurer. » (36) Que si cette indissolubilité semble être soumise à une exception, très rare d’ailleurs comme dans les mariages naturels contractés entre seuls infidèles, ou si cette exception se vérifie en des mariages consentis entre chrétiens — ces derniers mariages consentis sans
doute, mais non encore consommés, — cette exception ne dépend pas de la volonté des hommes ni d’aucun pouvoir purement humain, mais du droit divin, dont seule l’Eglise du Christ est la gardienne et l’interprète. Aucune faculté de ce genre, toutefois, pour aucun motif, ne pourra jamais s’appliquer à un mariage chrétien contracté et consommé. Dans un mariage pareil, le pacte matrimonial a reçu son plein achèvement, et du même coup, de par la volonté de Dieu, la plus grande stabilité et la plus grande indissolubilité y resplendissent et aucune autorité des hommes ne pourra y porter atteinte. Si nous voulons scruter avec respect la raison intime de cette divine volonté, nous la trouverons facilement, Vénérables Frères, dans la signification mystique du mariage chrétien, qui se vérifie pleinement et parfaitement dans le mariage consommé entre fidèles. Au témoignage, en effet, de l’Apôtre, dans son Epître aux Ephésiens (37) que nous avons rappelée au début de cette Encyclique, le mariage des chrétiens reproduit la très parfaite union qui règne entre le Christ et l’Eglise : « Ce sacrement est grand, je vous le dis, dans le Christ et dans l’Eglise. » Cette union, aussi longtemps que le Christ vivra, et que l’Eglise vivra par lui, ne pourra jamais être dissoute par aucune séparation. Enseignement que saint Augustin nous donne formellement en ces termes : « C’est ce qui se passe dans l’union du Christ avec son Eglise : éternellement vivants l’un et l’autre, aucun divorce ne pourra jamais les séparer. La considération de ce sacrement est si grande dans la cité de notre Dieu, c’est-à-dire dans l’Eglise du Christ, que lorsque des fidèles ont contracté mariage, dans le but d’avoir des enfants, il n’est plus permis de laisser la femme, même stérile, pour en épouser une autre féconde. Que si quelqu’un le fait, il ne sera pas condamné sans doute par la loi de ce siècle, où, moyennant la répudiation, il est concédé que, sans délit, on convole à de nouvelles noces, chose que le saint législateur Moïse avait, lui aussi, permise aux Israélites — au témoignage du Seigneur — à cause de la dureté de leurs cœurs ; mais, suivant la loi de l’Evangile, celui qui se comporte de la sorte est coupable d’adultère, comme sa femme le sera aussi si elle en épouse un autre. » (38) Combien nombreux et précieux, d’ailleurs, sont les biens qui découlent de l’indissolubilité matrimoniale, il suffit, pour s’en rendre compte, de considérer, même superficiellement, soit le bien des époux et de leurs enfants, soit le salut de la société humaine. Et, premièrement les époux ont, dans cette stabilité, le gage certain de la pérennité, que réclame au plus haut point, — par leur nature même, l’acte généreux par lequel ils livrent leur propre personne, et l’intime association de leurs cœurs, puisque la vraie charité ne connaît pas de fin (39). Elle constitue en outre pour la chasteté un rempart contre les tentations d’infidélité s’il s’en présente intérieurement ou extérieurement. La crainte anxieuse qu’au temps de l’adversité ou de la vieillesse l’autre époux ne s’en aille perd toute raison d’être, et c’est une paisible certitude qui la remplace. Il est pareillement pourvu ainsi d’une façon excellente à la sauvegarde de la dignité chez chacun des deux époux et à l’aide mutuelle qu’ils se doivent : le lien indissoluble qui dure toujours ne cesse de les avertir que ce n’est pas en vue de biens périssables, ni pour assouvir la cupidité, mais pour se procurer réciproquement des biens plus hauts et perpétuels qu’ils ont contracté cette union nuptiale que, seule, la mort pourra
rompre. Il en va de même pour la tutelle et l’éducation des enfants, qui doit se prolonger durant de nombreuses années : cette tâche comporte des charges lourdes et prolongées qu’il est plus facile aux parents de porter en unissant leurs forces. Il n’en résulte pas de moindres bienfaits pour toute la société humaine. L’expérience, en effet, nous enseigne que l’inébranlable indissolubilité conjugale est une source abondante d’honnêteté et de moralité ; là où cet ordre est conservé, la félicité et le salut de l’Etat sont en sécurité : car la cité est ce que la font les familles et les hommes dont elle est formée, comme le corps est formé des membres. C’est donc rendre un précieux service, tant au bien privé des époux et de leurs enfants qu’au bien public de la société humaine, que de défendre énergiquement l’inviolable indissolubilité du mariage.

Les grâces du sacrement.

Mais, outre cette ferme indissolubilité, ce bien du sacrement contient d’autres avantages beaucoup plus élevés, parfaitement indiqués par le vocable de sacrement ; ce n’est pas là, en effet, pour les chrétiens, un mot vide de sens : en élevant le mariage de ses fidèles à la dignité d’un vrai et réel sacrement de la loi nouvelle, Notre-Seigneur, « qui a institué et parfait (40) les sacrements », a fait très effectivement du mariage le signe et la source de cette grâce intérieure spéciale, destinée à «perfectionner l’amour naturel, à confirmer l’indissoluble unité, et à sanctifier les époux » (41). Et parce que le Christ a choisi pour signe de cette grâce le consentement conjugal lui-même validement échangé entre les fidèles, le sacrement est si intimement uni avec le mariage chrétien qu’aucun vrai mariage ne  peut exister entre des baptisés « sans être, du même coup, un sacrement » (42). Par le fait même, par conséquent, que les fidèles donnent ce consentement d’un cœur sincère ils s’ouvrent à eux-mêmes le trésor de la grâce sacramentelle, où ils pourront puiser des forces surnaturelles pour remplir leurs devoirs et leurs tâches fidèlement, saintement, persévéramment jusqu’à la mort. Car ce sacrement, en ceux qui n’y opposent pas d’obstacle, n’augmente pas seulement la grâce sanctifiante, principe permanent de vie surnaturelle, mais il y ajoute encore des dons particuliers, de bons mouvements, des germes de grâces ; il élève ainsi et il perfectionne les forces naturelles, afin que les époux puissent non seulement comprendre par la raison, mais goûter intimement et tenir fermement, vouloir efficacement et accomplir en pratique ce qui se rapporte à l’état conjugal, à ses fins et à ses devoirs ; il leur concède enfin le droit au secours actuel de la grâce, chaque fois qu’ils en ont besoin pour remplir les obligations de cet état. Il ne faut pas oublier cependant que, suivant la loi de la divine Providence dans l’ordre surnaturel, les hommes ne recueillent les fruits complets des sacrements qu’ils reçoivent après avoir atteint l’âge de raison, qu’à la condition de coopérer à la grâce : aussi la grâce du mariage demeurera, en grande partie, un talent inutile, caché dans un champ, si les époux n’exercent leurs forces surnaturelles, et s’ils ne cultivent et ne développent les semences de la grâce qu’ils ont reçues. Mais si, faisant ce qui est en eux, ils ont soin de donner cette coopération, ils pourront porter les charges et les devoirs de leur état ; ils seront fortifiés, sanctifiés et comme consacrés par un si grand sacrement. Car, comme saint Augustin l’enseigne, de même que, par le baptême et l’ordre, l’homme est appelé et aidé soit à mener une vie chrétienne, soit
à remplir le ministère sacerdotal, et que le secours de ces sacrements ne lui fera jamais défaut, de même, ou peu s’en faut (bien que ce ne soit point par un caractère sacramentel), les fidèles qui ont été une fois unis par le lien du mariage ne peuvent plus jamais être privés du secours et du lien sacramentels. Bien plus, comme l’ajoute le même saint Docteur, devenus adultères, ils traînent avec eux ce lien sacré, non certes pour la gloire de la grâce désormais, mais pour l’opprobre du crime, « de même que l’âme apostate, même après avoir perdu la foi, ne perd pas, en brisant son union avec le Christ, le sacrement de la foi, qu’elle a reçu avec l’eau régénératrice du baptême » (43). Que les époux, non pas enchaînés, mais ornés du lien d’or du sacrement, non pas entravés, mais fortifiés par lui, s’appliquent de toutes leurs forces à faire que leur union, non pas seulement par la force et la signification du sacrement, mais encore par leur propre esprit et par leurs mœurs, soit toujours et reste la vive image de cette très féconde union du Christ avec l’Eglise, qui est à coup sûr le mystère vénérable de la plus parfaite charité. Si l’on considère toutes ces choses, Vénérables Frères, avec un esprit attentif et une foi vive, si l’on met dans la lumière qui convient les biens précieux du mariage — les enfants, la foi conjugale, le sacrement, — personne ne pourra manquer d’admirer la sagesse et la sainteté, et la bonté divines, qui, dans la seule chaste et sainte union du pacte nuptial, a pourvu si abondamment, en même temps qu’à la dignité et au bonheur des époux, à la conservation et à la propagation du genre humain.

II. Erreurs contraires à la doctrine du mariage et vices contraires à la vie conjugale.

l.  – L’assaut livré à la sainteté du mariage.

Une  campagne infâme.

Tandis  que Nous considérons toute cette splendeur de la chaste union  conjugale, il Nous est d’autant plus douloureux de devoir constater que cette divine institution, de nos jours surtout, est souvent  méprisée et, un peu partout, répudiée. Ce n’est plus, en effet, dans le secret ni dans les ténèbres, mais au grand jour, que, laissant de côté toute pudeur, on foule aux pieds ou l’on tourne en dérision la sainteté du mariage, par la parole et par les écrits, par les représentations théâtrales de tout genre, par les romans, les récits passionnés et légers, les projections cinématographiques, les discours radiophonés, par toutes les inventions les plus récentes de la science. on y exalte au contraire les divorces, les adultères et les vices les plus ignominieux, et, si on ne va pas jusqu’à les exalter, on les y peint sous de telles couleurs qu’ils paraissent innocentés de toute faute et de toute infamie. Les livres mêmes ne font point défaut, que l’on ne craint pas de représenter comme des ouvrages scientifiques, mais qui, en réalité, n’ont souvent qu’un vernis de science, pour se frayer plus aisément la route. Les doctrines qu’on y préconise sont celles qui se propagent à son de trompe comme des merveilles de l’esprit moderne — c’est-à-dire de cet esprit qui, déclare-t-on, uniquement préoccupé de la vérité, s’est émancipé de tous les préjugés d’autrefois, et qui renvoie et relègue aussi parmi ces opinions périmées la doctrine chrétienne traditionnelle du mariage. Et, goutte à goutte, cela s’insinue dans toutes les catégories d’hommes, riches et pauvres, ouvriers et maîtres, savants et ignorants, célibataires et personnes mariées, croyants et impies, adultes et jeunes gens ; à ces derniers surtout, comme à des proies plus faciles à prendre, les pires embûches sont dressées. Tous les fauteurs de ces doctrines nouvelles ne se laissent pas entraîner jusqu’aux extrêmes conséquences de la passion effrénée : il en est qui, s’efforçant de s’arrêter à mi-route, pensent qu’il faut seulement en quelques préceptes de la loi divine et naturelle concéder quelque chose à notre temps. Mais ceux-là aussi, plus ou moins inconsciemment, sont les émissaires du pire des ennemis qui s’efforce sans cesse de semer la zizanie au milieu du froment (44). C’est pourquoi, Nous que le Père de famille  a préposé à la garde de son champ, Nous que presse le devoir sacré de ne pas laisser étouffer la bonne semence par les mauvaises herbes, Nous considérons comme dites à Nous-même par l’Esprit-Saint les paroles si graves par lesquelles l’apôtre. Paul exhortait son cher Timothée : « Mais toi, veille… Remplis ton ministère. Prêche la parole, insiste à temps, à contre-temps, raisonne, menace, exhorte en toute patience et en toute doctrine. » (45) Si l’on veut échapper aux embûches de l’ennemi, il faut tout d’abord les mettre à nu, et il est souverainement utile de dénoncer ses perfidies à ceux qui ne les soupçonnent pas : Nous préférerions à coup sûr ne point même nommer ces iniquités, « comme il convient aux saints » (46), mais pour le bien et le salut des âmes, il Nous est impossible de les taire tout à fait.

Les sources des erreurs…

Pour commencer, en conséquence, par les sources de ces maux, leur racine principale est dans leur théorie sur le mariage, qui n’aurait pas été institué par l’Auteur de la nature, ni élevé par  Notre-Seigneur à la dignité d’un vrai sacrement, mais qui aurait été inventé par les hommes. Dans la nature et dans ses lois, les uns assurent qu’ils n’ont rien trouvé qui se rapporte au mariage, mais qu’ils y ont seulement observé la faculté de procréer la vie et une impulsion véhémente à satisfaire cet instinct ; d’autres reconnaissent que la nature humaine décèle certains commencements et comme des germes du vrai mariage en ce sens que si les hommes ne s’unissaient point par un lien stable, il n’aurait pas été bien  pourvu à la dignité des époux, ni à la propagation et à l’éducation des générations humaines. Ceux-ci n’en enseignent pas moins que le mariage lui-même va bien au delà de ces germes, et  qu’en conséquence, sous l’action de causes diverses, il a été inventé par le seul esprit des hommes, qu’il a été institué par la seule volonté des hommes.

et leurs conséquences désastreuses.

Combien profonde est leur erreur à tous, et combien ignominieusement ils s’écartent de l’honnêteté, on l’a déjà constaté par ce que Nous avons exposé en cette Encyclique touchant l’origine et la nature du mariage, ses fins et les biens qui lui sont attachés. Quant au venin de ces théories, il ressort des conséquences que leurs partisans en déduisent eux-mêmes : les lois, les institutions et les mœurs qui doivent régir le mariage, étant issues de la seule volonté des hommes, ne seraient aussi soumises qu’à cette seule volonté, elles  peuvent donc, elles doivent même, au gré des hommes, et suivant les vicissitudes humaines, être promulguées, être changées, être abrogées. La puissance génératrice, justement parce qu’elle est  fondée sur la nature même, est plus sacrée et va bien plus loin que le mariage : elle peut donc s’exercer aussi bien en dehors du mariage qu’à l’intérieur du foyer conjugal, elle le peut même sans tenir compte des fins du mariage, et ainsi la honteuse licence de la prostituée jouirait presque des mêmes droits que l’on reconnaît à la chaste maternité de l’épouse légitime. Appuyés sur ces principes, certains en sont arrivés à imaginer de nouveaux genres d’union, appropriées, suivant eux, aux conditions présentes des hommes et des temps : ils veulent y voir autant de nouvelles espèces de mariages : le mariage temporaire, le mariage à l’essai, le mariage amical, qui réclame pour lui la pleine liberté et tous les droits du mariage, après en avoir éliminé toutefois le lien indissoluble et en avoir exclu les enfants, jusqu’au moment, du moins, où les parties auraient transformé leur communauté et leur intimité de vie en un mariage de plein droit. Bien plus, il en est qui veulent et qui réclament que ces monstruosités soient consacrées par les lois ou soient tout au moins excusées par les coutumes et les institutions publiques des peuples, et ils ne paraissent pas même soupçonner que des choses pareilles n’ont rien assurément de cette culture moderne dont ils se glorifient si fort, mais qu’elles sont d’abominables dégénérescences qui, sans aucun doute, abaisseraient les nations civilisées elles-mêmes jusqu’aux  usages barbares de quelques peuplades sauvages.

2. - Contre les enfants.

Le crime d’Onan.

Mais pour aborder en détail l’exposé de ce qui s’oppose à chacun des biens du mariage, il faut commencer par les enfants, que beaucoup osent nommer une charge fastidieuse de la vie conjugale : à les en croire, les époux doivent avec soin s’épargner cette charge, non point, d’ailleurs, par une vertueuse continence (permise dans le Mariage aussi, quand les deux époux y consentent), mais en viciant l’acte de la nature. Les uns revendiquent le droit à cette criminelle licence, parce que, ne supportant point les enfants, ils désirent satisfaire la seule volupté sans aucune charge ; d’autres, parce qu’ils ne peuvent, disent-ils, ni garder la continence, ni — à raison de leurs difficultés personnelles, ou de celles de la
mère, ou de leur condition familiale — accueillir des enfants. Mais aucune raison assurément, si grave soit-elle, ne peut faire que ce qui est intrinsèquement contre nature devienne conforme à la nature et honnête. Puisque l’acte du mariage est, par sa nature  même, destiné à la génération des enfants, ceux qui, en l’accomplissant, s’appliquent délibérément à lui enlever sa force et son efficacité, agissent contre la nature ; ils font une chose honteuse et intrinsèquement déshonnête. Aussi ne faut-il pas s’étonner de voir les Saintes Ecritures attester que la divine Majesté déteste au plus haut point ce forfait abominable, et qu’elle l’a parfois puni de mort, comme le rappelle saint Augustin : « Même avec la femme légitime, l’acte conjugal devient illicite et honteux dès lors que la conception de l’enfant y est évitée. C’est ce que faisait Onan, fils de Judas, ce pourquoi Dieu l’a mis à mort. » (47)

Nouvelle promulgation de l’inviolable devoir.

En  conséquence, comme certains, s’écartant manifestement de la doctrine chrétienne telle qu’elle a été transmise depuis le commencement, et toujours fidèlement gardée, ont jugé bon récemment de prêcher d’une façon retentissante, sur ces pratiques, une autre doctrine, l’Église catholique, investie par Dieu même de la mission d’enseigner et de défendre l’intégrité des mœurs et l’honnêteté, l’Église catholique, debout au milieu de ces ruines morales, afin de garder la chasteté du lien nuptial à l’abri de cette honteuse déchéance, se montrant ainsi l’envoyée de Dieu, élève bien haut la voix par Notre bouche, et elle promulgue de nouveau : que tout usage du mariage, quel qu’il soit, dans l’exercice duquel l’acte est privé, par l’artifice des hommes, de sa puissance naturelle de procréer la vie, offense la loi de Dieu et la loi naturelle, et que ceux qui auront commis quelque chose de pareil se
sont souillés d’une faute grave.

Devoir  des confesseurs et des prêtres qui ont charge d’âmes.

C’est pourquoi, en vertu de Notre suprême autorité et de la charge que Nous avons de toutes les âmes, Nous avertissons les prêtres qui sont attachés au ministère de la confession et tous ceux qui ont charge d’âmes, de ne point laisser dans l’erreur touchant cette très grave loi de Dieu les fidèles qui leur sont confiés, et bien plus encore de se prémunir eux-mêmes contre les fausses opinions de ce genre, et de ne pactiser en aucune façon avec elles. Si d’ailleurs un confesseur, ou un pasteur des âmes — ce qu’à Dieu ne plaise — induisait en ces erreurs les fidèles qui lui sont confiés, ou si du moins, soit par une approbation, soit par un silence calculé, il les y confirmait, qu’il sache qu’il aura à rendre à Dieu, le Juge suprême, un compte sévère de sa prévarication ; qu’il considère comme lui étant adressées ces paroles du Christ : « Ce sont des aveugles, et ils sont les chefs des aveugles ; or, si un aveugle conduit un aveugle, ils tombent tous deux dans la fosse. » (48)

Les devoirs difficiles mais possibles avec la grâce.

Pour ce qui concerne les motifs allégués pour justifier le mauvais usage du mariage, il n’est pas rare — pour taire ceux qui sont honteux —  que ces motifs soient feints ou exagérés. Néanmoins, l’Eglise, cette pieuse Mère, comprend, en y compatissant, ce que l’on dit de la santé de la mère et du danger qui menace sa vie. Et qui ne pourrait y réfléchir sans s’émouvoir de pitié ? qui ne concevrait la plus haute admiration pour la mère qui s’offre elle-même, avec un courage héroïque, à une mort presque certaine pour conserver la vie à l’enfant une fois conçu ? Ce qu’elle aura souffert pour remplir pleinement le devoir naturel, Dieu seul ; dans toute sa richesse et toute sa miséricorde, pourra le récompenser, et il le fera sûrement dans une mesure non seulement pleine, mais surabondante (49) L’Eglise le sait fort bien aussi : il n’est pas rare qu’un des deux époux subisse le péché plus qu’il ne le commet, lorsque, pour une raison tout à fait grave, il laisse se produire une perversion de l’ordre, qu’il ne veut pas lui-même ; il en reste, par suite, innocent, pourvu qu’alors il se souvienne aussi de la loi de charité, et ne néglige pas de dissuader et d’éloigner du péché son conjoint. Il ne faut pas non plus accuser d’actes contre nature les époux qui usent de leur droit suivant la saine et naturelle raison, si, pour des causes naturelles, dues soit à des circonstances temporaires, soit à certaines défectuosités physiques, une nouvelle vie n’en peut pas sortir. Il y à, en effet, tant dans le mariage lui-même que dans l’usage du droit matrimonial, des fins secondaires — comme le sont l’aide mutuelle, l’amour réciproque à entretenir, et le remède à la concupiscence —  qu’il n’est pas du tout interdit aux époux d’avoir en vue, pourvu que la nature intrinsèque de cet acte soit sauvegardée, et sauvegardée du même coup sa subordination à la fin première. Pareillement Nous sommes touché au plus intime du cœur par le gémissement de ces époux qui, sous la pression d’une dure indigence, éprouvent la plus grande difficulté à nourrir leurs enfants. Mais il faut absolument veiller à ce que les funestes conditions des choses matérielles ne fournissent pas l’occasion à une erreur bien plus funeste encore. Aucune difficulté extérieure ne saurait surgir qui puisse entraîner une dérogation à l’obligation créée par les commandements de Dieu qui interdisent les actes intrinsèquement mauvais par leur nature même ; dans toutes les conjonctures, les époux peuvent toujours, fortifiés par  la grâce de Dieu, remplir fidèlement leur devoir, et préserver leur chasteté conjugale de cette tache honteuse ; telle est la vérité inébranlable de la pure foi chrétienne, exprimée par le
magistère du Concile de Trente : « Personne ne doit prononcer ces paroles téméraires, interdites sous peine d’anathème, par les Pères : qu’il est impossible à l’homme justifié d’observer les préceptes de Dieu. Car Dieu ne commande pas de choses impossibles, mais en commandant il vous avertit de faire ce que vous pouvez et de demander ce que vous ne pouvez pas, et il vous aide à le pouvoir » (50). Cette même doctrine a été, de nouveau, solennellement confirmée par l’Eglise dans la condamnation de l’hérésie janséniste, qui avait osé proférer contre la bonté de Dieu, ce blasphème : « Certains préceptes de Dieu sont impossibles à observer par des hommes justes, en dépit de leur volonté et de leurs efforts, étant données leurs forces présentes : il leur manque aussi la grâce par ou cette observation deviendrait possible. » (51)

Un  autre crime : L’attentat à la vie de l’enfant dans le sein de sa mère.

Mais il faut encore, Vénérables Frères, mentionner un autre crime extrêmement grave par lequel il est attenté à la vie de l’enfant encore caché dans le sein de sa mère. Les uns veulent que ce soit là chose permise, et laissée au bon plaisir de la mère ou du père ; d’autres reconnaissent qu’elle est illicite, à moins de causes exceptionnellement graves auxquelles ils donnent le nom d’indication médicale, sociale, eugénique. Pour ce qui regarde les lois pénales de l’Etat, qui interdisent de tuer l’enfant engendré mais non encore  né, tous exigent que les lois de l’Etat reconnaissent l’indication que chacun d’eux préconise, indication différente, d’ailleurs, selon ses différents défenseurs ; ils réclament qu’elle soit affranchie de toute pénalité. Il s’en trouve même qui font appel, pour ces opérations meurtrières, à la coopération directe des magistrats ; et il est notoire, hélas ! qu’il y a des endroits où cela arrive. très fréquemment. Quant à « l’indication médicale ou thérapeutique », pour employer leur langage, nous avons déjà dit, Vénérables Frères, combien. nous ressentons de pitié pour la mère que l’accomplissement du devoir naturel expose à de graves périls pour sa, santé, voire pour sa vie même : mais quelle cause pourrait jamais suffire à excuser en aucune façon le meurtre direct d’un innocent ? Car c’est de cela qu’il s’agit ici. Que la mort soit donnée à la mère, ou qu’elle soit donnée à l’enfant, on va contre le précepte de Dieu et contre la voix de la nature : « Tu ne tueras pas ! » (52) La vie de l’un et de l’autre est chose pareillement sacrée ; personne, pas même les pouvoirs publics, ne
pourra jamais avoir le droit d’y attenter. C’est sans l’ombre de raison qu’on fera dériver ce droit du ius gladii, qui ne vaut que contre les coupables ; il est absolument vain aussi d’alléguer ici le droit de se défendre jusqu’au sang contre un injuste agresseur car, qui pourrait donner ce nom d’injuste agresseur à un enfant innocent ? : il n’y a pas non plus ici ce qu’on appelle le «droit de nécessité extrême », qui puisse arriver jusqu’au meurtre direct d’un innocent. Pour protéger par conséquent et sauvegarder chacune des deux vies, celle de la mère et celle de l’enfant, les médecins probes et habiles font de louables efforts : par contre, ils se montreraient fort indignes de leur noble profession médicale, ceux qui, sous l’apparence de remèdes, ou poussés par une fausse compassion, se livreraient à des interventions meurtrières. Ces enseignements concordent pleinement avec les paroles sévères que l’évêque d’Hippone adresse aux époux dépravés, qui s’appliquent à empêcher la venue de l’enfant et qui, s’ils n’y réussissent pas, ne craignent pas de le faire mourir. « Leur cruauté libidineuse, ou leur volupté cruelle, dit-il, en arrive parfois jusqu’au point de procurer des poisons stérilisants, et si rien n’a réussi, de faire périr d’une certaine façon dans les entrailles de la mère l’enfant qui y a été conçu : on veut que l’enfant meure avant de vivre, qu’il soit tué avant de naître. A coup sûr, si les deux conjoints en sont là, ils ne méritent pas le nom d’époux ; et si dés le début ils ont été tels ce n’est pas pour se marier qu’ils se sont réunis, mais bien plutôt pour se livrer à la fornication : s’ils ne sont pas tels tous deux, j’ose dire : ou celle-là est d’une certaine manière la prostituée de son mari, ou celui. ci est l’adultère de sa femme. » (53).

Ce que l’eugénisme ne justifie pas.

Quand aux observations que l’on apporte touchant l’indication, sociale et eugénique, on peut et on doit en tenir compte, avec des moyens licites et honnêtes et dans les limites requises ; mais vouloir pourvoir aux nécessités sur lesquelles elles se fondent, en tuant un innocent, c’est chose absurde et contraire au précepte divin, promulgué aussi par ces paroles : « Il ne faut point faire le mal pour procurer le bien. » (54) Enfin, ceux qui, dans les nations, tiennent le pouvoir ou élaborent les lois n’ont pas le droit d’oublier qu’il appartient aux pouvoirs publics de défendre la vie des innocents par des lois et des pénalités appropriées, et cela d’autant plus que ceux dont la vie est en péril et menacée ne peuvent se défendre eux-mêmes, et c’est assurément le cas, entre tous, des enfants cachés dans le sein de leur mère. Que si les autorités de l’Etat n’omettent pas seulement de protéger ces petits, mais que, par leurs lois et leurs décrets, ils les abandonnent et les livrent même aux mains de médecins ou d’autres, pour que ceux-ci les tuent, qu’ils se souviennent que Dieu est juge et vengeur du sang innocent qui, de la terre, crie vers le ciel (55). Il faut enfin réprouver ce pernicieux usage qui regarde sans doute directement le droit naturel de l’homme à contracter mariage ; mais qui se rapporte aussi réellement, d’une certaine façon, au bien de l’enfant. Il en est, en effet, qui, trop préoccupés des fins eugéniques, ne se contentent pas de donner des conseils salutaires pour assurer plus sûrement la santé et la vigueur de l’enfant — ce qui n’est certes pas contraire à la droite raison, — mais qui mettent la fin eugénique au-dessus de toute autre, même d’ordre supérieur, et qui voudraient voir les pouvoirs publics interdire le mariage à tous ceux qui, d’après les règles et les conjectures de leur science, leur paraissent, à raison de l’hérédité, devoir engendrer des enfants défectueux, fussent-ils, d’ailleurs personnellement aptes au mariage. Bien plus, ils veulent que ces hommes soient de par la loi, de gré ou de force, privés de cette faculté naturelle par l’intervention médicale ; et il ne s’agit pas là d’une peine sanglante imposée par l’autorité : publique comme châtiment d’un crime, ou pour prévenir des attentats futurs de criminels : non, mais contre tout droit divin et humain, on attribue
aux magistrats une faculté qu’ils n’ont jamais eue et qu’ils ne peuvent avoir légitimement. Tous ceux qui agissent de la sorte oublient complètement que la famille est plus sacrée que l’Etat, et que surtout, les hommes ne sont pas engendrés pour la terre et pour le temps, mais pour le ciel et l’éternité. Il n’est certes pas permis que des hommes d’ailleurs capables de se marier, dont, après un examen attentif, on conjecture qu’ils n’engendreront que des enfants défectueux, soient inculpés d’une faute grave s’ils contractent mariage, encore que, souvent, le mariage doive leur être déconseillé. Les magistrats n’ont d’ailleurs aucun droit direct sur les membres de leurs sujets : ils ne peuvent jamais, ni pour raison
d’eugénisme ni pour aucun autre genre de raison, blesser et atteindre directement l’intégrité du corps, dés lors qu’aucune faute n’a été commise, et qu’il n’y a aucune raison d’infliger une peine sanglante. Saint Thomas d’Aquin enseigne la même chose lorsque, se demandant si les juges humains peuvent infliger du mal à un homme pour prévenir des maux futurs, il le concède pour quelques autres maux, mais il le nie à bon droit et avec raison pour ce qui concerne la lésion du corps : « Jamais, suivant le jugement humain, personne ne doit, sans avoir commis une faute, être puni d’une peine meurtrissante ; on ne peut ni les tuer, ni les mutiler, ni les frapper. » (56) Au surplus, les individus eux-mêmes n’ont sur les membres de leur propre corps d’autre puissance que celle qui se rapporte à leurs fins naturelles ; ils ne peuvent ni les détruire, ni les mutiler, ni se rendre par d’autres moyens inaptes à leurs fonctions naturelles, sauf quand il est impossible de pourvoir autrement au bien du corps entier : tel est le ferme enseignement de la doctrine chrétienne, telle est aussi la certitude que fournit la lumière de la raison.

3. - Contre la foi conjugale.

Mais, pour en venir à un autre chef d’erreurs, qui concerne la foi conjugale, tout péché contre l’enfant a pour conséquence que l’on pèche aussi ; d’une certaine façon, contre la fidélité conjugale, ces deux biens du mariage étant étroitement liés entre eux. Mais, en outre, il faut compter autant de chefs d’erreurs et de déformations vicieuses contre la fidélité conjugale, que cette même foi conjugale comprend de vertus domestiques : la chaste fidélité des deux époux, l’honnête subordination de la femme à son mari ; enfin, une ferme et vraie charité entre eux.

Licences illicites.

Ils altèrent donc premièrement la foi conjugale, ceux qui pensent qu’il faut condescendre aux idées et aux mœurs d’aujourd’hui sur une amitié fausse et non exempte de faute avec des tierces personnes ; qui réclament que l’on concède aux époux une plus grande licence de sentiment et d’action dans ces relations extérieures, d’autant plus (à leur sens) que beaucoup ont un tempérament sexuel auquel ils ne peuvent satisfaire dans les limites étroites du mariage monogame. Aussi la rigidité morale des époux honnêtes, qui condamne et réprouve toute affection et tout acte sensuel avec une tierce personne, leur apparaît-elle comme une étroitesse surannée d’esprit et de cœur, ou comme une abjecte et vile jalousie. C’est pourquoi ils veulent que l’on considère comme tombées en désuétude ou qu’à coup sûr on les y fasse tomber, toutes les lois pénales qui ont été portées pour maintenir la fidélité conjugale. Le noble cœur des époux chaste n’a besoin que d’écouter la voix de la nature pour répudier et pour réprouver ces théories, comme vaines et honteuses ; et cette voix de la nature trouve assurément une approbation et une confirmation tant dans ce commandement de Dieu : « Tu ne commettras point l’adultère » (57), que dans la parole du Christ : « Quiconque arrête sur la femme des regards de concupiscence a déjà commis l’adultère dans son cœur. » (58) Nulle habitude humaine, aucun exemple dépravé, aucune apparence de progrès de l’humanité, ne pourront jamais infirmer la force de ce précepte divin. Car de même que le seul et unique « Jésus-Christ qui était hier et qui est aujourd’hui sera toujours dans les siècles des siècles » (59), de même la seule et unique doctrine du Christ demeure, dont ne passera pas même une virgule jusqu’à ce que tout s’accomplisse (60).

L’émancipation de la femme.

Les mêmes maîtres d’erreurs qui ternissent l’éclat de la fidélité et de la chasteté nuptiales n’hésitent pas à attaquer la fidèle et honnête subordination de la femme à son mari. Nombre d’entre eux poussent l’audace jusqu’à parler d’une indigne servitude d’un des deux époux à l’autre ; ils proclament que tous les droits sont égaux entre époux ; estimant ces droits violés par la « servitude » qu’on vient de dire, ils prêchent orgueilleusement une émancipation de la femme, déjà accomplie ou qui doit l’être. Ils décident que cette émancipation doit être triple, qu’elle doit se réaliser dans le gouvernement de la vie domestique, dans l’administration des ressources familiales, dans la faculté d’empêcher ou de détruire la vie de l’enfant, et ils l’appellent sociale, économique, physiologique : physiologique, car ils veulent que les femmes soient à leur gré affranchies des charges conjugales
et maternelles de l’épouse (ce qui n’est pas émancipation, mais crime détestable, Nous l’avons suffisamment montré) ; économique ils entendent par là que la femme, même à l’insu de son mari, et contre sa volonté, puisse librement avoir ses affaires, les gérer, les administrer, sans se soucier autrement. de ses enfants, de son mari et de toute sa famille ; Sociale enfin : et par là ils enlèvent à la femme les soins domestiques, ceux des enfants et ceux de la famille, pour que, ceux là négligés, elle puisse se livrer à son génie naturel, se consacrer aux affaires et occuper des charges, même les charges publiques. Mais ce n’est pas là, une vraie émancipation de la femme, et ce n’est pas là non plus cette digne  liberté conforme à la raison, qui est due à la noble tâche de la femme et de l’épouse chrétienne ; c’est bien plutôt une corruption de l’esprit de la femme et de la dignité maternelle, un bouleversement aussi de toute la famille, par où le mari est privé de sa femme, les enfants de leur mère, la maison et la famille tout entière d’une gardienne toujours vigilante. Bien plus, c’est au détriment de la femme elle-même que tourne cette fausse liberté et cette égalité non naturelle avec son mari ; car si la femme descend de ce siège vraiment royal où elle a été élevée par l’Evangile dans l’intérieur des murs domestiques, elle sera bien vite réduite à l’ancienne servitude (sinon en apparence, du moins en réalité) et elle deviendra — ce qu’elle était chez les païens — un pur instrument de son mari. Mais, quant à cette égalité des droits qui est si exaltée et que l’on réclame si vivement, il faut la reconnaître dans les choses qui sont propres à la personne et à la dignité humaines, qui accompagnent le pacte nuptial et qui sont impliquées par la vie conjugale ; en ces choses-là, chacun des deux époux jouit assurément des mêmes droits et il est tenu à la même obligation ; dans les autres choses, une certaine inégalité et une juste proportion sont nécessaires, celles qu’exigent le bien de la famille ou l’unité et la stabilité nécessaires d’une société domestique ordonnée. Si parfois, cependant, les conditions sociales et économiques de la femme mariée doivent se modifier en quelque manière, à cause du changement qui s’est introduit dans la forme et les usages des relations humaines, il appartient aux pouvoirs publics d’adapter les droits civils de la femme aux nécessités et aux besoins de notre époque, en tenant compte de ce qu’exigent le tempérament différent du sexe féminin, l’honnêteté des mœurs, le bien commun de la famille, et pourvu que l’ordre essentiel de la société domestique soit sauvegardé : cet ordre a été institué par une autorité plus haute que l’autorité humaine, savoir par l’autorité et la sagesse divines, et ni les lois de l’Etat ni le bon plaisir des particuliers ne sauraient le modifier. Mais les ennemis les plus récents de l’union conjugale vont plus loin encore : à l’amour véritable et solide, fondement du bonheur conjugal et de la douce intimité, ils substituent une certaine correspondance aveugle des caractères, et une certaine union des cœurs qu’ils appellent sympathie ; quand celle-ci prend fin ils enseignent que le lien se relâche, par lequel seul les cœurs sont unis et qu’il se dénoue tout à fait. Mais n’est-ce pas là, en toute vérité, édifier la maison sur le sable ? Dés que celle-ci sera exposée aux flots des adversités, dit Notre-Seigneur, elle sera aussitôt ébranlée et elle croulera : « Et les vents ont soufflé, et ils se sont rués sur cette maison, et elle est tombée, et sa ruine, a été grande. » (61) Mais, au contraire, la maison qui aura été établie sur la pierre, savoir sur la charité entre les époux, et consolidée par l’union délibérée et constante des cœurs, ne sera ébranlée par aucune adversité, et, à plus forte raison, ne sera-t-elle pas renversée.

4. - Contre le sacrement.

La négation de son caractère sacré.

Nous venons, Vénérables Frères, de défendre les deux premiers biens du mariage chrétien, que les actuels ennemis de la société s’efforcent de ruiner. Mais, comme le troisième de ses biens, le sacrement, l’emporte de beaucoup sur les précédents, il n’y a rien d’étonnant à ce que nous voyions les mêmes hommes assaillir surtout, avec plus d’âpreté encore, son excellence. Et, tout d’abord, ils présentent le mariage comme une chose absolument profane et purement civile, et qui ne saurait en aucune façon être confiée à la société religieuse, l’Eglise du Christ, mais, à la seule société civile ; ils ajoutent alors que le pacte nuptial doit être libéré de tout lien indissoluble, que les séparations d’époux, ou divorces, doivent, en conséquence, être non seulement tolérés mais sanctionnés par la loi ; d’où il résultera finalement que, dépouillée de toute sainteté, l’union conjugale sera reléguée au rang des choses profanes et civiles. Ils décrètent principalement, à ce sujet, ce premier point : que l’acte civil même doit être considéré comme le vrai contrat nuptial (ce qu’ils appellent mariage civil) ; l’acte religieux ne sera plus qu’une addition au mariage civil, le maximum de la concession qu’on puisse faire au peuple trop superstitieux. Ils veulent ensuite que, sans aucun blâme, les catholiques puissent s’unir conjugalement avec les non-catholiques, sans tenir aucun compte de la religion ni demander le consentement de l’autorité religieuse. Le second point, qui suit celui-là, consiste à excuser les divorces complets, et à louer et promouvoir les lois civiles qui favorisent la rupture du lien. Pour ce qui regarde le caractère religieux de toute union conjugale, et plus particulièrement celui du mariage chrétien et du sacrement, l’Encyclique de Léon XIII, que Nous avons rappelée souvent, et que Nous avons déjà faite expressément Nôtre, en a traité avec plus de développement et en a donné de graves raisons : aussi y renvoyons-Nous ici, et ne jugeons-Nous bon que d’en reprendre maintenant quelques données. La seule lumière de la raison — surtout si l’on scrute les antiques monuments de l’histoire, si l’on interroge la conscience constante des peuples, si l’on consulte les institutions et les mœurs des nations — suffit à établir qu’il y a dans le mariage naturel lui-même quelque chose de sacré et de religieux, « non adventice, mais inné, non reçu des hommes, mais inséré par la nature même », parce que ce mariage « a Dieu pour auteur, et qu’il a été, dés le principe, comme une image de l’Incarnation du Verbe de Dieu » (62). Le caractère sacré du mariage intimement lié avec l’ordre de la religion et des choses saintes, ressort en effet soit de son origine divine, que Nous avons rapportée plus haut, soit de sa fin qui est d’engendrer et de former pour Dieu les enfants, et de rattacher pareillement à Dieu les époux par l’amour chrétien et l’aide mutuelle ; soit enfin de l’office naturel de l’union conjugale elle-même, instituée par la très sage Providence du Dieu Créateur, et qui est de servir comme de véhicule pour transmettre la vie par où les parents deviennent comme des instruments de la toute-puissance divine. Une nouvelle cause de dignité s’y ajoute, venant du sacrement, qui rend le mariage des chrétiens de beaucoup le plus noble et qui l’élève à une si haute excellence qu’il a apparu à l’Apôtre comme un grand mystère digne de toute vénération (63) Ce caractère sacré du mariage et la haute signification de sa grâce et de son union entre le Christ et l’Eglise exigent des futurs époux une sainte révérence envers le mariage chrétien, une sainte vigilance et un saint zèle pour que le mariage auquel ils se disposent se rapproche le plus possible de l’archétype du Christ et de l’Eglise.

Dangers des unions mixtes.

Ils se mettent bien en défaut à cet égard, et parfois non sans risquer leur salut éternel, ceux qui s’engagent témérairement dans les unions mixtes, dont l’amour maternel et la maternelle prévoyance de l’Eglise, pour des raisons très graves, détourne les siens — comme on le voit par de nombreux documents, y compris le canon du Code qui décrète ceci : « L’Eglise prohibe très sévèrement le mariage entre deux personnes baptisées, dont une est catholique et dont l’autre est adhérente à une secte hérétique ou schismatique ; que s’il y a péril de perversion pour l’époux catholique et pour les enfants, le mariage est interdit par la loi divine elle. même. » (64) Si l’Eglise, quelquefois, pour des raisons de temps, de choses, de personnes, ne refuse point de dispenser de ces sévères prescriptions (le droit divin étant sauf, et le péril de perversion ayant été écarté dans toute la mesure possible), il arrivera toutefois difficilement que l’époux catholique ne subisse en ce genre de mariage aucun détriment. Il n’est pas rare qu’il en résulte pour les enfants de déplorables défections religieuses, ou, du moins, un glissement rapide en ce qu’on appelle l’indifférence religieuse, si proche de l’infidélité et de l’impiété. Ajoutons que les mariages mixtes rendent beaucoup plus difficile cette vivante unanimité qui reproduit le mystère que nous avons dit, savoir l’union ineffable de l’Eglise avec le Christ. Cette étroite union des cœurs, en effet, sera difficilement réalisée, qui, étant le signe et la note de l’Eglise du Christ, doit être pareillement le signe, la gloire et l’ornement du mariage chrétien. Car le lien des cœurs se rompt d’ordinaire, il se relâche tout au moins, quand interviennent, dans les choses suprêmes que l’homme vénère, c’est-à-dire dans les vérités et les sentiments religieux, la dissemblance des esprits et la diversité des volontés. D’où le péril que la charité ne languisse entre les époux, et, conséquemment, que ne soient ébranlés la paix et le bonheur de la société domestique, qui naît surtout de l’union des cœurs. Car, comme l’avait défini l’antique Droit Romain : « Les noces sont la conjonction de l’homme et de la femme, la mise en commun de toute leur vie, la communauté parfaite du droit divin et du droit humain. » (65)

Facilité croissante des divorces.

Mais, comme Nous l’avons déjà relevé, Vénérables Frères, ce qui empêche surtout cette restauration et cette perfection du mariage établies par le Christ Rédempteur, c’est la facilité sans cesse croissante des divorces. Bien plus, les fauteurs du néopaganisme, nullement instruits par une triste expérience, continuent à s’élever avec une âpreté toujours nouvelle contre l’indissolubilité sacrée du mariage et contre les lois qui la favorisent ; ils insistent pour obtenir l’autorisation légale du divorce, afin qu’une autre loi, et une loi plus humaine, se substitue aux lois vieillies et périmées. Ils énoncent d’ailleurs des causes nombreuses et diverses : les unes tirées du vice ou de la faute des personnes, les autres, situées dans les choses (ils appellent les premières des causes subjectives, et les secondes des causes objectives) : enfin tout ce qui peut rendre la vie en commun trop pénible et désagréable. Ces causes de divorces et ces dispositions légales, ils veulent les justifier par de multiples raisons : tout d’abord le bien des deux époux, soit que l’un soit innocent et qu’en conséquence il ait le droit le se séparer du coupable, soit qu’il soit criminel et qu’il doive, pour ce motif, être écarté d’une union pénible et contrainte ; puis, le bien des enfants, dont l’éducation est viciée ou demeure sans fruit parce que, scandalisés par les discordes des parents et leurs autres méfaits, ils sont trop facilement détournés de la voie de la vertu ; le bien commun de la société enfin, qui réclame d’abord la totale extinction des mariages incapables de réaliser ce que la nature a en vue ; qui réclame ensuite la légalisation des séparations conjugales, soit pour éviter les crimes que laissent aisément craindre la vie en commun ou les rapports continus de ces époux, soit pour mettre fin aux affronts infligés, avec une fréquence croissante aux tribunaux et à l’autorité des lois, étant donné que les époux, pour obtenir la sentence désirée en faveur de leur divorce, ou bien commettent à dessein les délits pour lesquels le juge, aux termes de la loi, pourra rompre leur lien, ou bien, devant le juge, qui sait fort bien à quoi s’en tenir, s’accusent insolemment, avec mensonge et parjure, d’avoir commis ces délits. Les fauteurs du divorce clament qu’il faut absolument conformer les lois à ces nécessités, aux conditions changées des temps, aux opinions des hommes, aux institutions et aux mœurs des Etats : autant de raisons qui, même prises à part, mais surtout réunies en faisceau, leur semblent prouver surabondamment que le divorce, pour certaines causes déterminées, doit absolument être autorisé. D’autres vont encore plus loin : à leur sens, le mariage est un contrat purement privé, et, comme tous les autres contrats privés, il doit être absolument abandonné au consentement et au jugement privé des deux contractants ; il doit donc pouvoir se rompre pour n’importe quelle cause.

Vanité des objections contre l’indissolubilité du mariage.

Mais contre toutes ces insanités se dresse, Vénérables Frères, une loi de Dieu irréfragable, très amplement confirmée par le Christ, une loi qu’aucun décret des hommes, aucun plébiscite, aucune volonté des législateurs ne pourra affaiblir : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point. » (66) Que si, prévariquant, l’homme a opéré cette séparation, son acte est sans aucune valeur : et il en résultera ce que le Christ a lui-même clairement confirmé : « Quiconque renvoie son épouse et en prend une autre commet un adultère ; et quiconque prend la femme renvoyée par son mari commet un adultère. » (67) ces paroles du Christ s’appliquent à n’importe quel mariage, même seulement naturel et légitime ; car cette indissolubilité convient à tout vrai mariage, qui, par elle, pour ce qui est de la rupture du lien, est soustrait au bon plaisir des parties et à toute puissance séculière. Il faut pareillement rappeler le jugement solennel par lequel le Concile de Trente a réprouvé ces choses sous peine d’anathème : « Si quelqu’un dit qu’à cause de l’hérésie ou à cause des difficultés de la vie en commun, ou à cause de l’absence systématique d’un époux, le lien du mariage peut être rompu, qu’il soit anathème » (68) ; et : « Si quelqu’un dit que l’Eglise s’est trompée quand elle a enseigné et lorsqu’elle enseigne, conformément à la doctrine évangélique et apostolique, qu’à raison de l’adultère d’un des époux le lien du mariage ne peut être rompu et qu’aucun des deux, même l’époux innocent, ne peut, du vivant de l’autre époux, contracter un autre mariage, et que celui qui, ayant renvoyé sa femme adultère en. prend une autre, commet un adultère, et pareillement celle qui, ayant renvoyé son époux, s’est unie à un autre : qu’il soit anathème. » (69). Que si l’Eglise ne s’est pas trompée et si elle ne se trompe pas quand elle a enseigné et quand elle continue à enseigner ces choses, et s’il est certain, en conséquence, que le lien du mariage ne peut pas même être rompu par l’adultère, il est évident que toutes les autres causes, beaucoup plus faibles, de divorce, que l’on pourrait présenter et que l’on a coutume de présenter, ont bien moins de valeur, et qu’il n’en faut tenir aucun compte. Au surplus, il est facile de réfuter les arguments que Nous avons entendu tirer d’un triple chef contre la fermeté du lien conjugal. Tous ces inconvénients sont écartés et tous les périls éliminés si, en ces conjonctures extrêmes, l’on permet la séparation imparfaite, c’est-à-dire ne comportant pas la rupture du lien : l’Eglise l’autorise par les claires formules des canons qui légifèrent sur la séparation du lit, de la table et de l’habitation (70). Quant aux causes de ce genre de séparation, aux conditions, au mode, et aux précautions propres à satisfaire à l’éducation des enfants et au salut de la famille, et pareillement pour tous les inconvénients soit pour l’époux, soit pour les enfants, soit pour la communauté civile elle-même, il appartiendra aux lois sacrées de statuer pour y parer dans la mesure du possible ; et, en partie du moins, cela appartiendra aussi aux lois civiles pour ce qui regarde les aspects et les effets civils de ce genre de séparation.

Le divorce condamné par ses effets.

Tous les arguments que l’on a coutume d’apporter pour établir l’indissolubilité de l’union conjugale, et que nous avons indiqués plus haut, ont manifestement la même valeur pour exclure la nécessité ou la possibilité du divorce et pour refuser à quelque magistrat que ce soit le pouvoir de l’accorder : à tous les avantages de l’indissolubilité correspondent autant de dommages de l’autre côté, dommages très pernicieux tant pour les individus que pour la société humaine tout entière. Et, pour revenir aux enseignements de Notre prédécesseur, il est à peine nécessaire de dire que les divorces sont la source d’autant de maux que l’indissolubilité conjugale apporte avec elle de bienfaits. D’un côté, en effet, avec le lien intact nous voyons les mariages tranquilles et en sécurité ; de l’autre, la perspective d’une séparation prochaine, le péril même d’un divorce éventuel rendent précaire l’union conjugale : ils y introduisent, en tout cas, des soupçons pleins d’anxiété. D’un côté, la bienveillance mutuelle et la communauté des biens merveilleusement affermies ; de l’autre, misérablement affaiblies par la possibilité même de la séparation. D’un côté, de très opportunes garanties pour la chaste fidélité conjugale ; de l’autre, de pernicieuses excitations offertes à l’infidélité. D’un côté, la venue des enfants, leur protection, leur éducation efficacement protégées ; de l’autre, sujettes aux plus graves dommages. D’un côté, la. porte étroitement fermée aux inimitiés entre les familles et entre les proches ; de l’autre, les occasions qui s’en multiplient. D’un côté, les semences de discordes plus facilement étouffées ; de l’autre, jetées plus largement et plus abondamment : D’un côté, surtout, la dignité et la fonction de la femme, aussi bien dans la société civile que dans la société domestique, heureusement restaurées et remises en honneur ; de l’autre, indignement humiliées, car les épouses encourent alors le péril, « après avoir servi à assouvir la passion de leurs maris, d’être considérées comme abandonnées » (71). Et parce que, pour conclure par ces très graves paroles de Léon XIII, « rien n’est si puissant que la corruption des mœurs pour perdre les familles et pour ruiner la force des Etats, il est facile d’apercevoir que les divorces représentent le plus funeste des dommages pour la prospérité des familles et des Etats, car ils naissent de la dépravation générale des mœurs, et, l’expérience en fait foi, ils ouvrent la voie et la porte aux habitudes les plus vicieuses de la vie privée et de la vie publique. Et il deviendra évident que ces maux sont plus graves encore, si l’on considère qu’aucun frein ne réussira à maintenir dans des limites certaines, ou fixées d’avance, l’usage des divorces. La force des exemples est bien grande, celle des appétits plus grande encore : leurs excitations auront forcément ce résultat que le désir morbide du divorce, se communiquant de proche en proche, gagnera de plus en plus les âmes ; telle une maladie qui se répand par contagion ; tel un fleuve qui, franchissant ses digues, inonde tout » (72). C’est pourquoi, comme on le lit dans cette même Encyclique, « si les choses ne changent pas, les familles et la société humaine devront craindre sans cesse qu’on en arrive misérablement à mettre toutes choses en question et en péril » (73). A quel point se sont vérifiées ces prévisions formulées il y a cinquante ans, on en a la preuve dans la corruption qui grandit de jour en jour, et dans la dépravation inouïe de la famille dans les régions où le communisme domine sans conteste.

III. Comment éliminer ces abus et rétablir partout le respect dû au mariage ?

Jusqu’ici, Vénérables Frères, Nous avons admiré avec respect ce que, dans sa suprême sagesse, le Créateur et Rédempteur du genre humain a décidé au sujet du mariage ; Nous avons déploré en même temps qu’un aussi pieux dessein de la divine Bonté soit maintenant un peu partout contrecarré et rendu vain par les passions, les erreurs et les vices de l’humanité. Il est temps que Nous tournions Notre esprit, avec une sollicitude paternelle, vers la recherche des remèdes opportuns, pour éliminer les abus si pernicieux que Nous avons énumérés, et pour rétablir partout le respect dû au mariage.

Méditer l’idée divine sur le mariage.

A cet effet, il est utile tout d’abord de rappeler cette vérité tout à fait certaine, aphorisme courant en philosophie et même en théologie : à Savoir que, pour ramener à son état primitif et conforme à sa nature une chose, quelle qu’elle soit, qui en a dévié, il est indispensable de revenir à l’idée divine qui (comme l’enseigne le Docteur Angélique) (74), est le modèle de toute rectitude. C’est pourquoi Notre prédécesseur d’heureuse mémoire Léon XIII dénonçait l’erreur des naturalistes par ces paroles si graves : « C’est une loi de la divine Providence que les institutions qui ont Dieu pour auteur se vérifient d’autant plus utiles et salutaires qu’elles restent davantage dans leur état primitif, intégralement et sans changement ; c’est qu’en effet le Dieu créateur de toutes choses savait fort bien ce qui convenait à l’établissement et à la conservation de chacune de ses œuvres ; il les a toutes, par sa volonté et son intelligence, ordonnées de telle sorte que chacune d’elles pût atteindre convenablement sa fin. Mais si la témérité et la malignité des hommes veulent changer ou troubler l’ordre si providentiellement établi, alors les institutions les plus sages et les plus utiles commencent à devenir nuisibles, ou bien elles cessent d’être utiles, soit qu’elles aient perdu, par ce changement, leur vertu bienfaisante, soit que Dieu lui-même préfère infliger ce châtiment à l’orgueil et à l’audace des hommes » (75). Il faut donc, pour rétablir dans le mariage l’ordre normal, que tous méditent la pensée divine sur ce sujet et s’efforcent de s’y conformer.

Attirer les grâces divines par une vie sincèrement chrétienne.

Mais comme à cette tâche s’oppose surtout la force de la concupiscence rebelle, qui est assurément la cause principale des fautes commises contre les saintes lois du mariage, et comme il est impossible à l’homme d’acquérir la maîtrise sur ses passions s’il ne se soumet d’abord lui-même à Dieu, c’est à réaliser cette soumission qu’il devra premièrement s’appliquer selon l’ordre divinement établi. Car c’est une loi inébranlable que quiconque se soumet à Dieu se sent capable, avec le secours de la grâce, de dominer ses passions et la concupiscence ; quiconque, au contraire, se révolte contre Dieu éprouve douloureusement la guerre intestine que la violence des passions déchaîne en lui, Combien il est sage qu’il en soit ainsi, saint Augustin l’explique en ces termes : « Il convient, en effet, que ce qui est inférieur soit soumis à ce qui est supérieur : celui qui veut dominer ce qui lui est inférieur doit se soumettre à ce qui lui est supérieur à lui-même. Reconnais l’ordre, cherche la paix. « A Dieu ta propre soumission ; à toi la soumission de la chair. » Quoi de plus juste ? Quoi de plus beau ? Tu es soumis, toi, à ce qui est plus grand que toi ; ce qui est plus petit que toi t’est soumis à toi. Sers donc, toi, celui qui t’a fait, afin d’être servi toi-même par ce qui a été fait pour toi. Voici, en effet, un ordre que nous, ne connaissons pas, un ordre que nous ne recommandons pas : « La soumission de la chair à toi, et ta propre soumission à Dieu ! » celui que nous recommandons, le voici : « A Dieu ta propre soumission, et à toi la soumission de la chair. » Que si tu méprises la première loi : « A Dieu ta propre soumission », tu n’obtiendras jamais que se vérifie la seconde : « A toi la soumission de la chair. » Toi qui n’obéis pas à Dieu, tu es torturé par l’esclave. » (76) Le bienheureux Docteur des nations lui-même, sous le souffle de l’Esprit-Saint, atteste cet ordre établi par la divine Sagesse ; après avoir rappelé les sages de l’antiquité qui, ayant connu avec certitude l’existence du Créateur de toutes choses, avaient cependant refusé de l’adorer et de lui rendre un culte, il poursuit en ces termes : « C’est pourquoi Dieu les a livrés aux désirs de leur cœur, à l’impureté, en sorte qu’ils déshonorent leurs corps » il dit encore : « C’est pourquoi Dieu les a livrés aux passions honteuses » (77), car « Dieu résiste aux superbes, et il donne aux humbles sa grâce » (78), sans laquelle, comme l’enseigne le même Docteur des nations, l’homme ne peut dompter la concupiscence rebelle (79). Et dés lors, puisque les mouvements impétueux de la concupiscence ne pourront jamais être refrénés comme il le faut, si l’âme elle-même ne rend d’abord à son Créateur l’humble hommage de la piété et de la révérence, il est par-dessus tout nécessaire qu’une profonde et véritable piété pénètre tout entiers ceux qui s’unissent par le lien sacré du mariage, piété qui anime toute leur vie et qui remplisse leur esprit et leur volonté du plus profond respect envers la souveraine Majesté de Dieu. C’est donc, de la part des Pasteurs, agir excellemment et conformément au plus pur esprit chrétien, pour éviter que les époux ne s’écartent de la loi divine dans le mariage, que de les exhorter par-dessus tout à rester fidèles à la pratique de la piété et de la religion ; à se donner tout entiers à Dieu ; à implorer avec assiduité son secours ; à fréquenter les sacrements ; à entretenir et à développer toujours en. eux-mêmes les dispositions de piété et de dévotion envers Dieu. Ils se trompent grandement, au contraire, ceux qui, dédaignant ou négligeant les moyens qui dépassent la nature, croient, par la pratique et les découvertes des sciences naturelles (savoir : de la biologie, de la science des transmissions héréditaires, et d’autres semblables), pouvoir amener les hommes à refréner les désirs de la chair. Ce qui ne veut pas dire qu’il faille faire peu de cas de ces moyens naturels : car il n’y a qu’un seul auteur de la nature et de la grâce, Dieu, qui a disposé les biens de l’ordre naturel et de l’ordre surnaturel pour le service et l’utilité des hommes. Les fidèles peuvent donc et doivent s’aider aussi des moyens naturels. Mais c’est se tromper que de croire ces moyens suffisants pour assurer la chasteté de l’union conjugale, ou de leur attribuer une efficacité plus grande qu’au secours de la grâce surnaturelle.

Docilité aux enseignements de l’Eglise et obéissance à ses prescription.

Cette conformité de l’union conjugale et des mœurs aux lois divines, sans laquelle aucune restauration efficace du mariage n’est possible, suppose que tous peuvent discerner, avec facilité, avec une pleine certitude, et sans aucun mélange d’erreur, quelles sont ces lois. Or, tout le monde voit à combien d’illusions on donnerait accès, et combien d’erreurs se mêleraient à la vérité, si on abandonnait à chacun le soin de découvrir ces lois à la seule lumière de la raison, ou s’il les fallait trouver moyennant l’interprétation privée de la vérité révélée. Cette considération vaut sans doute pour nombre d’autres vérités de l’ordre moral, mais son importance est extrême quand il s’agit de l’union conjugale où l’attrait de la volupté peut facilement s’emparer de la fragile nature humaine, la tromper et la séduire. Et cela d’autant plus que l’observation de la loi divine exige des conjoints des sacrifices parfois difficiles et prolongés, auxquels, l’expérience en témoigne, un homme faible oppose autant d’arguments qu’il lui en faut pour s’excuser de ne point observer la loi divine. Aussi, pour que ce ne soit pas une fiction ou une déformation de la loi divine, mais une vraie et authentique connaissance de cette loi qui éclaire les esprits et dirige les mœurs des hommes, il est nécessaire qu’à la dévotion envers Dieu et au désir de le servir s’ajoute une filiale et humble obéissance envers l’Eglise. C’est, en effet, Notre-Seigneur lui-même qui a établi l’Église maîtresse de vérité, même en ce qui regarde la conduite et l’ordre des mœurs, bien qu’en cette matière beaucoup de choses ne soient pas, par elles-mêmes, inaccessibles à la raison humaine. Car si, pour les vérités naturelles de la religion et des mœurs, Dieu a joint la révélation à la lumière de la raison, afin que « même dans la condition présente du genre humain tous puissent connaître aisément, avec une certitude ferme et sans mélange d’erreur » (80) ce qui est juste et vrai, il a pareillement établi dans le même but, l’Eglise comme gardienne et maîtresse de toute la vérité, tant de la religion que des mœurs. Que les fidèles lui obéissent donc, pour prémunir leur intelligence contre l’erreur et leurs mœurs contre la corruption, et qu’ils lui soumettent leur esprit et leur âme. Si, d’ailleurs, ils ne veulent pas se priver eux-mêmes d’un secours accordé par Dieu avec une si grande bonté, ils doivent pratiquer cette obéissance non seulement à l’égard des définitions plus solennelles de l’Eglise, mais aussi, proportion gardée, à l’égard des autres constitutions et décrets qui proscrivent ou condamnent certaines opinions comme dangereuses ou mauvaises (81). En conséquence, dans les questions qui sont soulevées aujourd’hui par rapport au mariage, que les fidèles ne se fient pas trop à leur propre jugement, et qu’ils ne se laissent pas séduire par cette fausse liberté de la raison humaine que l’on appelle autonomie. Rien ne convient moins en effet à un chrétien digne de ce nom que de pousser l’orgueilleuse confiance en sa propre intelligence, jusqu’à refuser son assentiment aux vérités dont il n’aurait pu acquérir personnellement une connaissance directe ; jusqu’à regarder l’Eglise, envoyée par Dieu cependant pour enseigner et régir toutes les nations, comme médiocrement informée des choses présentes et de leurs aspects actuels, ou même jusqu’à n’accorder son assentiment et son obéissance qu’aux définitions plus solennelles dont Nous avons parlé, comme si l’on pouvait prudemment penser que les autres décisions de l’Eglise sont entachées d’erreur ou qu’elles n’ont pas un fondement suffisant de vérité et d’honnêteté. C’est au contraire, le propre des vrais chrétiens, savants ou non, de se laisser gouverner et conduire, en tout ce qui concerne la foi et les mœurs, par la sainte Eglise de Dieu, par son suprême Pasteur, le Pontife romain, qui est lui-même dirigé par Notre-Seigneur Jésus-Christ.

La doctrine du mariage chrétien enseignée avec zèle.

En
conséquence, comme il faut tout ramener à la loi et aux pensées divines pour que la restauration du mariage se réalise partout et de façon durable, il est souverainement important que les fidèles soient bien instruits du mariage, par un enseignement oral ou écrit, non point une fois en passant, ni à la légère, mais fréquemment et solidement au moyen d’arguments clairs et convaincants, afin que ces vérités saisissent vivement l’esprit et pénètrent jusqu’au fond des cœurs. Qu’ils sachent et considèrent souvent quelle sagesse, quelle sainteté, quelle bonté envers les hommes Dieu a montrées, soit en instituant le mariage, soit en le garantissant par de saintes lois, et, plus encore, en l’élevant d’une façon merveilleuse à la dignité de sacrement, par quoi une source si abondante de grâces est ouverte aux époux chrétiens, qui peuvent ainsi, chastement, fidèlement, réaliser les hautes fins du mariage, pour leur bien et leur salut personnel, pour le bien et le salut de leurs enfants, et aussi pour le bien et le salut de la société civile et du genre humain tout entier. Or, si les adversaires actuels du mariage n’épargnent rien — discours, livres, brochures, ni toutes sortes d’autres procédés — pour pervertir les esprits, corrompre les cœurs, ridiculiser la chasteté conjugale et exalter les vices les plus honteux, vous devez bien plus encore, Vénérables Frères, vous que l’ « Esprit-Saint a placés comme évêques pour régir l’Eglise de Dieu, acquise par lui au prix de son sang » (82), vous devez vous engager à fond pour un effort contraire : par vous mêmes, par les prêtres soumis à votre obédience, et même par ces laïques d’élite rassemblés pour aider l’apostolat hiérarchique, en cette Action Catholique si vivement désirée et recommandée par Nous, vous devez tout mettre en œuvre pour opposer la vérité à l’erreur, la splendeur de la chasteté au vice honteux, la liberté des enfants de Dieu à la servitude des passions (83) ; enfin, à la coupable facilité des divorces, l’indéfectibilité de la vraie charité dans le mariage, et le sacrement de la fidélité conjugale inviolé jusqu’à la mort. Ainsi les chrétiens pourront-ils de toute leur âme rendre grâce à Dieu de se sentir liés par ses ordres et contraints avec tant de force et de douceur à fuir au plus loin toute idolâtrie. de la chair et tout ignoble esclavage du plaisir : ils se détourneront avec horreur, ils mettront la plus grande vigilance à s’éloigner de ces criminelles conceptions qui, pour la honte de la dignité humaine, se répandent en ce moment même, de vive voix ou par écrit, sous le nom de « mariage parfait », et qui font de ce soi-disant mariage parfait un « mariage dépravé », comme on l’a dit aussi, fort justement. Ce salutaire enseignement et cette science religieuse du mariage chrétien n’ont aucun rapport avec cette éducation physiologique exagérée par laquelle, de nos jours, de soi-disant réformateurs de la vie conjugale prétendent rendre service aux époux : ils s’étendent longuement sur ces questions de physiologie, mais ce qu’on enseigne ainsi, c’est bien plutôt l’art de pécher avec astuce que la vertu de vivre avec chasteté. Aussi ferons-Nous Nôtre, de toute Notre âme, Vénérables Frères, les paroles de Notre prédécesseur Léon XIII, d’heureuse mémoire, dans sa Lettre encyclique sur le Mariage chrétien, adressée aux évêques du monde, entier : « Ne négligez aucun effort, y disait-il, usez de toute votre autorité pour garder dans toute son intégrité et toute sa pureté, parmi les populations qui vous sont confiées, la doctrine que le Christ Notre-Seigneur et les apôtres, interprètes de la volonté divine, nous ont transmise, que l’Eglise catholique a conservée, elle aussi religieusement, et qu’elle a ordonné à tous les chrétiens d’observer jusqu’à la fin des temps. » (84)

La coopération des époux aux grâces du sacrement.

Mais l’enseignement de l’Eglise, si excellent soit-il, ne suffit pas à lui seul à rétablir la conformité du mariage à la loi de Dieu : même quand les époux sont instruits de la doctrine du mariage, il leur faut, en outre, une très ferme volonté d’observer les saintes lois de Dieu et de la nature concernant le mariage. Quelles que soient les théories que d’aucuns veulent soutenir et propager par la parole et par la plume, il est une décision qui doit être, chez les époux, ferme, constante, inébranlable : celle de s’en tenir, sans hésitation, en tout ce qui concerne le mariage, aux commandements de Dieu : en s’entraidant toujours charitablement, en gardant la fidélité de la chasteté, en n’ébranlant jamais la stabilité du lien conjugal, en n’usant jamais que chrétiennement et saintement des droits acquis par le mariage, surtout dans les premiers temps de l’union conjugale, afin que, si par la suite les circonstances exigent la continence, il leur soit, pour s’y être habitués déjà l’un et l’autre, plus facile de la garder. Pour concevoir cette ferme volonté, pour la conserver et pour la faire passer en acte ; il sera fort utile aux époux chrétiens de méditer souvent sur leur état et de se rappeler soigneusement le sacrement qu’ils ont reçu. Qu’ils se souviennent sans cesse qu’en vue des devoirs et de la dignité de leur état ils ont été sanctifiés et fortifiés par un sacrement spécial, dont la vertu efficace, tout en n’imprimant pas de caractère, dure cependant perpétuellement. Qu’ils méditent, dans cette vue, ces paroles si consolantes à coup sûr du saint cardinal Bellarmin, qui formule ainsi pieusement le sentiment que partagent avec lui d’autres théologiens éminents : « Le sacrement de mariage peut se concevoir sous deux aspects : le premier, lorsqu’il s’accomplit, le second, tandis qu’il dure après avoir été effectué. C’est, en effet, un sacrement semblable à l’Eucharistie, qui est un sacrement non seulement au moment où il s’accomplit, mais aussi durant le temps où il demeure ; car, aussi longtemps que les époux vivent, leur société est toujours le sacrement du Christ et de l’Église. » (85) Mais pour que la grâce de ce sacrement produise son plein effet, elle requiert la coopération des époux dont Nous avons déjà parlé, et qui consiste à faire tout ce qui est en eux pour remplir leur devoir avec zèle. De même, en effet, que dans l’ordre de la nature, les énergies que Dieu a répandues ne se manifestent dans leur pleine vigueur que si les hommes les mettent en œuvre par leur propre travail et leur propre industrie, sous peine de n’en retirer aucun avantage, ainsi les forces de la grâce, qui du sacrement ont jailli dans l’âme et qui y demeurent, doivent-elles être fécondées par la bonne volonté et le travail des hommes. Que les époux se gardent donc de négliger la grâce du sacrement, qui est en eux (86) ; mais qu’ils s’appliquent avec soin à l’observation de leurs devoirs, si laborieuse qu’elle soit, et qu’ils expérimentent ainsi la force, croissant chaque jour davantage, de cette grâce. Et s’il arrive qu’ils sentent peser plus lourdement sur eux les labeurs de leur condition et de leur vie, qu’ils ne perdent pas courage, mais qu’ils s’appliquent à eux-mêmes ce que l’apôtre saint Paul écrivait au sujet de l’0rdre à son très cher disciple Timothée, tout près d’être découragé par les fatigues et par les avanies : « Je te recommande de ressusciter la grâce de Dieu, qui est en toi par l’imposition de mes mains. Car Dieu ne nous a pas donné un esprit de crainte, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse. » (87)

La préparation nécessaire au mariage.

Mais tout cela, Vénérables Frères, dépend en grande partie de la préparation convenable des époux au mariage, préparation éloignée et préparation prochaine. De fait, on ne peut nier que le solide fondement d’un mariage heureux et la ruine d’un mariage malheureux se préparent déjà dans les âmes des jeunes gens dés le temps de l’enfance et de la jeunesse. Car ceux qui, avant le mariage, se cherchaient égoïstement en toutes choses, qui s’abandonnaient à leurs convoitises, il est à craindre qu’ils ne restent, dans le mariage, pareils à ce qu’ils étaient avant le mariage ; qu’ils ne doivent aussi récolter ce qu’ils auront semé (88) : c’est-à-dire la tristesse au foyer domestique, les larmes, le mépris mutuel, les luttes, les mésintelligences, le mépris de la vie commune ou encore, ce qui est pire, qu’ils ne se retrouvent eux-mêmes avec leurs passions indomptées. Que les fiancés s’engagent donc dans l’état conjugal bien disposés et bien préparés, afin de pouvoir s’entraider mutuellement à affronter ensemble les vicissitudes de la vie, et, bien plus encore, à se procurer le salut éternel et à former, en eux l’homme intérieur jusqu’à la perfection de maturité du Christ (89). Par là même aussi, ils se montreront plus aisément à l’égard de leurs enfants tels que Dieu veut que soient des parents : un père qui soit vraiment père, une mère qui soit vraiment mère, et dont le pieux amour et les soins assidus fassent retrouver à leurs enfants, dans la maison paternelle, même au sein de l’indigence et au milieu de cette vallée de larmes, quelque chose de pareil au paradis de délices où le Créateur du genre humain
avait placé les premiers hommes. C’est ainsi, pareillement, qu’ils feront de leurs enfants des hommes parfaits et des chrétiens accomplis, qu’ils leur inspireront le véritable esprit catholique, et qu’ils leur communiqueront ce noble sentiment d’affection et d’amour pour la patrie qu’exigent la piété et la reconnaissance. C’est pourquoi ceux qui songent à s’engager dans cette sainte union conjugale, et aussi ceux qui sont chargés de l’éducation de la jeunesse chrétienne, attacheront le plus grand prix à ces conseils, ils prépareront le bien, ils préviendront le mal, ils renouvelleront le souvenir des avis que Nous avons donnés, dans Notre Encyclique sur l’éducation. « Il faut donc, dés l’âge le plus tendre, corriger les inclinations déréglées des enfants, développer celles qui sont bonnes. Par-dessus tout, il importe d’imprégner leur intelligence des doctrines venues de Dieu, de fortifier leur cœur par le secours de la grâce divine, sans laquelle aucun d’eux ne pourra dominer ses mauvaises inclinations, et sans laquelle non plus on ne pourra espérer le résultat total et parfait de l’action éducatrice de l’Église que le Christ a précisément dotée de doctrines célestes et de sacrements divins pour en faire la Maîtresse très sûre des hommes. » (90) Quant à la préparation prochaine d’un mariage heureux, le choix soigneux du futur conjoint y importe au plus haut point : c’est de ce choix, en effet, que dépend en grande partie le bonheur ou la disgrâce du mariage, chaque époux pouvant être un aide puissant, ou un grand péril et un grand obstacle, pour la pratique de la vie chrétienne dans le mariage. C’est, durant toute la vie qu’un mariage imprudent serait une source de chagrins : aussi les jeunes gens qui se destinent au mariage devront réfléchir mûrement avant de choisir la personne avec laquelle ils devront ensuite passer toute leur existence ; dans ces réflexions, il leur faut considérer en tout premier lieu Dieu et la vraie religion du Christ, puis penser à leur avantage, à celui du conjoint, des enfants à venir, de la famille humaine, et de la société civile qui sortent de l’union conjugale comme de leur source. Qu’ils implorent avec ferveur le secours divin, pour que leur choix se fasse suivant la prudence chrétienne, non sous la pression aveugle et effrénée de la passion, ni par le seul désir de lucre ou quelque autre mobile moins noble, mais par un vrai et loyal amour, et par une sincère affection envers le futur époux, et pour chercher dans le mariage les fins pour lesquelles Dieu l’a institué. Qu’ils n’omettent pas, enfin, de solliciter, touchant ce choix, le conseil prudent des parents ; qu’ils tiennent grand compte de leur avis, afin de se prémunir, grâce à la sagesse et à l’expérience de ceux-ci, contre une erreur pernicieuse et de s’assurer plus abondante, au moment de s’engager dans le mariage, la bénédiction du quatrième commandement : « Honore ton père et ta mère (ce qui est le premier commandement accompagné d’une promesse), afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. » (91)

Les difficultés économiques qu’il faut résoudre.

Et comme il n’est pas rare que des époux éprouvent de graves difficultés à observer parfaitement les commandements de Dieu et l’honnêteté conjugale, à cause de la gène qui règne à leur foyer et de la trop grande pénurie de biens temporels, il faut évidemment, en ces cas, subvenir de la meilleure manière possible à leurs nécessités. Et tout d’abord, il faut s’efforcer de toutes façons de réaliser ce que Notre prédécesseur Léon XIII avait déjà déclaré (92) : que, dans la société civile, le régime économique et social soit constitué de façon que tout père de famille puisse gagner ce qui, étant données sa condition et la localité qu’il habite, est nécessaire à son entretien et à celui de sa femme et de ses enfants : « Car l’ouvrier mérite son salaire » (93). Lui refuser ce salaire, ou lui donner un salaire inférieur à son mérite, c’est une grave injustice et un péché que les Saintes Ecritures rangent parmi les plus grands (94). Il n’est pas permis non plus de fixer un taux de salaire si modique que, vu l’ensemble des circonstances, il ne puisse suffire à l’entretien de la famille. Il faut néanmoins avoir soin que les époux eux-mêmes, et cela déjà longtemps avant de s’engager dans l’état du mariage, S’appliquent à pourvoir d’avance aux charges et aux besoins de leur avenir ou, du moins, à les alléger, et qu’ils se renseignent auprès des gens compétents sur les moyens d’y réussir efficacement et en même temps, honnêtement. Il faut aussi veiller à ce que, s’ils ne se suffisent pas à eux seuls, ils arrivent, en s’unissant aux gens de leur condition, et par des associations privées ou publiques, à parer aux nécessités de la vie (95). Mais quand, par les moyens que Nous venons d’indiquer, la famille, surtout si elle est nombreuse, ou moins capable, ne parvient pas à équilibrer son budget, l’amour chrétien du prochain requiert absolument que la charité chrétienne compense ce qui manque aux indigents, que les riches surtout secourent les. pauvres, que ceux qui ont du superflu ne le gaspillent pas en dépenses vaines ou en pures prodigalités, mais qu’ils le consacrent à entretenir la vie et la santé de ceux qui manquent même du nécessaire. Ceux qui auront fait part de leurs richesses au Christ présent dans les pauvres recevront du Seigneur, quand il viendra juger le monde, une très riche récompense ; ceux qui se seront comportés d’une façon contraire en seront sévèrement punis (96). Car ce n’est pas en vain que l’Apôtre donne cet avertissement : « Celui qui possède les richesses d’ici-bas et qui, sans s’émouvoir, voit son frère dans la nécessité : comment l’amour de Bien demeure-t-il en lui ? » (97) Que si les subsides privés restent insuffisants, il appartient aux pouvoirs publics de suppléer à l’impuissance des particuliers, surtout en une affaire aussi importante pour le bien commun que l’est une condition vraiment humaine assurée à la famille et aux époux. Si, en effet, les familles, surtout celles qui comptent de nombreux enfants, sont privées de logements convenables ; si l’homme ne parvient pas à trouver du travail et à gagner sa vie ; si ce qui est d’usage quotidien ne peut s’acheter qu’à des prix exagérés ; si même la mère de famille, au grand détriment de la vie domestique, se voit contrainte d’ajouter à ses charges celle du travail pour se procurer de l’argent ; si cette même mère, dans les fatigues ordinaires ou même extraordinaires de la maternité, manque de nourriture convenable, de médicaments, de l’assistance d’un médecin compétent, et d’autres choses du même genre ; tout le monde voit en quel découragement peuvent tomber les époux, combien la vie domestique et l’observation des commandements de Dieu leur en deviennent difficiles, et aussi quel péril peut en résulter pour la sécurité publique, pour le salut, pour l’existence même de la société civile, car enfin des hommes réduits à ce point pourraient en arriver à un tel désespoir que, n’ayant plus rien à perdre, ils finissent par concevoir le fol espoir de tirer de grands profits d’un bouleversement général du pays et de ses institutions. En conséquence, ceux qui ont la charge de l’Etat et du bien commun ne sauraient négliger ces nécessités matérielles des époux et des familles sans causer un grave dommage à la Cité et, au bien commun ; il leur faut donc, dans les projets de loi et dans l’établissement du budget, attacher une importance extrême au relèvement de ces familles indigentes : ils doivent considérer cette tâche comme une des principales responsabilités du pouvoir. Nous le constatons ici avec peine : il n’est pas rare aujourd’hui que, par un renversement de l’ordre normal, une mère et des enfants illégitimes (qu’à la vérité il faut secourir aussi, ne fût-ce que pour prévenir de
plus grands maux) se voient accorder tout de suite et abondamment des subsides qui sont refusés à la mère légitime, ou qui ne lui sont concédés que parcimonieusement et comme à regret.

La collaboration de l’Eglise et de l’Etat.

Mais ce n’est pas seulement au temporel, Vénérables Frères, qu’il importe extrêmement à l’Etat de donner au, mariage et à la famille des bases solides, mais aussi en ce qui concerne le bien des âmes : il lui importe de promulguer et de faire observer des lois justes touchant la chaste fidélité et l’entraide mutuelle des époux. Car, l’histoire en témoigne, le salut de l’Etat et la félicité temporelle des citoyens sont précaires et ne peuvent rester saufs là ou on ébranle le fondement sur lequel ils sont établis, qui est le bon ordre des mœurs, et là où les vices des citoyens obstruent la source où la Cité puise sa vie, savoir le mariage et la famille.

Mais pour sauvegarder l’ordre moral, il ne suffit pas de recourir aux forces extérieures et aux châtiments dont dispose l’Etat, ni de montrer aux hommes la beauté et la nécessité de la vertu ; il faut y associer l’autorité religieuse qui répand dans l’esprit la lumière de la vérité, qui dirige la volonté et qui est en mesure de fortifier l’humaine fragilité par les secours de la grâce divine 0r, la seule autorité religieuse, c’est l’Eglise instituée par Notre-Seigneur Jésus-Christ. Voilà pourquoi Nous exhortons vivement dans le Seigneur tous ceux qui sont dépositaires du pouvoir civil à nouer et à entretenir des rapports de concorde et d’amitié avec l’Eglise du Christ. De la sorte, en conjuguant leurs efforts et leur zèle, les deux Puissances écarteront les dommages immenses que le dérèglement des mœurs, en s’attaquant au mariage et à la famille, tient suspendus sur l’Eglise autant que sur la société civile. Les lois de l’Etat peuvent seconder beaucoup l’Eglise en cette tâche très importante, si, dans leurs prescriptions, elles tiennent compte de ce que la loi divine et ecclésiastique a établi, et si elles punissent ceux qui y contreviennent. Ils ne sont pas rares, en effet, ceux qui pensent que la loi morale autorise ce que les lois de l’Etat permettent, ou du moins ce qu’elles ne punissent pas, ou qui, même à l’encontre de leur conscience, usent de toutes les libertés consenties par la loi, parce qu’ils n’ont pas la crainte de Dieu et qu’ils ne trouvent rien à redouter du côté des lois humaines. Ainsi ils sont souvent cause de ruine, pour eux et pour beaucoup d’autres. Il ne résultera, à coup sûr, de cette alliance avec l’Église, ni danger ni amoindrissement pour les droits de l’Etat et pour son intégrité : toute défiance, toute crainte à cet égard sont vaines et sans fondement ; Léon XIII l’a déjà clairement montré : « Personne ne doute que le divin Fondateur de l’Eglise, Jésus-Christ, n’ait voulu que la puissance ecclésiastique fût distincte de la puissance civile et que chacune fût libre de remplir sans entraves sa mission propre, avec cette clause toutefois, qui est utile à chacune des deux Puissances, et qui importe à l’intérêt de tous les hommes, que l’accord et l’harmonie régneraient entre elles… Quand l’autorité civile s’accorde avec le pouvoir sacré de l’Eglise dans une entente amicale, cet accord procure nécessairement de grands avantages aux deux Puissances, La dignité de l’Etat, en effet, s’en accroît, et, tant que la religion lui sert de guide, le gouvernement reste toujours juste. En même temps, cet accord procure à l’Eglise des secours de défense et de protection qui sont à l’avantage des fidèles.» (98) Pour apporter ici un exemple récent et éclatant, c’est suivant cet ordre et absolument selon la loi du Christ que le Pacte solennel, heureusement conclu entre le Saint-Siège et l’Italie, a inclus dans ses dispositions une entente pacifique et une coopération amicale touchant le mariage, comme il convenait à l’histoire glorieuse de la nation italienne et à ses antiques traditions religieuses. Voici, en effet, ce qu’on lit à ce sujet dans les Accords du Latran ; « L’Etat italien, voulant restituer à l’institution du mariage, qui est la base de la famille, une dignité conforme aux traditions de son peuple, attache les effets civils au sacrement de mariage célébré conformément au droit canonique. » (99) La règle et le principe qu’on vient de lire trouvent leur développement dans les articles suivants du Concordat. Voilà qui peut servir d’exemple et d’argument pour démontrer que, même dans notre temps, où, hélas ! l’on préconise si souvent une absolue séparation de l’Etat d’avec l’Eglise, et même d’avec toute religion, les deux Puissances souveraines peuvent, sans aucun détriment pour leurs droits et leurs souverainetés respectives, se rapprocher et s’allier dans un accord mutuel et une entente amicale pour le bien commun de toutes les deux, que les deux Puissances
peuvent aussi associer leurs responsabilités concernant le mariage et écarter ainsi des foyers chrétiens de pernicieux périls et même une ruine imminente.

Les exhortations et la prière du Saint Père.

Toutes ces considérations auxquelles, Vénérables Frères, ému par Nos sollicitudes pastorales, Nous venons de Nous arrêter attentivement, Nous désirons les voir, conformément à la règle de la prudence chrétienne, largement propagées parmi tous Nos chers Fils immédiatement confiés à vos soins, parmi tous les membres de la grande famille du Christ sans exception ; qu’elles leur soient expliquées pour que tous connaissent parfaitement la vraie doctrine du mariage, pour qu’ils se prémunissent avec soin contre les périls que préparent les prêcheurs d’erreurs, et, surtout pour que, « répudiant l’impiété et les convoitises mondaines, ils vivent dans le siècle présent sobrement, justement, pieusement, dans l’attente de l’espérance bienheureuse et du glorieux avènement de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ » (100). Fasse donc le Père tout puissant, « de qui toute paternité, reçoit son nom dans les cieux et sur la terre (101), qui fortifie les faibles et qui donne du courage aux pusillanimes et aux timides, » fasse le Christ, Notre-Seigneur et Rédempteur, qui a institué et conduit à leur perfection les vénérables sacrements (102), qui a voulu faire du mariage une image de son ineffable union avec l’Eglise ; fasse l’Esprit-Saint, Dieu Charité, Lumière des cœurs et force de l’esprit, que Nos enseignements donnés en cette Encyclique sur le mariage, sur l’admirable loi et l’admirable volonté de Dieu qui concerne cet auguste sacrement, sur les erreurs et les périls qui le menacent, sur les remèdes auxquels on doit recourir, soient compris par tous, reçus avec des dispositions généreuses, et, la grâce de Dieu aidant, mis en pratique, afin que, par là, refleurissent et revivent dans les mariages chrétiens la fécondité sainte, la foi immaculée, la stabilité inébranlable, le caractère sacré et la plénitude de grâces du sacrement. Afin que Dieu, l’auteur de toutes les grâces, « lui qui produit, en nous le vouloir et le faire » (103), daigne, suivant la grandeur de sa toute-puissance et de sa bonté, réaliser et accorder la demande que Nous venons de formuler, Nous répandons très humblement Nos ferventes prières devant le Trône de sa grâce, et comme gage de l’abondante bénédiction de ce Dieu tout-puissant, Nous vous accordons de tout cœur, Vénérables Frères, ainsi qu’au clergé et au peuple confiés à vos soins vigilants, la Bénédiction Apostolique.

Donné à Rome, près Saint-Pierre, le 31 décembre de l’année 1930, de Notre Pontificat la neuvième.

PIE XI


NOTES

1 – Eph V, 32.
2 – Encycl.
Arcanum divinae sapientiae, 10 février 1880 [cf Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII, t. p. 76-109].
3 –
GenI, 27-28 ; II, 22-23 ; Mt XIX, 3 sq. ; Eph V, 23 sq.
4 – Conc. Trid., sess. XXIV.
5 –
Cod. iur. can., c. 1081, § 2.
6 –
Cod. iur. can., c. 1081, § 1.
7 – S. Thom. d’Aquin,
Summa theol, p. III. Supplem. 9, XLIX, art. 3.
8 – Encycl.
Rerum novarum, 15 mai 1891
9 –
Gen, 1 28.
10 – Encycl.
Ad salutem, 20 avril 1930 [cf. Documentation Catholique t. 23, col. 1155-1181].

11 – S. August., De bono coniug, cap. XXIV, N° 32.
12 – S. August.,
De Gen. ad litt, I. IX, ch. VII, N° 12.
13 –
Gen I, 28.
14 – 1
Tim V, 14.
15 – S. August.,
De bono coniug, cap. XXIV, N° 32.
16 – 1
Co II, 9.
17 –
Eph II, 19.
18 –
Jn XVI, 21.
19 – Encycl.
Divini illius Magistri, 31 déc. 1929.
20 – S. August,
De bono coniug, cap. XXIV, N° 32.
21 –
Cod., iur. can, C. 1013, § 1.
22 – Conc. trid., sess. XXIV.
23 –
Mt V, 28.
24 – Decr. S ;
Officii, 2 mars 1679, propos. 50.
25 –
Eph V, 25 ; Col. III, 19.

26 – Catéch. Rom, II, ch. VIII, q. 24.
27 – S. Grégoire Le Grand, Homil. XXX in Evang. (Jn., XIV, 23-24), N° 1.
28 –
Mt XXII, 40.
29 –
Catéch. Rom. II, ch. VIII, q. 13.
30 – 1
Cor, VII, 3.
31 –
Eph V, 22-23.
32 – Encycl.
Arcanum divinae sapientiae, 10 février 1880 [cf. Lettres Apost, t. 2, p. 85].
33 –
Mt XIX, 6.
34 –
Lc XVI, 18.
35 – S. August.,
De Gen. ad litt., I. IX, ch. VII, N° 12.
36 – Pie VI,
Rescript. ad Episc. Agriens., 11 juillet 1789.
37 – Eph V,.
38 – S. August.,
De nupt. et Concup., I 1, ch X.
39 – 1
Co XIII, 8.
40 – Conc. trid., sess. XXIV.
41 – Conc. trid, sess. XXIV.
42 –
Cod., iur. can, C. 1012.
43 – S. August,
De nupt. et Concup., I 1, ch X.
44 –
Mt XIII, 25.
45 – 2
Tim IV, 2-5.
46 –
Eph V, 3.
47 – S. August,
De coniug adult, I II, N° 12 ; cf Gen. XXXVIII, 8-10, decr. S. Pœnitent. 3 avril, 3 juin 1916.
48 –
Mt XV, 14. cf Decr. S. Officii, 22 novembre 1922.
49 –
Lc VI, 38.
50 – Conc. trid., sess. VI, ch. II.
51 – Const. Apost.
Cum occasione, 31 mai 1633 prop. 1.
52 –
Ex XX, 13 ; cf Decr S. Officii du 4 mai 1898 ; 24 juillet 1895 ; 31 mai 1889 (cf Denzinger, n° 1889 et 1890).
53 – S. August,
De nupt et Concup, I 1, ch XV.
54 –
Rm III, 8.
55 –
Gen IV, 10.
56 – Summ. theol., 2° 2ac, q. CVIII, 4 ad.
57 –
Ex XX, 14.
58 –
Mt V, 28.
59 –
Hebr, XIII, 8.
60 –
Mt V, 18.
61 –
Mt VII, 27.
62 – Encycl.
Arcanum divinae sapientiae, 10 février 1880.
63 –
Eph V, 32 ; Hebr. XIII, 4.
64 –
Cod, iur. can, C. 1060.
65 – Modestinus, in Dig. (Liv. XXIII, II ; De ritu nuptiarum), I. I, Regularum.
66 –
Mt XIX, 6.
67 –
Lc XVI, 18.
68 – Conc. Trid., sess. XXIV, ch. V.
69 – Conc. Trid. sess. XXIV, ch. VII.
70 –
Cod, iur. can, C. 1128 sq.
71 – Encycl.
Arcanum divinae sapientiae, 10 février 1880.
72 – Encycl.
Arcanum divinae sapientiae, 10 février 1880.
73 – Encycl.
Arcanum divinae sapientiae, 10 février 1880.
74 – S. Thom. d’Aquin,
Summ. theol, 1° IIse, q. XCI, a. 1-2.
75 – Encycl.
Arcanum divinae sapientiae, 10 février 1880.
76 – S. August, Enarrat. in Ps. 143
77 –
Rm 1, 24, 26
78 –
Jc IV, 6.
79 –
Rm VII, 8.
80 – Conc. Vat. sess III, ch. II.
81 – Conc. Vat. sess XIII, ch. IV ;
Cod., iur. can, C. 1324.
82 –
Ac XX, 28.
83 –
Jn VIII, 32sq. ; Ga V, 13.
84 – Encycl.
Arcanum divinae sapientiae, 10 février 1880.
85 – S. Robert Bellarmmo,
De controvresiis, t. III, De Matr, controvers. II, ch VI.
86 – 1
Tim IV, 14.
87 – 2
Tim I, 6-7.
88 –
Ga VI, 9.
89 –
Eph IV, 13.
90 – Encycl.
Divini illius Magistri, 31 décembre 1929.
91 –
Eph VI, 2-3 ; Ex XX, 12.
92 – Encycl.
Rerum novarum, 15 mai 1891.
93 –
Lc X, 7.
94 –
Dt XXIV, 14, 15.
95 – Encycl.
Rerum novarum, 15 mai 1891.
96 –
Mt XXV, 34 sq.
97 – 1
Jn, III, 17.
98 – Encycl.
Arcanum divinae sapientiae, 10 février 1880.
99 – Concord. art. 34 : Act. Apost. Sed., XXI (1929), p. 290.
100 –
Tit II, 12-13.
101 –
Eph, III, 15.
102 – Conc. Trid, sess. XXIV.
103 –
Phil. II, 13.

( 23 janvier, 2013 )

SOS pour les chrétiens de l´Union Européenne

Image de prévisualisation YouTube

Publiée le 10 sept. 2012

Patriarch Elijah

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 
( 22 janvier, 2013 )

Encyclique VEHEMENTER NOS (condamnation de la séparation de l’Eglise et de l’état)

loi de séparation de l'Eglise et de l'état

VEHEMENTER NOS

LETTRE ENCYCLIQUE  DE SA SAINTETÉ LE PAPE PIE X AU PEUPLE FRANÇAIS

Aux archevêques, évêques, au clergé et au peuple français, à nos bien aimés fils : François-Marie Richard, cardinal prêtre de la Sainte Eglise romaine, archevêque de Paris ; Victor-Lucien Lecot, cardinal prêtre de la Sainte Eglise romaine, archevêque de Bordeaux ; Pierre-Hector Coullié, cardinal prêtre de la Sainte Eglise romaine, archevêque de Lyon ; Joseph-Guillaume Labouré, cardinal prêtre de la Sainte Eglise romaine, archevêque de Rennes, et à tous nos vénérables frères, les archevêques et évêques et à tout le clergé et le peuple français, Pie X, Pape :

Vénérables frères, bien aimés fils, salut et bénédiction apostolique.

Notre âme est pleine d’une douloureuse sollicitude et notre coeur se remplit d’angoisse quand notre pensée s’arrête sur vous. Et comment en pourrait-il être autrement, en vérité, au lendemain de la promulgation de la loi qui, en brisant violemment les liens séculaires par lesquels votre nation était unie au siège apostolique, crée à l’Eglise catholique, en France, une situation indigne d’elle et lamentable à jamais.

Evénement des plus graves sans doute que celui-là; événement que tous les bons esprits doivent déplorer, car il est aussi funeste à la société civile qu’à la religion; mais événement qui n’a pu surprendre personne pourvu que l’on ait prêté quelque attention à la politique religieuse suivie en France dans ces dernières années.

Pour vous, vénérables frères, elle n’aura été bien certainement ni une nouveauté, ni une surprise, témoins que vous avez été des coups si nombreux et si redoutables tour à tour portés par l’autorité publique à la religion.

Les attentats passés

Vous avez vu violer la sainteté et l’inviolabilité du mariage chrétien par des dispositions législatives en contradiction formelle avec elles, laïciser les écoles et les hôpitaux, arracher les clercs à leurs études et à la discipline ecclésiastique pour les astreindre au service militaire, disperser et dépouiller les congrégations religieuses et réduire la plupart du temps leurs membres au dernier dénuement. D’autres mesures légales ont suivi, que vous connaissez tous. On a abrogé la loi qui ordonnait des  prières publiques au début de chaque session parlementaire et à la rentrée des tribunaux, supprimé les signes traditionnels à bord des navires le Vendredi Saint, effacé du serment judiciaire ce qui en faisait le caractère religieux, banni des tribunaux, des écoles, de l’armée, de la marine, de tous les établissements publics enfin, tout acte ou tout emblème qui pouvait, d’une façon quelconque, rappeler la religion.

Ces mesures et d’autres encore qui peu à peu séparaient de fait l’Eglise de l’Etat n’étaient rien autre chose que des jalons placés dans le but d’arriver à la séparation complète et officielle.

Leurs promoteurs eux-mêmes n’ont pas hésité à le reconnaître hautement, et maintes fois, pour écarter une, calamité si grande, le Siège apostolique, au contraire, n’a absolument rien épargné. Pendant que, d’un côté, il ne se lassait pas d’avertir ceux qui étaient à la tête des affaires françaises et qu’il les conjurait à plusieurs reprises de bien peser l’immensité des maux qu’amènerait infailliblement leur politique séparatiste, de l’autre, il multipliait vis-à-vis de la France les témoignages éclatants de sa condescendante affection.

Il avait le droit d’espérer ainsi, grâce aux liens de la reconnaissance, de pouvoir retenir ces politiques sur la pente et de les amener enfin à renoncer à leurs projets; mais, attentions, bons offices, efforts tant de la part de notre Prédécesseur que de la nôtre, tout est resté sans effet, et la violence des ennemis de la religion a fini par emporter de vive force ce à quoi pendant longtemps ils avaient prétendu à l’encontre de vos droits de nation catholique et de tout ce que pouvaient souhaiter les esprits qui pensent sagement.

C’est pourquoi, dans une heure aussi grave pour l’Eglise, conscient de notre charge apostolique, nous avons considéré comme un devoir d’élever notre voix et de vous ouvrir notre âme, à vous, vénérables Frères, à votre clergé et à votre peuple, à vous tous que nous avons toujours entourés d’une tendresse particulière, mais qu’en ce moment, comme c’est bien juste, nous aimons plus tendrement que jamais.

Fausseté du principe de la Séparation


Qu’il faille séparer l’Etat de l’Eglise, c’est une thèse absolument fausse, une très pernicieuse erreur. Basée, en effet, sur ce principe que l’Etat ne doit reconnaître aucun culte religieux, elle est tout d’abord très gravement injurieuse pour Dieu, car le créateur de l’homme est aussi le fondateur des sociétés humaines et il les conserve dans l’existence comme il nous soutient.

Nous lui devons donc, non seulement un culte privé, mais un culte public et social, pour l’honorer.

En outre, cette thèse est la négation très claire de l’ordre surnaturel; elle limite, en effet, l’action de l’Etat à la seule poursuite de la prospérité publique durant cette vie, qui n’est que la raison prochaine des sociétés politiques, et elle ne s’occupe en aucune façon, comme lui étant étrangère, de leur raison dernière qui est la béatitude éternelle proposée à l’homme quand cette vie si courte aura pris fin.

Et pourtant, l’ordre présent des choses qui se déroulent dans le temps se trouvant subordonné à la conquête de ce bien suprême et absolu, non seulement le pouvoir civil ne doit pas faire obstacle à cette conquête, mais il doit encore nous y aider.

Cette thèse bouleverse également l’ordre très sagement établi par Dieu dans le monde, ordre qui exige une harmonieuse concorde entre les deux sociétés.

Ces deux sociétés, la société religieuse, et la société civile, ont, en effet, les mêmes sujets, quoique chacune d’elles exerce dans sa sphère propre son autorité sur eux.

Il en résulte forcément qu’il y aura bien des matières dont elles devront connaître l’une et l’autre, comme étant de leur ressort à toutes deux.

Or, qu’entre l’Etat et l’Eglise l’accord vienne à disparaître, et de ces matières communes pulluleront facilement les germes de différends qui deviendront très aigus des deux côtés.

La notion du vrai en serra troublée et les âmes remplies d’une grande anxiété.

Enfin, cette thèse inflige de graves dommages à la société civile elle-même, car elle ne peut pas prospérer ni durer longtemps lorsqu’on n’y fait point sa place à la religion, règle suprême et souveraine maîtresse quand il s’agit des droits de l’homme et de ses devoirs. Aussi, les pontifes romains n’ont-ils pas cessé, suivant les circonstances et selon les temps, de réfuter et de condamner la doctrine de la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Notre illustre prédécesseur Léon XIII, notamment, a plusieurs fois, et magnifiquement exposé ce que devraient être, suivant la doctrine catholique, les rapports entre les deux sociétés. « Entre elles, a-t-il dit, il faut nécessairement qu’une sage union intervienne, union qu’on peut non sans justesse ; comparer à celle, qui réunit dans l’homme, l’âme et le corps. » « Quaedam intercedat necesse est ordinata colligatio inter illas quae quidem coniuntioni non immerito comparatur per quam anima et corpus in homine copulantur. » Il ajoute encore: « Les sociétés humaines ne peuvent pas, sans devenir criminelles, se conduire comme si Dieu n’existait pas ou refuser de se préoccuper de la religion comme si elle leur était chose étrangère ou qui ne pût leur servir de rien. Quant à l’Eglise, qui a Dieu lui-même pour auteur, l’exclure de la vie active de la nation, des lois, de l’éducation de la
jeunesse, de la société domestique, c’est commettre une grande et pernicieuse erreur! » « Civitates non possunt, citra seclus, genere se, tanquam si Deus omnino non esset, aut curam religionis velut alienam nihil que profituram ablicere. Ecclesiam vero quam Deus ipse constituit ab actione vitae excludere, a legibus, ab institutione adolescentium, a societate domestica, magnus et perniciosus est error. » (Lettre encyclique Immortale Dei, 1er nov. 1885.)

La Séparation est particulièrement funeste et injuste en France

Que si en se séparant de l’Eglise, un Etat chrétien, quel qu’il soit, commet un acte éminemment funeste et blâmable, combien n’est-il pas à déplorer que la France se soit engagée dans cette voie, alors que, moins encore que toutes les autres nations, elle n’eût dû y entrer, la France, disons-nous, qui, dans le cours des siècles, a été, de la part de ce siège
apostolique, l’objet d’une si grande et si singulière prédilection, la France, dont la fortune et la gloire ont toujours été intimement unies à la pratique des moeurs chrétiennes et au respect de la religion.

Le même pontife Léon XIII avait donc bien raison de dire: « La France ne saurait oublier que sa providentielle destinée l’a unie au Saint-Siège par des liens trop étroits et trop anciens pour qu’elle veuille jamais les briser. De cette union, en effet, sont sorties ses vraies grandeurs et sa gloire la plus pure. Troubler cette union traditionnelle, serait enlever à
la nation elle-même une partie de sa force morale et de sa haute influence dans le monde ». (Allocution aux pèlerins français, 13 avril 1888.)

Les liens qui consacraient cette union devaient être d’autant plus inviolables qu’ainsi l’exigeait la foi jurée des traités. Le Concordat passé entre le Souverain Pontife et le gouvernement français, comme du reste tous les traités du même genre, que les Etats concluent entre eux, était un contrat bilatéral, qui obligeait des deux côtés: le Pontife romain d’une part, le chef de la nation française de l’autre, s’engagèrent donc solennellement, tant pour eux que pour leurs successeurs, à maintenir inviolablement le pacte qu’ils signaient.

Il en résultait que le Concordat avait pour règle la règle de tous les traités internationaux, c’est-à-dire le droit des gens, et qu’il ne pouvait, en aucune manière, être annulé par le fait de l’une seule des deux parties ayant contracté. Le Saint-Siège a toujours observé avec une fidélité scrupuleuse les engagements qu’il avait souscrits et, de tout temps, il a réclamé que l’Etat fit preuve de la même fidélité. C’est là une vérité qu’aucun juge impartial ne peut nier. Or, aujourd’hui, l’Etat abroge de sa seule autorité le pacte solennel qu’il avait signé.

Il transgresse ainsi la foi jurée et, pour rompre avec l’Eglise, pour s’affranchir de son amitié, ne reculant devant rien, il n’hésite pas plus à infliger au Siège apostolique l’outrage qui résulte de cette violation du droit des gens qu’à ébranler l’ordre social et politique lui-même, puisque, pour la sécurité réciproque de leurs rapports mutuels, rien n’intéresse autant les nations qu’une fidélité irrévocable dans le respect sacré des traités.

Aggravation de l’injure

La grandeur de l’injure infligée au Siège apostolique par l’abrogation unilatérale du Concordat s’augmente encore et d’une façon singulière quand on se prend à considérer la forme dans laquelle l’Etat a effectué cette abrogation. C’est un principe admis sans discussion dans le droit des gens et universellement observé par toutes les nations que la rupture d’un
traité doit être préventivement et régulièrement notifiée d’une manière claire et explicite à l’autre partie contractante par celle qui a l’intention de dénoncer le traité. Or, non seulement aucune dénonciation de ce genre n’a été faite au Saint-Siège, mais aucune indication quelconque ne lui a même été donnée à ce sujet; en sorte que le gouvernement français n’a pas hésité à manquer vis-à-vis du siège apostolique aux égards ordinaires et à la courtoisie dont on ne se dispense même pas vis-à-vis des Etats les plus petits, et ses mandataires, qui étaient pourtant les représentants d’une nation catholique, n’ont pas craint de traiter avec mépris la dignité et le pouvoir du Pontife, chef suprême de l’Eglise, alors qu’ils auraient dû avoir pour cette puissance un respect supérieur à celui qu’inspirent toutes les autres puissances politiques et d’autant plus grand que, d’une part, cette puissance a trait au lien éternel des âmes et que, sans limites, de l’autre, elle s’étend partout.

Injustice et périls des dispositions de la loi examinée en détail-Associations cultuelles

Si nous examinons maintenant en elle-même la loi qui vient d’être promulguée, nous y trouvons une raison nouvelle de nous plaindre encore plus énergiquement.

Puisque l’Etat, rompant les liens du Concordat, se séparait de l’Eglise, il eût dû comme conséquence naturelle lui laisser son indépendance et lui permettre de jouir en paix du droit commun dans la liberté qu’il prétendait lui concéder. Or, rien n’a été moins fait en vérité. Nous relevons, en effet, dans la loi, plusieurs mesures d’exception, qui, odieusement restrictives, mettent l’Eglise sous la domination du pouvoir civil. Quant à nous, ce nous a été une douleur bien amère que de voir l’Etat faire ainsi invasion dans des matières qui sont du ressort exclusif de la puissance ecclésiastique, et nous en gémissons d’autant plus qu’oublieux de l’équité et de la justice, il a créé par là à l’Eglise de France une situation dure, accablante et oppressive de ses droits les plus sacrés.

Les dispositions de la nouvelle loi sont, en effet, contraires à la Constitution suivant laquelle l’Eglise a été fondée par Jésus-Christ.

L’Ecriture nous enseigne, et la tradition des Pères nous le confirme, que l’Eglise est le corps mystique du Christ, corps régi par des pasteurs et des docteurs (Ephes., IV, 11), société d’hommes, dès lors, au sein de laquelle des chefs se trouvent qui ont de pleins et parfaits pouvoirs pour gouverner, pour enseigner et pour juger. (Matthieu, XXVIII, 18-20 ; XVI, 18-19 ; XVIII, 17 ; Tite II, 15 ; II Cor. X, 6 ; XIII, 10, etc.)

Il en résulte que cette Eglise est par essence une société inégale, c’est-à-dire une société comprenant deux catégories de personnes: les pasteurs et le troupeau, ceux qui occupent un rang dans les différents degrés de la hiérarchie et la multitude des fidèles; et ces catégories sont tellement distinctes entre elles, que, dans le corps pastoral seul, résident le droit et l’autorité nécessaires pour promouvoir et diriger tous les membres vers la fin de la société.

Quant à la multitude, elle n’a pas d’autre devoir que celui de se laisser conduire et, troupeau docile, de suivre ses pasteurs.

Saint Cyprien, martyr, exprime cette vérité d’une façon admirable, quand il écrit : Notre Seigneur dont nous devons révérer et observer les préceptes réglant la dignité épiscopale et le mode d’être de son Eglise, dit dans l’Evangile, en s’adressant à Pierre :  » Ego dico tibi quia tu es Petrus « , etc.

Aussi, « à travers les vicissitudes des âges et des événements, l’économie de l’épiscopat et la constitution de l’Eglise se déroulent de telle sorte que l’Eglise repose sur les évêques et que toute sa vie active est gouvernée par eux ». Dominus noster cujus praecepta metuere et servare debemus episcopi honorem et ecclesiae suae rationem disponens in evangolio loquitur et dixit Petro: ego dico tibi quia tu es Petrus, etc. Inde per temporum et successionum vices episcoporum ordinatio et ecclesiae ratio decurbit ut Ecclesia super episcopas constituatur et omnis actus ecclesiae per eosdem praepositos gubernetur. (St Cypr., epist., XXVII ; Al., XXVIII, ad Lapsos, 11.)

Saint Cyprien affirme que tout cela est fondé sur une loi divine :  » Divina lege fundatum.  »

Contrairement à ces principes, la loi de séparation attribue l’administration et la tutelle du culte public, non pas au corps hiérarchique divinement institué par le Sauveur, mais à une association de personnes laïques.

A cette association elle impose une forme, une personnalité juridique et pour tout ce qui touche au culte religieux, elle la considère comme ayant seule des droits civils et des responsabilités à ses yeux. Aussi est-ce à cette association que reviendra l’usage des temples et des édifices sacrés. C’est elle qui possédera tous les biens ecclésiastiques, meubles et immeubles; c’est elle qui disposera, quoique d’une manière temporaire seulement, des évêchés, des presbytères et des séminaires! C’est elle, enfin, qui administrera les biens, réglera les quêtes et recevra les aumônes et les legs destinés au culte religieux. Quant au corps hiérarchique des pasteurs, on fait sur lui un silence absolu! Et si la loi prescrit que les associations cultuelles doivent être constituées conformément aux règles d’organisation générale du culte, dont elles se proposent d’assurer l’exercice, d’autre part, on a bien soin de déclarer que, dans tous les différends qui pourront naître relativement à leurs biens, seul le Conseil d’État sera compétent. Ces associations cultuelles elles-mêmes seront donc, vis-à-vis de l’autorité civile dans une dépendance telle, que l’autorité ecclésiastique, et c’est manifeste, n’aura plus sur elles aucun pouvoir. Combien toutes ces dispositions seront blessantes pour l’Eglise et contraires à ses droits et à sa constitution divine! Il n’est personne qui ne l’aperçoive au premier coup d’oeil, sans compter que la loi n’est pas conçue, sur ce point, en des termes nets et précis, qu’elle s’exprime d’une façon très vague et se prêtant largement à l’arbitraire et qu’on peut, dès lors, redouter de voir surgir de son interprétation même de plus grands maux !

L’Eglise ne sera pas libre

 

En outre, rien n’est plus contraire à la liberté de l’Eglise que cette loi. En effet, quand, par suite de l’existence des associations cultuelles, la loi de séparation empêche les pasteurs d’exercer la plénitude de leur autorité et de leur charge sur le peuple des fidèles; quand elle attribue la juridiction suprême sur ces associations cultuelles au Conseil d’Etat et qu’elle les soumet à toute une série de prescriptions en dehors du droit commun qui rendent leur formation difficile, et plus difficile encore leur maintien, quand, après avoir proclamé la liberté du culte, elle en restreint l’exercice par de multiples exceptions, quand elle dépouille l’Église de la police intérieure des temples pour en investir l’Etat, quand elle entrave la  prédication de la foi et de la morale catholiques et édicte contre les clercs un régime pénal sévère et d’exception, quand elle sanctionne ces dispositions et plusieurs autres dispositions semblables où l’arbitraire peut aisément s’exercer, que fait-elle donc sinon placer l’Église dans une sujétion humiliante et, sous le prétexte de protéger l’ordre public, ravir à des citoyens paisibles, qui forment encore l’immense majorité en France, le droit sacré de pratiquer leur propre religion? Aussi. n’est-ce pas seulement en restreignant l’exercice de son culte auquel la loi de séparation réduit faussement toute l’essence de la religion, que l’Etat blesse l’Eglise, c’est encore en faisant obstacle à son influence toujours si bienfaisante sur le peuple et en paralysant de mille manières différentes son action.

C’est ainsi, entre autres choses, qu’il ne lui a pas suffi d’arracher à cette Eglise les ordres religieux, ses précieux auxiliaires dans le sacré ministère, dans l’enseignement, dans l’éducation, dans les oeuvres de charité chrétienne; mais qu’il la prive encore des ressources qui constituent les moyens humains nécessaires à son existence et à l’accomplissement de sa mission.

Droit de propriété violé

Outre les préjudices et les injures que nous avons relevés jusqu’ici, la loi de séparation viole encore le droit de propriété de l’Eglise et elle le foule aux pieds! Contrairement à toute justice, elle dépouille cette Eglise d’une grande partie d’un patrimoine, qui lui appartient pourtant à des titres aussi multiples que sacrés. Elle supprime et annule toutes les fondations pieuses très légalement consacrées au culte divin ou à la prière pour les trépassés. Quant aux ressources que la libéralité catholique avait constituées pour le maintien des écoles chrétiennes, ou pour le fonctionnement des différentes oeuvres de bienfaisance cultuelles, elle les transfère à des établissements laïques où l’on chercherait vainement le moindre vestige de religion! En quoi elle ne viole pas seulement les droits de l’Eglise, mais encore la volonté formelle et explicite des donateurs et des testateurs!

Il nous est extrêmement douloureux aussi qu’au mépris de tous les droits, la loi déclare propriété de l’Etat, des départements ou des communes, tous les édifices ecclésiastiques antérieurs au Concordat. Et si la loi en concède l’usage indéfini et gratuit aux associations cultuelles, elle entoure cette concession de tant et de telles réserves qu’en réalité elle laisse aux pouvoirs publics la liberté d’en disposer.

Nous avons de plus les craintes les plus véhémentes en ce qui concerne la sainteté de ces temples, asiles augustes de la Majesté Divine et lieux mille fois chers, à cause de leurs souvenirs, à la piété du peuple français ! Car ils sont certainement en danger, s’ils tombent entre des mains laïques, d’être profanés! Quand la loi supprimant le budget des cultes exonère ensuite l’Etat de l’obligation de pourvoir aux dépenses cultuelles, en même temps elle viole un engagement contracté dans une convention diplomatique et elle blesse très gravement la justice. Sur ce point, en effet, aucun doute n’est possible et les documents historiques eux-mêmes en témoignent de la façon la plus claire. Si le gouvernement français assuma, dans le Concordat, la charge d’assurer aux membres du clergé un traitement qui leur permit de pourvoir, d’une façon convenable, à leur entretien et à celui du culte religieux, il ne fit point cela à titre de concession gratuite, il s’y obligea à titre de dédommagement partiel, au moins vis-à-vis de l’Eglise, dont l’Etat s’était approprié les biens pendant la première Révolution.

D’autre part aussi, quand, dans ce même Concordat et par amour de la paix, le Pontife romain s’engagea, en son nom et au nom de ses successeurs à ne pas inquiéter les détenteurs des biens qui avaient été ainsi ravis à l’Eglise, il est certain qu’il ne fit cette promesse qu’à une condition: c’est que le gouvernement français s’engagerait à perpétuité à doter le clergé d’une façon convenable et à pourvoir aux frais du culte divin.

Principe de discorde

Enfin et comment, pourrions-nous bien nous taire sur ce point ? En dehors des intérêts de l’Eglise qu’elle blesse, la nouvelle loi sera aussi des plus funestes à votre pays! Pas de doute, en effet, qu’elle ne ruine lamentablement l’union et la concorde des âmes. Et cependant, sans cette union et sans cette concorde, aucune nation ne peut vivre ou prospérer. Voilà pourquoi, dans la situation présente de l’Europe surtout, cette harmonie parfaite forme le voeu le plus ardent de tous ceux, en France, qui, aimant vraiment, leur pays, ont encore à coeur le salut de la patrie.

Quant à Nous, à l’exemple de notre prédécesseur et héritier de sa prédilection toute particulière pour votre nation, nous nous sommes efforcé sans doute de maintenir la religion de vos aïeux dans l’intégrale possession de tous ses droits parmi vous, mais, en même temps, et toujours ayant devant les yeux cette paix fraternelle, dont le lien le plus étroit est certainement la religion, nous avons travaillé à vous raffermir tous dans l’union. Aussi, nous ne pouvons pas voir, sans la plus vive angoisse, que le gouvernement français vient d’accomplir un acte qui, en attisant, sur le terrain religieux, des passions excitées déjà d’une façon trop funeste, semble de nature à bouleverser de fond en comble tout votre pays.

La condamnation

C’est pourquoi, Nous souvenant de notre charge apostolique et conscient de l’impérieux devoir qui nous incombe de défendre contre toute attaque- et de maintenir dans leur intégrité absolue les droits inviolables et sacrés de l’Eglise, en vertu de l’autorité suprême que Dieu nous a conférée, Nous, pour les motifs exposés ci-dessus, nous réprouvons et nous condamnons la loi votée en France sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat comme profondément injurieuse vis-à-vis de Dieu, qu’elle renie officiellement, en posant en principe que la République ne reconnaît aucun culte.

Nous la réprouvons et condamnons comme violant le droit naturel, le droit des gens et la fidélité due aux traités, comme contraire à la constitution divine de l’Eglise, à ses droits essentiels, à sa liberté, comme renversant la justice et foulant aux pieds les droits de propriété que l’Eglise a acquis à des titres multiples et, en outre, en vertu du Concordat.

Nous la réprouvons et condamnons comme gravement offensante pour la dignité de ce Siège apostolique, pour notre personne, pour l’épiscopat, pour le clergé et pour tous les catholiques français.

En conséquence, nous protestons solennellement de toutes nos forces contre la proposition, contre le vote et contre la promulgation de cette loi, déclarant qu’elle ne pourra jamais être alléguée contre les droits imprescriptibles et immuables de l’Eglise pour les infirmer.

Aux Evêques et au Clergé – Instructions Pratiques

Nous devions faire entendre ces graves paroles et vous les adresser à vous, vénérables Frères, au peuple de France et au monde chrétien tout entier, pour dénoncer le fait qui vient de se produire.

Assurément, profonde est notre tristesse, comme nous l’avons déjà dit, quand, par avance, nous mesurions du regard les maux que cette loi va déchaîner sur un peuple si tendrement aimé par nous, et elle nous émeut plus profondément encore à la pensée des peines, des souffrances, des tribulations de tout genre qui vont vous incomber à vous aussi vénérables Frères, et à votre clergé tout entier.

Mais, pour nous garder au milieu des sollicitudes si accablantes contre toute affliction excessive et contre tous les découragements, nous avons le ressouvenir de la Providence divine toujours si miséricordieuse et l’espérance mille fois vérifiée que jamais Jésus-Christ n’abandonnera son Eglise, que jamais, il ne la privera de son indéfectible appui. Aussi, sommes-nous bien loin d’éprouver la moindre crainte pour cette Eglise. Sa force est divine comme son immuable stabilité. L’expérience des siècles le démontre victorieusement. Personne n’ignore, en effet, les calamités innombrables et plus terribles les unes que les autres qui ont fondu sur elle pendant cette longue durée et là où toute institution purement humaine eût dû nécessairement s’écrouler, l’Église a toujours puisé dans ses épreuves une force plus rigoureuse et une plus opulente fécondité.

Quant aux lois de persécution dirigées contre elle, l’histoire nous l’enseigne, et dans des temps assez rapprochés la France elle-même nous le prouve, forgées par la haine, elles finissent toujours par être abrogées avec sagesse, quand devient manifeste le préjudice qui en découle pour les Etats. Plaise à Dieu que ceux qui en ce moment sont au pouvoir en France suivent bientôt sur ce point l’exemple de ceux qui les y précédèrent. Plaise à Dieu qu’aux applaudissements de tous les gens de bien, ils ne tardent pas à rendre à la religion, source de civilisation et de prospérité pour les peuples, avec l’honneur qui lui est dû, la liberté ! En attendant, et aussi longtemps que durera une persécution oppressive, revêtus des armes de lumière (Rom. XIII, 12), les enfants de l’Eglise doivent agir de toutes leurs forces pour la vérité et pour la justice. C’est leur devoir toujours! C’est leur devoir aujourd’hui plus que jamais ! Dans ces saintes luttes, vénérables Frères, vous qui devez être les maîtres et les guides de tous les autres, vous apporterez toute l’ardeur de ce zèle vigilant et infatigable, dont de tout temps l’Episcopat français a fourni à sa louange des preuves si connues de tous ; mais par dessus tout, nous voulons, car c’est une chose d’une importance extrême, que, dans tous les projets que vous entreprendrez pour la défense de l’Eglise, vous vous efforciez de réaliser la plus parfaite union de coeur et de volonté !

Nous sommes fermement résolu à vous adresser, en temps opportun, des instructions pratiques pour qu’elles vous soient une règle de conduite sûre au milieu des grandes difficultés de l’heure présente. Et nous sommes certain d’avance que vous vous y conformerez très fidèlement.

Poursuivez cependant l’oeuvre salutaire que vous faites, ravivez le plus possible la piété parmi les fidèles, promouvez et vulgarisez de plus en plus l’enseignement de la doctrine chrétienne, préservez toutes les âmes qui vous sont confiées des erreurs et des séductions qu’aujourd’hui elles rencontrent de tant de côtés ; instruisez, prévenez, encouragez, consolez votre troupeau; acquittez-vous enfin vis-à-vis de lui de tous les devoirs que vous impose votre charge pastorale.

Dans cette oeuvre, vous aurez sans doute, comme collaborateur infatigable, votre clergé. Il est riche en hommes remarquables par leur piété, leur science, leur attachement au Siège apostolique, et nous savons qu’il est toujours prêt à se dévouer sans compter sous votre direction pour le triomphe de l’Eglise et pour le salut éternel du prochain.

Bien certainement, aussi les membres de ce clergé comprendront que dans cette tourmente ils doivent avoir au coeur les sentiments qui furent jadis ceux des apôtres et ils se réjouiront d’avoir été jugés dignes de souffrir des opprobres pour le nom de Jésus. Gaudeates quoniam digni habili sunt pro nomine Jesu contumeliam pari. (Act. V, 41.)

Ils revendiqueront donc vaillamment les droits et la liberté de l’Eglise, mais sans offenser personne. Bien plus soucieux de garder la charité comme le doivent surtout des ministres de Jésus-Christ, ils répondront à l’iniquité par la justice, aux outrages par la douceur, et aux mauvais traitements par des bienfaits.

Au peuple catholique – Appel à l’union

Et maintenant, c’est à vous que nous nous adressons, catholiques de France; que notre parole vous parvienne à tous comme un témoignage de la très tendre bienveillance avec laquelle nous ne cessons pas d’aimer votre pays et comme un réconfort au milieu des calamités redoutables qu’il va vous falloir traverser.

Vous savez le but que se sont assigné les sectes impies qui courbent vos têtes sous leur joug, car elles l’ont elles-mêmes proclamé avec une cynique audace :  » Décatholiciser la France « .

Elles veulent arracher de vos coeurs, jusqu’à la dernière racine, la foi qui a comblé vos pères de gloire, la foi qui a rendu votre patrie prospère et grande parmi les nations, la foi qui vous soutient dans l’épreuve qui maintient la tranquillité et la paix à votre foyer et qui vous ouvre la voie vers l’éternelle félicité.

C’est de toute votre âme, vous le sentez bien, qu’il vous faut défendre cette foi ; mais ne vous y méprenez pas, travail et efforts seraient inutiles si vous tentiez de repousser les assauts qu’on vous livrera sans être fortement unis. Abdiquez donc tous les germes de désunion s’il en existait parmi vous et faites le nécessaire pour que, dans la pensée comme dans l’action, votre union soit aussi ferme qu’elle doit l’être parmi des hommes qui combattent pour la même cause, surtout quand cette cause est de celles au triomphe de qui chacun doit volontiers sacrifier quelque chose de ses propres opinions.

Si vous voulez dans la limite de vos forces, et comme c’est votre devoir impérieux, sauver la religion de vos ancêtres des dangers qu’elle court, il est de toute nécessité que vous déployiez dans une large mesure vaillance et générosité. Cette générosité vous l’aurez, nous en sommes sûr et, en vous montrant ainsi charitables vis-à-vis de ses ministres, vous inclinerez Dieu à se montrer de plus en plus charitable vis-à-vis de vous. Quant à la défense de la religion, si vous voulez l’entreprendre d’une manière digne d’elle, la poursuivre sans écart et avec efficacité, deux choses importent avant tout : vous devez d’abord vous modeler si fidèlement sur les préceptes de la loi chrétienne que vos actes et votre vie tout entière honorent la foi dont vous faites profession; vous devez ensuite demeurer très étroitement unis avec ceux à qui il appartient en propre de veiller ici-bas sur la religion, avec vos prêtres, avec vos évêques et surtout avec ce siège apostolique, qui est le pivot de la foi catholique et de tout ce qu’on peut faire en son nom. Ainsi armés pour la lutte, marchez sans crainte à la défense de l’Eglise, mais ayez bien soin que votre confiance se fonde tout entière sur le Dieu dont vous soutiendrez la cause et, pour qu’il vous secoure, implorez-le sans vous lasser.

Pour nous, aussi longtemps que vous aurez à lutter contre le danger, nous serons de coeur et d’âme au milieu de vous. Labeurs, peines, souffrances, nous partagerons tout avec vous et, adressant en même temps au Dieu qui a fondé l’Eglise et qui la conserve, nos prières les plus humbles et les plus instantes, nous le supplierons d’abaisser sur la France un regard de miséricorde, de l’arracher aux flots déchaînés autour d’elle et de lui rendre bientôt, par l’intercession de Marie Immaculée, le calme et la paix. Comme présage de ces bienfaits célestes et pour vous témoigner notre prédilection toute particulière, c’est de tout coeur que nous vous donnons notre bénédiction apostolique, à vous, vénérables Frères, à votre clergé et au peuple français tout entier.

Donné à Rome, auprès de Saint-Pierre, le 11 février de l’année 1906, de notre pontificat la troisième.

(source : http://www.vatican.va )

( 21 janvier, 2013 )

Encyclique Quas Primas (royauté du Christ)

Quas Primas

QUAS PRIMAS

LETTRE ENCYCLIQUE
DE SA SAINTETÉ LE PAPE PIE XI

DE L’INSTITUTION D’UNE FÊTE DU CHRIST-ROI.


Aux Patriarches, Primats, Archevêques, Evêques et autres ordinaires de lieu, en paix et communion avec le Siège apostolique.

1. Dans (1) la première Encyclique qu’au début de Notre Pontificat Nous adressions aux évêques du monde entier (2), Nous recherchions la cause intime des calamités contre lesquelles, sous Nos yeux, se débat, accablé, le genre humain.

Or, il Nous en souvient, Nous proclamions ouvertement deux choses: l’une, que ce débordement de maux sur l’univers provenait de ce que la plupart des hommes avaient écarté Jésus-Christ et sa loi très sainte des habitudes de leur vie individuelle aussi bien que de leur vie familiale et de leur vie publique; l’autre, que jamais ne pourrait luire une ferme espérance de paix durable entre les peuples tant que les individus et les nations refuseraient de reconnaître et de proclamer la souveraineté de Notre Sauveur. C’est pourquoi, après avoir affirmé qu’il fallait chercher la paix du Christ par le règne du Christ, Nous avons déclaré Notre intention d’y travailler dans toute la mesure de Nos forces ; par le règne du Christ, disions-Nous, car, pour ramener et consolider la paix, Nous ne voyions pas de moyen plus efficace que de restaurer la souveraineté de Notre Seigneur.

2. Depuis, Nous avons clairement pressenti l’approche de temps meilleurs en voyant l’empressement des peuples à se tourner – les uns pour la première fois, les autres avec une ardeur singulièrement accrue – vers le Christ et vers son Eglise, unique dispensatrice du salut: preuve évidente que beaucoup d’hommes, jusque-là exilés, peut-on dire, du royaume du Rédempteur pour avoir méprisé son autorité, préparent heureusement et mènent à son terme leur retour au devoir de l’obéissance.

Tout ce qui est survenu, tout ce qui s’est fait au cours de l’Année sainte, digne vraiment d’une éternelle mémoire, n’a-t-il pas contribué puissamment à l’honneur et à la gloire du Fondateur de l’Eglise, de sa souveraineté et de sa royauté suprême?

Voici d’abord l’Exposition des Missions, qui a produit sur l’esprit et sur le cœur des hommes une si profonde impression. On y a vu les travaux entrepris sans relâche par l’Eglise pour étendre le royaume de son Epoux chaque jour davantage sur tous les continents, dans toutes les îles, même celles qui sont perdues au milieu de l’océan; on y a vu les nombreux pays que de vaillants et invincibles missionnaires ont conquis au catholicisme au prix de leurs sueurs et de leur sang; on y a vu enfin les
immenses territoires qui sont encore à soumettre à la douce et salutaire domination de notre Roi.

Voici les pèlerins accourus, de partout, à Rome, durant l’Année sainte, conduits par leurs évêques ou par leurs prêtres. Quel motif les inspirait donc, sinon de purifier leurs âmes et de proclamer, au tombeau des Apôtres et devant Nous, qu’ils sont et qu’ils resteront sous l’autorité du Christ?

Voici les canonisations, où Nous avons décerné, après la preuve éclatante de leurs admirables vertus, les honneurs réservés aux saints, à six confesseurs ou vierges. Le règne de notre Sauveur n’a-t-il pas, en ce jour, brillé d’un nouvel éclat? Ah! quelle joie, quelle consolation ce fut pour Notre âme, après avoir prononcé les décrets de
canonisation, d’entendre, dans la majestueuse basilique de Saint Pierre, la foule immense des fidèles, au milieu du chant de l’action de grâces, acclamer d’une seule voix la royauté glorieuse du Christ: Tu Rex gloriae Christe!

A l’heure où les hommes et les Etats sans Dieu, devenus la proie des guerres qu’allument la haine et des discordes intestines, se précipitent à la ruine et à la mort, l’Eglise de Dieu, continuant à donner au genre humain l’aliment de la vie spirituelle, engendre et élève pour le Christ des générations successives de saints et de saintes; le Christ, à son tour, ne cesse d’appeler à l’éternelle béatitude de son royaume céleste ceux en qui il a reconnu de très fidèles et obéissants sujets de son royaume terrestre.

Voici encore le XVIe centenaire du Concile de Nicée qui coïncida avec le grand Jubilé. Nous avons ordonné de célébrer cet anniversaire séculaire; Nous l’avons Nous-même commémoré dans la basilique vaticane, d’autant plus volontiers que c’est ce Concile qui définit et proclama comme dogme de foi catholique la consubstantialité du Fils unique de Dieu avec son Père; c’est lui qui, en insérant dans sa formule de foi ou Credo les mots cuius regni non erit finis, affirma du même coup la dignité royale du Christ.

Ainsi donc, puisque cette Année sainte a contribué en plus d’une occasion à mettre en lumière la royauté du Christ, Nous croyons accomplir un acte des plus conformes à Notre charge apostolique en accédant aux suppliques individuelles ou collectives de nombreux cardinaux, évêques ou fidèles; Nous clôturerons donc cette année par l’introduction dans la liturgie de l’Eglise d’une fête spéciale en l’honneur de Notre Seigneur Jésus-Christ Roi.

Ce sujet, Vénérables Frères, Nous tient à ce point à cœur que Nous désirons vous en entretenir quelques instants; il vous appartiendra ensuite de rendre accessible à l’intelligence et aux sentiments de votre peuple tout ce que Nous dirons sur le culte du Christ-Roi, afin d’assurer, dès le début et pour plus tard, des fruits nombreux à la célébration annuelle de cette solennité.

4. Depuis longtemps, dans le langage courant, on donne au Christ le titre de Roi au sens métaphorique; il l’est, en effet, par l’éminente et suprême perfection dont il surpasse toutes les créatures. Ainsi, on dit qu’il règne sur les intelligences humaines, à cause de la pénétration de son esprit et de l’étendue de sa science, mais surtout parce qu’il est la Vérité et que c’est de lui que les hommes doivent recevoir la vérité et l’accepter docilement. On dit qu’il règne sur les volontés humaines, parce qu’en lui, à la sainteté de la volonté divine correspond une parfaite rectitude et soumission de la volonté humaine, mais aussi parce que sous ses inspirations et ses impulsions notre volonté libre s’enthousiasme pour les plus nobles causes. On dit enfin qu’il est le Roi des cœurs, à cause de son inconcevable charité qui surpasse toute compréhension humaine (3) et à cause de sa douceur et de sa bonté qui attirent à lui tous les cœurs: car dans tout le genre humain il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais personne pour être aimé comme le Christ Jésus.

5. Mais, pour entrer plus à fond dans Notre sujet, il est de toute évidence que le nom et la puissance de roi doivent être attribués, au sens propre du mot, au Christ dans son humanité; car c’est seulement du Christ en tant qu’homme qu’on peut dire: Il a reçu du Père la puissance, l’honneur et la royauté (4); comme Verbe de Dieu, consubstantiel au Père, il ne peut pas ne pas avoir tout en commun avec le Père et, par suite, la souveraineté suprême et absolue sur toutes les créatures.

6. Que le Christ soit Roi, ne le lisons-nous pas dans maints passages des Ecritures ! C’est lui le Dominateur issu de Jacob (5), le Roi établi par le Père sur Sion, sa montagne sainte, pour recevoir en héritage les nations et étendre son domaine jusqu’aux confins de la terre (6), le véritable Roi futur d’Israël, figuré, dans le cantique nuptial, sous les traits d’un roi très riche et très puissant, auquel s’adressent ces paroles: Votre trône, ô Dieu, est dressé pour l’éternité; le sceptre de votre royauté est un sceptre de droiture (7).

Passons sur beaucoup de passages analogues; mais, dans un autre endroit, comme pour dessiner avec plus de précision les traits du Christ, on nous prédit que son royaume ignorera les frontières et sera enrichi des trésors de la justice et de la paix: En ses jours se lèvera la justice avec l’abondance de la paix… Il dominera, d’une mer à l’autre, du fleuve jusqu’aux extrémités de la terre (8).

A ces témoignages s’ajoutent encore plus nombreux les oracles des prophètes et notamment celui, bien connu, d’Isaïe: Un petit enfant… nous est né, un fils nous a été donné. La charge du commandement a été posée sur ses épaules. On l’appellera l’Admirable, le Conseiller, Dieu, le Fort, le Père du siècle futur, le Prince de la paix. Son empire s’étendra et jouira d’une paix sans fin; il s’assoira sur le trône de David et dominera sur son royaume, pour l’établir et l’affermir dans la justice et l’équité, maintenant et à jamais (9).

Les autres prophètes ne s’expriment pas différemment.

Tel Jérémie, annonçant dans la race de David un germe de justice, ce fils de David qui régnera en roi, sera sage et établira la justice sur la terre (10). Tel Daniel, prédisant la constitution par le Dieu du ciel d’un royaume qui ne sera jamais renversé… et qui durera éternellement (11) ; et, peu après, il ajoute: Je regardais durant une vision nocturne, et voilà que, sur les nuées du ciel, quelqu’un s’avançait semblable au Fils de l’homme; il parvint jusqu’auprès de l’Ancien des jours et on le présenta devant lui. Et celui-ci lui donna la puissance, l’honneur et la royauté; tous les peuples, de toutes races et de toutes langues, le serviront; sa puissance est une puissance éternelle, qui ne lui sera pas retirée, et son royaume sera incorruptible (12). Tel Zacharie, prophétisant l’entrée à Jérusalem, aux acclamations de la foule, du juste et du sauveur, le Roi plein de mansuétude monté sur une ânesse et sur son poulain (13): les saints évangélistes n’ont-ils pas constaté et prouvé la réalisation de cette prophétie?

Cette doctrine du Christ-Roi, Nous venons de l’esquisser d’après les livres de l’Ancien Testament; mais tant s’en faut qu’elle disparaisse dans les pages du Nouveau; elle y est, au contraire, confirmée d’une manière magnifique et en termes splendides.

Rappelons seulement le message de l’archange apprenant à la Vierge qu’elle engendrera un fils; qu’à ce fils le Seigneur Dieu donnera le trône de David, son père; qu’il régnera éternellement sur la maison de Jacob et que son règne n’aura point de fin (14). Ecoutons maintenant les témoignages du Christ lui-même sur sa souveraineté. Dès que l’occasion se présente – dans son dernier discours au peuple sur les récompenses ou les châtiments réservés dans la vie éternelle aux justes ou aux coupables ;
dans sa réponse au gouverneur romain, lui demandant publiquement s’il était roi; après sa résurrection, quand il confie aux Apôtres la charge d’enseigner et de baptiser toutes les nations – il revendique le titre de roi (15), il proclame publiquement qu’il est roi (16), il déclare solennellement que toute puissance lui a été donnée au ciel et sur la terre (17). Qu’entend-il par là, sinon affirmer l’étendue de sa puissance et l’immensité de son royaume?

Dès lors, faut-il s’étonner qu’il soit appelé par saint Jean le Prince des rois de la terre (18) ou que, apparaissant à l’Apôtre dans des visions prophétiques, il porte écrit sur son vêtement et sur sa cuisse: Roi des rois et Seigneur des seigneurs (19). Le Père a, en effet, constitué le Christ héritier de toutes choses (20); il faut qu’il règne jusqu’à la fin des temps, quand il mettra tous ses ennemis sous les pieds de Dieu et du Père (21).

7. De cette doctrine, commune à tous les Livres Saints, dérive naturellement cette conséquence : étant le royaume du Christ sur la terre, qui doit s’étendre à tous les hommes et tous les pays de l’univers, l’Eglise catholique se devait, au cours du cycle annuel de la liturgie, de saluer par des manifestations multiples de vénération, en son Auteur et Fondateur, le Roi, le Seigneur, le Roi des rois. Sous une admirable variété de formules, ces hommages expriment une seule et même pensée; l’Eglise les employait jadis dans sa psalmodie et dans les anciens sacramentaires; elle en fait le même usage à présent dans les prières publiques de l’Office qu’elle adresse chaque jour à la majesté divine et, à la sainte messe, dans l’immolation de l’hostie sans tache. En cette louange perpétuelle du Christ-Roi, il est facile de saisir le merveilleux accord de nos rites avec ceux des Orientaux, en sorte que se vérifie, ici encore, l’exactitude de la maxime:  » Les lois de la prière établissent les lois de la croyance.  »

8. Quant au fondement de cette dignité et de cette puissance de Notre-Seigneur, saint Cyrille d’Alexandrie l’indique très bien:  » Pour le dire en un mot, dit-il, la souveraineté que Jésus possède sur toutes les créatures, il ne l’a point ravie par la force, il ne l’a point reçue d’une main étrangère, mais c’est le privilège de son essence et de sa nature  » (22). En d’autres termes, son pouvoir royal repose sur cette admirable union qu’on nomme l’union hypostatique.

Il en résulte que les anges et les hommes ne doivent pas seulement adorer le Christ comme Dieu, mais aussi obéir et être soumis à l’autorité qu’il possède comme homme; car, au seul titre de l’union hypostatique, le Christ a pouvoir sur toutes les créatures.

9. Mais quoi de plus délectable, de plus suave que de penser que le Christ, en outre, règne sur nous non seulement par droit de nature, mais encore par droit acquis, puisqu’il nous a rachetés? Ah! puissent tous les hommes qui l’oublient se souvenir du prix que nous avons coûté à notre Sauveur : Vous n’avez pas été rachetés avec de l’or ou de l’argent corruptibles, mais par le sang précieux du Christ, le sang d’un agneau sans tache et sans défaut (23). Le Christ nous a achetés à grand prix (24) ; nous ne nous appartenons plus. Nos corps eux-mêmes sont des membres du Christ (25).

Nous voulons maintenant expliquer brièvement la nature et l’importance de cette royauté.

10. II est presque inutile de rappeler qu’elle comporte les trois pouvoirs, sans lesquels on saurait à peine concevoir l’autorité royale. Les textes des Saintes Lettres que Nous avons apportés en témoignage de la souveraineté universelle de notre Rédempteur le prouvent surabondamment. C’est, d’ailleurs, un dogme de foi catholique que le Christ Jésus a été donné aux hommes à la fois comme Rédempteur, de qui ils doivent attendre leur salut, et comme Législateur, à qui ils sont tenus d’obéir (26).
Les évangélistes ne se bornent pas à affirmer que le Christ a légiféré, mais ils nous le montrent dans l’exercice même de son pouvoir législatif.

A tous ceux qui observent ses préceptes, le divin Maître déclare, en diverses occasions et de diverses manières, qu’ils prouveront ainsi leur amour envers lui et qu’ils demeureront en son amour (27).

Quant au pouvoir judiciaire, Jésus en personne affirme l’avoir reçu du Père, dans une réponse aux Juifs qui l’accusaient d’avoir violé le Sabbat en guérissant miraculeusement un malade durant ce jour de repos:  » Le Père, leur dit-il, ne juge personne, mais il a donné au Fils tout jugement (28). Dans ce pouvoir judiciaire est
également compris – car il en est inséparable – le droit de récompenser ou de châtier les hommes, même durant leur vie.

Il faut encore attribuer au Christ le pouvoir exécutif : car tous inéluctablement doivent être soumis à son empire; personne ne pourra éviter, s’il est rebelle, la condamnation et les supplices que Jésus a annoncés.

11. Toutefois, ce royaume est avant tout spirituel et concerne avant tout l’ordre spirituel: les paroles de la Bible que Nous avons rapportées plus haut en sont une preuve évidente, que vient confirmer, à maintes reprises, l’attitude du Christ-Seigneur.

Quand les Juifs, et même les Apôtres, s’imaginent à tort que le Messie affranchira son peuple et restaurera le royaume d’Israël, il détruit cette illusion et leur enlève ce vain espoir; lorsque la foule qui l’entoure veut, dans son enthousiasme, le proclamer roi, il se dérobe à ce titre et à ces honneurs par la fuite et en se tenant caché; devant le gouverneur romain, encore, il déclare que son royaume n’est pas de ce monde. Dans ce royaume, tel que nous le dépeignent les Evangiles, les hommes se préparent à entrer en faisant pénitence. Personne ne peut y entrer sans la foi et sans le baptême; mais le baptême, tout en étant un rite extérieur, figure et réalise une régénération intime. Ce royaume s’oppose uniquement au royaume de Satan et à la puissance des ténèbres; à ses adeptes il demande non seulement de détacher leur cœur des richesses et des biens terrestres, de pratiquer la douceur et d’avoir faim et soif de la justice, mais encore de se renoncer eux-mêmes et de porter leur croix. C’est pour l’Eglise que le Christ, comme Rédempteur, a versé le prix de son sang; c’est pour expier nos péchés que, comme Prêtre, il s’est offert lui-même et s’offre perpétuellement comme victime: qui ne voit que sa charge royale doit revêtir le caractère spirituel et participer à la nature supraterrestre de cette double fonction?

12. D’autre part, ce serait une erreur grossière de refuser au Christ-Homme la souveraineté sur les choses temporelles, quelles qu’elles soient: il tient du Père sur les créatures un droit absolu, lui permettant de disposer à son gré de toutes ces créatures.

Néanmoins, tant qu’il vécut sur terre, il s’est totalement abstenu d’exercer cette domination terrestre, il a dédaigné la possession et l’administration des choses humaines, abandonnant ce soin à leurs possesseurs. Ce qu’il a fait alors, il le continue aujourd’hui. Pensée exprimée d’une manière fort heureuse dans la liturgie:  » Il ne ravit point les diadèmes éphémères, celui qui distribue les couronnes du ciel (29).  »

13. Ainsi donc, le souverain domaine de notre Rédempteur embrasse la totalité des hommes. Sur ce sujet, Nous faisons Volontiers Nôtres les paroles de Notre Prédécesseur Léon XIII, d’immortelle mémoire:  » Son empire ne s’étend pas exclusivement aux nations catholiques ni seulement aux chrétiens baptisés, qui appartiennent juridiquement à l’Eglise même s’ils sont égarés loin d’elle par des opinions erronées ou séparés de sa communion par le schisme; il embrasse également et sans exception tous les hommes, même étrangers à la foi chrétienne, de sorte que l’empire du Christ Jésus, c’est, en stricte vérité, l’universalité du genre humain (30).  »

Et, à cet égard, il n’y a lieu de faire aucune différence entre les individus, les familles et les Etats; car les hommes ne sont pas moins soumis à l’autorité du Christ dans leur vie collective que dans leur vie privée. Il est l’unique source du salut, de celui des sociétés comme de celui des individus: Il n’existe de salut en aucun autre; aucun
autre nom ici-bas n’a été donné aux hommes qu’il leur faille invoquer pour être sauvés
(31).

Il est l’unique auteur, pour l’Etat comme pour chaque citoyen, de la prospérité et du vrai bonheur:  » La cité ne tient pas son bonheur d’une autre source que les particuliers, vu qu’une cité n’est pas autre chose qu’un ensemble de particuliers unis en société (32).  » Les chefs d’Etat ne sauraient donc refuser de rendre – en leur nom personnel, et avec tout leur peuple – des hommages publics, de respect et de soumission à la souveraineté du Christ; tout en sauvegardant leur autorité, ils travailleront ainsi à promouvoir et à développer la prospérité nationale.

14. Au début de Notre Pontificat, Nous déplorions combien sérieusement avaient diminué le prestige du droit et le respect dû à l’autorité; ce que Nous écrivions alors n’a perdu dans le temps présent ni de son actualité ni de son à-propos:  » Dieu et Jésus-Christ ayant été exclus de la législation et des affaires publiques, et l’autorité ne tenant plus son origine de Dieu mais des hommes, il arriva que… les bases mêmes de l’autorité furent renversées dès lors qu’on supprimait la raison fondamentale du
droit de commander pour les uns, du devoir d’obéir pour les autres. Inéluctablement, il s’en est suivi un ébranlement de la société humaine tout entière, désormais privée de soutien et d’appui solides (33).  »

Si les hommes venaient à reconnaître l’autorité royale du Christ dans leur vie privée et dans leur vie publique, des bienfaits incroyables – une juste liberté, l’ordre et la tranquillité, la concorde et la paix — se répandraient infailliblement sur la société tout entière.

En imprimant à l’autorité des princes et des chefs d’Etat un caractère sacré, la dignité royale de Notre Seigneur ennoblit du même coup les devoirs et la soumission des citoyens. Au point que l’Apôtre saint Paul, après avoir ordonné aux femmes mariées et aux esclaves de révérer le Christ dans la personne de leur mari et dans celle de leur maître, leur recommandait néanmoins de leur obéir non servilement comme à des hommes, mais uniquement en esprit de foi comme à des représentants du Christ; car il est honteux, quand on a été racheté par le Christ, d’être soumis servilement à un homme: Vous avez été rachetés un grand prix, ne soyez plus soumis servilement à des hommes. (34).

Si les princes et les gouvernants légitimement choisis étaient persuadés qu’ils commandent bien moins en leur propre nom qu’au nom et à la place du divin Roi, il est évident qu’ils useraient de leur autorité avec toute la vertu et la sagesse possibles. Dans l’élaboration et l’application des lois, quelle attention ne donneraient-ils pas au bien commun et à la dignité humaine de leurs subordonnés!

15. Alors on verrait l’ordre et la tranquillité s’épanouir et se consolider; toute cause de révolte se trouverait écartée; tout en reconnaissant dans le prince et les autres dignitaires de l’Etat des hommes comme les autres, ses égaux par la nature humaine, en les voyant même, pour une raison ou pour une autre, incapables ou indignes, le citoyen ne refuserait point pour autant de leur obéir quand il observerait qu’en leurs personnes s’offrent à lui l’image et l’autorité du Christ Dieu et Homme.

Alors les peuples goûteraient les bienfaits de la concorde et de la paix. Plus loin s’étend un royaume, plus il embrasse l’universalité du genre humain, plus aussi – c’est incontestable – les hommes prennent conscience du lien mutuel qui les unit. Cette conscience préviendrait et empêcherait la plupart des conflits; en tout cas, elle adoucirait et atténuerait leur violence. Pourquoi donc, si le royaume du Christ s’étendait de fait comme il s’étend en droit à tous les hommes, pourquoi désespérer de cette paix que le Roi pacifique est venu apporter sur la terre? Il est venu tout réconcilier (35); il n’est pas venu pour être servi, mais pour servir (36); maître de toutes créatures, il a donné lui-même l’exemple de l’humilité et a fait de l’humilité, jointe au précepte de la charité, sa loi principale; il a dit encore: Mon joug est doux à porter et le poids de mon autorité léger (37).

16. Oh! qui dira le bonheur de l’humanité si tous, individus, familles, Etats, se laissaient gouverner par le Christ!  » Alors enfin – pour reprendre les paroles que Notre Prédécesseur Léon XIII adressait, il y a vingt-cinq ans, aux évêques de l’univers – il serait possible de guérir tant de blessures; tout droit retrouverait, avec sa vigueur native, son ancienne autorité; la paix réapparaîtrait avec tous ses bienfaits; les glaives tomberaient et les armes glisseraient des mains, le jour où tous les hommes accepteraient de bon cœur la souveraineté du Christ, obéiraient à ses commandements, et où toute langue confesserait que  » le Seigneur Jésus-Christ est dans la gloire de Dieu le Père  » (38) « .

17. Pour que la société chrétienne bénéficie de tous ces précieux avantages et qu’elle les conserve, il faut faire connaître le plus possible la doctrine de la dignité royale de notre Sauveur. Or, aucun moyen ne semble mieux assurer ce résultat que l’institution d’une fête propre et spéciale en l’honneur du Christ-Roi.

Car, pour pénétrer le peuple des vérités de la foi et l’élever ainsi aux joies de la vie intérieure, les solennités annuelles des fêtes liturgiques sont bien plus efficaces que tous les documents, même les plus graves, du magistère ecclésiastique. Ceux-ci n’atteignent, habituellement, que le petit nombre et les plus cultivés, celles-là touchent et instruisent tous les fidèles; les uns, si l’on peut dire, ne parlent qu’une fois; les autres le font chaque année et à perpétuité; et, si les derniers s’adressent surtout à l’intelligence, les premières étendent leur influence salutaire au cœur et à l’intelligence, donc à l’homme tout entier.

Composé d’un corps et d’une âme, l’homme a besoin des manifestations solennelles des jours de fête pour être saisi et impressionné; la variété et la splendeur des cérémonies liturgiques l’imprègnent abondamment des enseignements divins; il les transforme en sève et en sang, et les fait servir au progrès de sa vie spirituelle.

Du reste, l’histoire nous apprend que ces solennités liturgiques furent introduites, au cours des siècles, les unes après les autres, pour répondre à des nécessités ou des avantages spirituels du peuple chrétien. Il fallait, par exemple, raffermir les courages en face d’un péril commun, prémunir les esprits contre les pièges de l’hérésie, exciter et enflammer les cœurs à célébrer avec une piété plus ardente quelque mystère de notre foi ou quelque bienfait de la bonté divine.

C’est ainsi que, dès les premiers temps de l’ère chrétienne, alors qu’ils étaient en butte aux plus cruelles persécutions, les chrétiens introduisirent l’usage de commémorer les martyrs par des rites sacrés, afin, selon le témoignage de saint Augustin, que  » les solennités des martyrs  » fussent  » des exhortations au martyre  » (39).

Les honneurs liturgiques qu’on décerna plus tard aux saints confesseurs, aux vierges et aux veuves contribuèrent merveilleusement à stimuler chez les chrétiens le zèle pour la vertu, indispensable même en temps de paix.

Les fêtes instituées en l’honneur de la bienheureuse Vierge eurent encore plus de fruit: non seulement le peuple chrétien entoura d’un culte plus assidu la Mère de Dieu, sa Protectrice la plus secourable, mais il conçut un amour plus filial pour la Mère que le Rédempteur lui avait laissée par une sorte de testament.

Parmi les bienfaits dont l’Eglise est redevable au culte public et légitime rendu à la Mère de Dieu et aux saints du ciel, le moindre n’est pas la victoire constante qu’elle a remportée en repoussant loin d’elle la peste de l’hérésie et de l’erreur. Admirons, ici encore, les desseins de la Providence divine qui, selon son habitude, tire le bien du mal.

Elle a permis, de temps à autre, que la foi et la piété du peuple fléchissent, que de fausses doctrines dressent des embûches à la vérité catholique; mais toujours avec le dessein que, pour finir, la vérité resplendisse d’un nouvel éclat, que, tirés de leur torpeur, les fidèles s’efforcent d’atteindre à plus de perfection et de sainteté.

Les solennités récemment introduites dans le calendrier liturgique ont eu la même origine et ont porté les mêmes fruits. Telle la Fête-Dieu, établie quand se relâchèrent le respect et la dévotion envers le Très Saint Sacrement; célébrée avec une pompe magnifique, se prolongeant pendant huit jours de prières collectives, la nouvelle fête devait ramener les peuples à l’adoration publique du Seigneur.

Telle encore la fête du Sacré Cœur de Jésus, instituée à l’époque où, abattus et découragés par les tristes doctrines et le sombre rigorisme du jansénisme, les fidèles sentaient leurs cœurs glacés et en bannissaient tout sentiment d’amour désintéressé de Dieu ou de confiance dans le Rédempteur.

18. C’est ici Notre tour de pourvoir aux nécessités des temps présents, d’apporter un remède efficace à la peste qui a corrompu la société humaine. Nous le faisons en prescrivant à l’univers catholique le culte du Christ-Roi. La peste de notre époque, c’est le laïcisme, ainsi qu’on l’appelle, avec ses erreurs et ses entreprises criminelles.

Comme vous le savez, Vénérables Frères, ce fléau n’est pas apparu brusquement; depuis longtemps, il couvait au sein des Etats. On commença, en effet, par nier la souveraineté du Christ sur toutes les nations; on refusa à l’Eglise le droit – conséquence du droit même du Christ – d’enseigner le genre humain, de porter des lois, de gouverner les peuples en vue de leur béatitude éternelle. Puis, peu à peu, on assimila la religion du Christ aux fausses religions et, sans la moindre honte, on la plaça au même niveau. On la soumit, ensuite, à l’autorité civile et on la livra pour ainsi dire au bon plaisir des princes et des gouvernants. Certains allèrent jusqu’à vouloir substituer à la religion divine une religion naturelle ou un simple sentiment de religiosité. Il se trouva même des Etats qui crurent pouvoir se passer de Dieu et firent consister leur religion dans l’irréligion et l’oubli conscient et volontaire de Dieu.

Les fruits très amers qu’a portés, si souvent et d’une manière si persistante, cette apostasie des individus et des Etats désertant le Christ, Nous les avons déplorés dans l’Encyclique Ubi arcano (40). Nous les déplorons de nouveau aujourd’hui. Fruits de cette apostasie, les germes de haine, semés de tous côtés; les jalousies et les rivalités entre peuples, qui entretiennent les querelles internationales et retardent, actuellement encore, l’avènement d’une paix de réconciliation; les ambitions effrénées, qui se couvrent bien souvent du masque de l’intérêt public et de l’amour de la patrie, avec leurs tristes conséquences: les discordes civiles, un égoïsme aveugle et démesuré qui, ne poursuivant que les satisfactions et les avantages personnels, apprécie toute chose à la mesure de son propre intérêt. Fruits encore de cette apostasie, la paix domestique bouleversée par l’oubli des devoirs et l’insouciance de la conscience; l’union et la stabilité des familles chancelantes; toute la société, enfin, ébranlée et menacée de ruine.

19. La fête, désormais annuelle, du Christ-Roi Nous donne le plus vif espoir de hâter le retour si désirable de l’humanité à son très affectueux Sauveur. Ce serait assurément le devoir des catholiques de préparer et de hâter ce retour par une action diligente; mais il se fait que beaucoup d’entre eux ne possèdent pas dans la société le rang ou l’autorité qui siérait aux apologistes de la vérité. Peut-être faut-il attribuer ce désavantage à l’indolence ou à la timidité des bons; ils s’abstiennent de résister ou ne le font que mollement; les adversaires de l’Eglise en retirent fatalement un surcroît de prétentions et d’audace. Mais du jour où l’ensemble des fidèles comprendront qu’il leur faut combattre, vaillamment et sans relâche, sous les étendards du Christ-Roi, le feu de l’apostolat enflammera les cœurs, tous travailleront à réconcilier avec leur Seigneur les âmes qui l’ignorent ou qui l’ont abandonné, tous s’efforceront de maintenir inviolés ses droits.

Mais il y a plus. Une fête célébrée chaque année chez tous les peuples en l’honneur du Christ-Roi sera souverainement efficace pour incriminer et réparer en quelque manière cette apostasie publique, si désastreuse pour la société, qu’a engendrée le laïcisme. Dans les conférences internationales et dans les Parlements, on couvre d’un lourd silence le nom très doux de notre Rédempteur; plus cette conduite est indigne et plus haut doivent monter nos acclamations, plus doit être propagée la déclaration des droits que confèrent au Christ sa dignité et son autorité royales.

Ajoutons que, depuis les dernières années du siècle écoulé, les voies furent merveilleusement préparées à l’institution de cette fête.

Chacun connaît les arguments savants, les considérations lumineuses, apportés en faveur de cette dévotion par une foule d’ouvrages édités dans les langues les plus diverses et sur tous les points de l’univers. Chacun sait que l’autorité et la souveraineté du Christ ont déjà été reconnues par la pieuse coutume de familles, presque innombrables, se vouant et se consacrant au Sacré Cœur de Jésus. Et non seulement des familles, mais des Etats et des royaumes ont observé cette pratique. Bien plus, sur l’initiative et sous la direction de Léon XIII, le genre humain tout entier fut consacré à ce divin Cœur, au cours de l’Année sainte 1900.

Nous ne saurions passer sous silence les Congrès eucharistiques, que notre époque a vus se multiplier en si grand nombre. Ils ont servi merveilleusement la cause de la proclamation solennelle de la royauté du Christ sur la société humaine. Par des conférences tenues dans leurs assemblées, par des sermons prononcés dans les églises, par des expositions publiques et des adorations en commun du Saint Sacrement, par des processions grandioses, ces Congrès, réunis dans le but d’offrir à la vénération et aux hommages des populations d’un diocèse, d’une province, d’une nation, ou même du monde entier, le Christ-Roi se cachant sous les voiles eucharistiques, célèbrent le Christ comme le Roi que les hommes ont reçu de Dieu. Ce Jésus, que les impies ont refusé de recevoir quand il vint en son royaume, on peut dire, en toute
vérité, que le peuple chrétien, mû par une inspiration divine, va l’arracher au silence et, pour ainsi dire, à l’obscurité des temples, pour le conduire, tel un triomphateur, par les rues des grandes villes et le rétablir dans tous les droits de sa royauté.

Pour l’exécution de Notre dessein, dont Nous venons de vous entretenir, l’Année sainte qui s’achève offre une occasion favorable entre toutes. Elle vient de rappeler à l’esprit et au cœur des fidèles ces biens célestes qui dépassent tout sentiment naturel; dans son infinie bonté, Dieu a enrichi les uns, à nouveau, du don de sa grâce ; il a affermi les autres dans la bonne voie, en leur accordant une ardeur nouvelle pour rechercher des dons plus parfaits. Que Nous prêtions donc attention aux nombreuses suppliques qui Nous ont été adressées, ou que Nous considérions les événements qui marquèrent l’année du grand Jubilé, Nous avons certes bien des raisons de penser
que le jour est venu pour Nous de prononcer la sentence si attendue de tous: le Christ sera honoré par une fête propre et spéciale comme Roi de tout le genre humain.

Durant cette année, en effet, comme Nous l’avons remarqué au début de cette Lettre, ce Roi divin, vraiment  » admirable en ses Saints « , a été  » magnifiquement glorifié  » par l’élévation aux honneurs de la sainteté d’un nouveau groupe de ses soldats; durant cette année, une exposition extraordinaire a, en quelque sorte, montré à tout le monde les travaux des hérauts de l’Evangile, et tous ont pu admirer les victoires remportées par ces champions du Christ pour l’extension de son royaume; durant cette année, enfin, Nous avons commémoré, avec le centenaire du Concile de Nicée, la glorification, contre ses négateurs, de la consubstantialité du Verbe Incarné avec le Père, dogme sur lequel s’appuie, comme sur son fondement, la royauté universelle du Christ.

En conséquence, en vertu de Notre autorité apostolique, Nous instituons la fête de Notre-Seigneur Jésus-Christ-Roi.

Nous ordonnons qu’elle soit célébrée dans le monde entier, chaque année, le dernier dimanche d’octobre, c’est-à-dire celui qui précède immédiatement la solennité de la Toussaint. Nous prescrivons également que chaque année, en ce même jour, on renouvelle la consécration du genre humain au Sacré Cœur de Jésus, consécration dont Notre Prédécesseur Pie X, de sainte mémoire, avait déjà ordonné le renouvellement annuel. Toutefois, pour cette année, Nous voulons que cette rénovation soit faite le 31 de ce mois.

En ce jour, Nous célébrerons la messe pontificale en l’honneur du Christ-Roi et Nous ferons prononcer en Notre présence cette consécration. Nous ne croyons pas pouvoir mieux et plus heureusement terminer l’Année sainte ni témoigner plus éloquemment au Christ,  » Roi immortel des siècles « , Notre reconnaissance – comme celle de tout l’univers catholique, dont Nous Nous faisons aussi l’interprète – pour les bienfaits accordés en cette période de grâce à Nous-même, à l’Église et à toute la catholicité.

Il est inutile, Vénérables Frères, de vous expliquer longuement pourquoi Nous avons institué une fête du Christ-Roi distincte des autres solennités qui font ressortir et glorifient, dans une certaine mesure, sa dignité royale. Il suffit pourtant d’observer que, si toutes les fêtes de Notre-Seigneur ont le Christ comme objet matériel, suivant l’expression consacrée par les théologiens, cependant leur objet formel n’est d’aucune façon, soit en fait, soit dans les termes, la royauté du Christ.

En fixant la fête un dimanche, Nous avons voulu que le clergé ne fût pas seul à rendre ses hommages au divin Roi par la célébration du Saint Sacrifice et la récitation de l’Office, mais que le peuple, dégagé de ses occupations habituelles et animé d’une joie sainte, pût donner un témoignage éclatant de son obéissance au Christ comme à son Maître et à son Souverain. Enfin, plus que tout autre, le dernier dimanche d’octobre Nous a paru désigné pour cette solennité: il clôt à peu près le cycle de l’année liturgique; de la sorte, les mystères de la vie de Jésus-Christ commémorés au cours de l’année trouveront dans la solennité du Christ-Roi comme leur achèvement et leur couronnement et, avant de célébrer la gloire de tous les Saints, la Liturgie proclamera et exaltera la gloire de Celui qui triomphe, en tous les Saints et tous les élus.

Il est de votre devoir, Vénérables Frères, comme de votre ressort, de faire précéder la fête annuelle par une série d’instructions données, en des jours déterminés, dans chaque paroisse. Le peuple sera instruit et renseigné exactement sur la nature, la signification et l’importance de cette fête; les fidèles régleront dès lors et organiseront leur vie de manière à la rendre digne de sujets loyalement et amoureusement soumis à la souveraineté du divin Roi.

20. Au terme de cette Lettre, Nous voudrions encore, Vénérables Frères, vous exposer brièvement les fruits que Nous Nous promettons et que Nous espérons fermement, tant pour l’Eglise et la société civile que pour chacun des fidèles, de ce culte public rendu au Christ-Roi.

L’obligation d’offrir les hommages que Nous venons de dire à l’autorité souveraine de Notre Maître ne peut manquer de rappeler aux hommes les droits de l’Eglise. Instituée par le Christ sous la forme organique d’une société parfaite, en vertu de ce droit originel, elle ne peut abdiquer la pleine liberté et l’indépendance complète à l’égard du pouvoir civil. Elle ne peut dépendre d’une volonté étrangère dans l’accomplissement de sa mission divine d’enseigner, de gouverner et de conduire au bonheur éternel tous les membres du royaume du Christ.

Bien plus, l’Etat doit procurer une liberté semblable aux Ordres et aux Congrégations de religieux des deux sexes. Ce sont les auxiliaires les plus fermes des pasteurs de l’Eglise; ceux qui travaillent le plus efficacement à étendre et à affermir le royaume du Christ, d’abord, en engageant la lutte par la profession des trois vœux de religion contre le monde et ses trois concupiscences; ensuite, du fait d’avoir embrassé un état de vie plus parfait, en faisant resplendir aux yeux de tous, avec un éclat continu et
chaque jour grandissant, cette sainteté dont le divin Fondateur a voulu faire une note distinctive de la véritable Eglise.

21. Les Etats, à leur tour, apprendront par la célébration annuelle de cette fête que les gouvernants et les magistrats ont l’obligation, aussi bien que les particuliers, de rendre au Christ un culte public et d’obéir à ses lois. Les chefs de la société civile se rappelleront, de leur côté, le dernier jugement, où le Christ accusera ceux qui l’ont expulsé de la vie publique, mais aussi ceux qui l’ont dédaigneusement mis de côté ou ignoré, et punira de pareils outrages par les châtiments les plus terribles; car sa dignité royale exige que l’État tout entier se règle sur les commandements de Dieu et les principes chrétiens dans l’établissement des lois, dans l’administration de la justice, dans la formation intellectuelle et morale de la jeunesse, qui doit respecter la saine doctrine et la pureté des mœurs.

22. Quelle énergie encore, quelle vertu pourront puiser les fidèles dans la méditation de ces vérités pour modeler leurs esprits suivant les véritables principes de la vie chrétienne! Si tout pouvoir a été donné au Christ Seigneur dans le ciel et sur la terre; si les hommes, rachetés par son sang très précieux, deviennent à un nouveau titre les sujets de son empire; si enfin cette puissance embrasse la nature humaine tout entière, on doit évidemment conclure qu’aucune de nos facultés ne peut se soustraire à cette souveraineté.

Il faut donc qu’il règne sur nos intelligences : nous devons croire, avec une complète soumission, d’une adhésion ferme et constante, les vérités révélées et les enseignements du Christ. Il faut qu’il règne sur nos volontés: nous devons observer les lois et les commandements de Dieu.

Il faut qu’il règne sur nos cœurs: nous devons sacrifier nos affections naturelles et aimer Dieu par-dessus toutes choses et nous attacher à lui seul. Il faut qu’il règne sur nos corps et sur nos membres : nous devons les faire servir d’instruments ou, pour emprunter le langage de l’Apôtre saint Paul, d’armes de justice offertes à Dieu (41)
pour entretenir la sainteté intérieure de nos âmes. Voilà des pensées qui, proposées à la réflexion des fidèles et considérées attentivement, les entraîneront aisément vers la perfection la plus élevée.

Plaise à Dieu, Vénérables Frères, que les hommes qui vivent hors de l’Eglise recherchent et acceptent pour leur salut le joug suave du Christ! Quant à nous tous, qui, par un dessein de la divine miséricorde, habitons sa maison, fasse le ciel que nous portions ce joug non pas à contrecœur, mais ardemment, amoureusement, saintement! Ainsi nous récolterons les heureux fruits d’une vie conforme aux lois du royaume divin. Reconnus par le Christ pour de bons et fidèles serviteurs de son royaume terrestre, nous participerons ensuite, avec lui, à la félicité et à la gloire sans fin de son royaume céleste.

Agréez, Vénérables Frères, à l’approche de la fête de Noël, ce présage et ce vœu comme un témoignage de Notre paternelle affection ; et recevez la Bénédiction apostolique, gage des faveurs divines, que Nous vous accordons de grand cœur, à vous, Vénérables Frères, à votre clergé et à votre peuple.

Donné à Rome, près Saint-Pierre, le 11 décembre de l’Année sainte 1925, la quatrième de Notre Pontificat.

NOTES

1. AAS XVII (1925) 593-610.

2. Pie XI, Lettre encyclique Ubi arcano, 23 décembre 1922, AAS, XIV (1922) 673-700, CH pp. 602-629.

3. S. PAUL, Ephés. III 19.

4. DANIEL, VII 13-14.

5. Nombres XXXIV 19.

6. Ps. II.

7. Ps. XLIV (XLV) 7.

8. Ps. LXXI (LXXII) 7-8.

9. ISAÏE, IX 6-7.

10. JÉRÉMIE, XXIII 5.

11. DANIEL XX 44.

12. DANIEL, VII 13-14.

13. ZACHARIE, IX 9.

14. S. LUC, I 32-33.

15. S. MATTHIEU, XXV 31-40.

16. S. JEAN, XVIII 37.

17. S. MATTHIEU, XXVIII 18.

18. Apocalypse I 5.

19. Apocalypse XIX 16.

20. S. PAUL, Hébr. I 1.

21. S. PAUL, I Cor. XV 25.

22. S. CYRILLE D‘ALEXANDRIE, In Lucam X, PG LXXII 666.

23. S. PIERRE, I Epître I 18-19.

24. S. PAUL, I Cor. VI 20.

25. S. PAUL, I Cor. VI 15.

26. Concile de Trente sess. VI c.
21, Denzinger n. 831.

27. Cf. S. JEAN, XIV 15 ; XV 10.

28. S. JEAN, V 22.

29. Non eripit mortalia, qui regna dat coelestia, Office de la fête de l’Epiphanie, hymne Crudelis Herodes.

30. LÉON
XIII
, Lettre encyclique Annum sacrum, 25 mai
1899 AAS XXXI (1898-1899) 647.

31. Actes IV 12.

32. S. AUGUSTIN, Epist. CLIII ad Macedonium ch.
III, PL XXXIII, 656.

33. PIE
XI
, Lettre encyclique Ubi arcano, 23 décembre 1922, AAS XIV (1922), 683, CH n. 936.

34. S. PAUL, I Cor. VII 25.

35. S. PAUL, Coloss. I 20.

36. S. MATTHIEU, XX 28.

37. S. MATTHIEU, XI 30.

38. LÉON
XIII
, Lettre encyclique Annum sacrum, 25 mai 1899, AAS XXXI (1898-1899) 647.

39. S.
A
UGUSTIN,
Sermo XLVII de sanctis, PL XXXVIII, 295.

40. PIE XI, Lettre encyclique Ubi arcano, 23 décembre 1922,
AAS XIV (1922) 673-700, CH pp. 602-629.

41. S. PAUL, Rom. VI 13.

(texte tiré du site : http://www.vatican.va )

Image de prévisualisation YouTube

( 21 janvier, 2013 )

Le Christ est Roi !

Image de prévisualisation YouTube

http://videos.islam-et-verite.com

Jésus est Roi à quatre titres :

1. Par nature. Sa nature divine étant Source et Providence de tout ce qui existe, tout ce qui existe Lui est donc nécessairement soumis (Jn.1.1).

2. Par hérédité. Etant de la descendance du roi David (2 Sm 7.11-16 ; Is 55.3 ; Dn 2.44).

3. Par élection. En raison de la dignité de Sa nature humaine et de la sainteté incomparable de Sa vie.

4. Par droit de conquête. Au prix de Son sacrifice Il a « détruit les œuvres du Diable » (1 Jn 3.8).

Comme tout roi, Jésus exerce
a)Le pouvoir législatif. En tant que Dieu, Jésus est l’Auteur de la Loi naturelle et donné les commandements  « Si vous Maimez, vous garderez Mes commandements ». (Jn 14.15).

b)Le pouvoir judiciaire. Jésus jugera les vivants et les morts, et récompense ou châtie les hommes dès cette vie (Pie XI, encyclique Quas primas).

c)Le pouvoir exécutif. Jésus l’exerce par le don de Sa grâce et l’exécution des sentences judiciaires de l’Église comme par la Providence.

( 10 janvier, 2013 )

Exercices Spirituels de saint Ignace

Exercices Spirituels de saint Ignace dans Religion 001_saintignace2-194x300

Saint Ignace

Exercices Spirituels de saint Ignace
selon la méthode du Père Vallet
001_padrevalletespagne-300x178 amour dans Véritées révelées

Père Vallet

 

Les dates données ici sont toutes les dates des exercices spirituels prêchés par les prêtres de l’Institut Mater Boni Consilii.


– Année 2013  –


- avril 2013 : lundi 8 à 18h au samedi 13 à 18h (dans le Dauphiné), exercices spirituels de saint Ignace pour dames et jeunes filles.


- juillet 2013 : lundi 1er à 18h au samedi 6 à 18h (dans le Dauphiné), exercices spirituels de saint Ignace pour hommes et jeunes gens, et pour dames et jeunes filles.

- juillet-août 2013 : lundi 29 juillet à 12h au samedi 3 août à 12h (à Raveau dans la Nièvre), exercices spirituels de saint Ignace pour dames et jeunes filles.

- août 2013 : lundi 5 à 12h au samedi 10 à 12h (à Raveau dans la Nièvre), exercices spirituels de saint Ignace pour hommes et jeunes gens.


- août 2013 : vendredi 16 à 18h au mercredi 21 à 18h (dans le Dauphiné), exercices spirituels de saint Ignace pour  hommes et jeunes gens (retraite de cinq jours ; n’hésitez pas cependant  à vous faire connaître si vous désirez suivre les huit jours).


- novembre 2013 (date à confirmer) : récollection le 1er novembre de 9h30 à 17h à Raveau

- novembre 2013 (date à fixer) : récollection de 9h30 à 17h au Rouret près de Cannes.

- décembre 2013 du jeudi 26 à 18 h, au mardi 31 à 16h (dans le Dauphiné), exercices spirituels de saint Ignace pour hommes et jeunes gens, et pour dames et jeunes filles.

 

• Avis pratiques :

- Pour participer aux Exercices il faut avoir au moins 17 ans.

- Nous vous prions d’apporter draps et linge de toilette, les couvertures sont fournies.

- Les autres avis pratiques seront vus sur place.

• Inscription et accès :

Le nombre des places disponibles étant limité, nous vous prions de nous faire parvenir votre inscription le plus tôt possible. Pour informations et réservations, téléphoner ou écrire :

- pour des Exercices spirituels en Dauphiné (région Rhône-Alpes), :
Nous contacter : info@sodalitium.eu
Accès en train, et en voiture par l’autoroute.

- pour des Exercices spirituels à Raveau (Nièvre) :001_raveau-150x112 chrétienne
Institut Mater Boni Consilii
350, Route de Mouchy
58400 Raveau
Tél : 03 86 70 11 14
Fax (en Italie) : 0039 0161 339 334
E-mail : info@sodalitium.eu
Pour prendre conseil auprès d’un prêtre, tél. en Italie : 0039 0161 839 335

Accès en train à la gare de La Charite-sur-Loire (2h30, direct depuis Paris).
Accès en voiture : à 2h30 en autoroute au sud de Paris.

Plan d’accès à notre maison de Raveau :

001_accesraveau-300x206 cielchateaux de raveau

Source : http://www.sodalitium.eu/

12
Page Suivante »
|